Benoît Béchard, Pierre-Gilles Morel et Serge Bonin croient que leur plan est «adapté aux besoins de la région». CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Réunis au local électoral du Parti québécois (PQ) de Lévis, les candidats péquistes Benoît Béchard (Bellechasse), Serge Bonin (Chutes-de-la-Chaudière) et Pierre-Gilles Morel (Lévis) ont présenté, le 12 septembre, leur plan de match régional pour s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre, à la difficulté d’accès au système de santé et à la congestion routière.

D’abord, en ce qui a trait à la pénurie de main-d’œuvre, le PQ promet de mettre en place un «train de mesures concrètes» visant à soutenir les entreprises de Lévis et de Bellechasse au niveau du recrutement et de l’augmentation de la productivité. 

S’ils obtiennent le pouvoir, les péquistes entendent réinvestir massivement dans les instances locales de développement économique, développer la filière formation professionnelle en entreprise avec qualification professionnelle (formation duale) et accroître la régionalisation de l’immigration. 

À ce propos, ils désirent que Chaudière-Appalaches ait un minimum de 5 % des immigrants du volet économique, avec une structure d’accueil permettant de les intégrer progressivement au marché du travail, tout en leur fournissant des services de francisation.

«La pénurie de main-d’œuvre dans Chaudière-Appalaches, c’est connu et documenté depuis 2008. Ça s’accélère d’année en année. Au lieu de mettre un plan d’action concret et efficace, le gouvernement libéral a laissé les entreprises se laisser débrouiller par elles-mêmes, parce qu’il était bien occupé à faire des coupures pour engranger les surplus. Je n’ai aucune gêne à donner la note E au gouvernement libéral en ce qui a trait à la gestion de la pénurie de main-d’œuvre», a déploré Benoît Béchard.

Faciliter l’accès

Ensuite, pour le système de santé, les péquistes espèrent mettre en place d’autres mesures, dans le but d’en faciliter l’accès. 

Pour ce faire, ils s’engagent à réclamer un investissement majeur au niveau des soins à domicile (investissement prévu de 1 G$ pendant les quatre prochaines années à la grandeur du Québec), faire passer le nombre d’ambulances de 8 à 13 à Lévis, et à mettre en place un «accès de proximité» à des infirmières praticiennes spécialisées dans chaque CLSC, jusqu’à 21h, 7 jours sur 7.

Selon Pierre-Gilles Morel, ce plan peut se réaliser malgré la pénurie de main-d’œuvre qui frappe aussi ce secteur.

«Avec un allègement bureaucratique, nous pensons que ça va aider le système de santé. Nous pensons que beaucoup des perturbations et des ralentissements sont provoqués par une bureaucratie trop lourde. En essayant de mieux répartir les employés, en prodiguant plus de soins à domicile et en donnant une option de plus aux patients, nous pensons pouvoir faciliter l’accès», a argué le candidat du PQ dans Lévis.

Urgence d’agir

Enfin, estimant comme leurs adversaires que la congestion routière entre Québec et Lévis est une problématique majeure, les candidats péquistes veulent s’y attaquer en n’écartant aucune option, que ce soit par l’optimisation des liens existants ou par la construction d’un troisième lien. Et ce, toujours en se basant sur des études complètes et des avis d’experts.

Entre temps, Benoît Béchard, Serge Bonin et Pierre-Gilles Morel s’engagent à réaliser des mesures à court terme désirées par le maire de Lévis, telles le réaménagement la route 116 en boulevard urbain, la construction du viaduc Saint-Omer et l’élargissement de l’autoroute 20 Est entre l’avenue Taniata et le secteur Desjardins.

De plus, ils veulent ajouter des navettes express reliant le centre-ville de Lévis à Sainte-Foy et Québec, accompagner les petites entreprises de Chaudière-Appalaches dans leur transition vers le télétravail, favoriser le covoiturage, ajouter des stationnements incitatifs et améliorer le transport en commun à Lévis. 

«On va tout faire pour améliorer la mobilité à tous les points de vue avec les meilleures solutions possibles, en collaboration avec le maire. Il faut trouver un équilibre intéressant entre la construction de nouvelles infrastructures et la bonification du transport collectif», a conclu Serge Bonin.

Les plus lus

Lettre ouverte d'Alain Rayes sur le Chantier Davie

Voici une lettre ouverte transmise aux médias d'Alain Rayes, député de Richmond—Arthabaska et lieutenant politique pour le Québec du Parti conservateur du Canada (PCC), sur la situation à la Davie.

Lévis invite à vivre son courant

C’est en présence de plus de 800 personnes que la Ville de Lévis a dévoilé en grande pompe, le 21 novembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, son nouveau positionnement stratégique. Grâce à sa nouvelle image Vivez le courant Lévis, l’administration Lehouillier désire faire rayonner le territoire «au-delà de ses frontières».

Pénurie de main-d’œuvre : l’administration Lehouillier présente ses solutions

En compagnie de la présidente du comité consultatif sur la main-d’œuvre et conseillère municipale du district Taniata, Karine Laflamme, Gilles Lehouillier, le maire de Lévis, a présenté, le 14 novembre, le rapport synthèse des consultations effectuées cet automne auprès d’entrepreneurs lévisiens et d’intervenants économiques sur la problématique de la pénurie de main-d’œuvre. Un premier bilan qui ...

Viaduc de Saint-Rédempteur : pas de circulation avant l’été

Annoncée initialement en novembre par la Ville, l’ouverture à la circulation du nouveau viaduc de Saint-Rédempteur a été repoussée à juin prochain. L’instabilité du sol ne permet pas de terminer les travaux avant le printemps.

Fin des entraves majeures sur le chantier de l'élargissement de l'autoroute 20

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé, le 16 novembre, la fin des entraves majeures du chantier de l'élargissement de l'autoroute 20 en direction est, entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome.

Jean Garon, «un homme de bien commun»

Le 9 novembre 1978 était adoptée la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA) qui définit la zone verte afin de protéger le garde-manger du Québec de l’urbanisation des terres. Ancien député de Lévis et alors ministre de l’Agriculture, Jean Garon en a été l’artisan. Quarante ans plus tard, son ancien attaché de presse et actuel président de l’Institut Jean-Garon est re...

Paradis sera le président de l'Assemblée nationale

Selon ce que rapportent plusieurs médias, le député de Lévis, François Paradis, deviendra mardi le président de l'Assemblée nationale.

De nouveaux services en ligne pour les Lévisiens

Le conseil municipal de la Ville de Lévis s’est réuni le 26 novembre. Voici en résumé les sujets abordés et les points adoptés par le maire Gilles Lehouillier et les conseillers municipaux.

La Ville demande une modification de ses pouvoirs

Les pouvoirs de la Ville de Lévis pourraient bientôt être modifiés puisqu’elle en a fait la demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Les 9 changements à la Charte de la Ville soumis visent pour la plupart à étendre ses prérogatives de la Ville. La Charte n’a pas été modifiée depuis son entrée en vigueur en 2002.

François Paradis fait de la transparence sa priorité

Assermenté ce 27 novembre, le député de Lévis pour la Coalition avenir Québec (CAQ) est devenu officiellement le nouveau président de l’Assemblée nationale du Québec. Face au cynisme et à la confiance «peu reluisante» des citoyens, François Paradis a appelé les élus à davantage de rigueur dans leurs pratiques.