CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Un débat ayant pour sujet les entreprises qui ont comme modèle d’affaires l’économie sociale était organisé par la Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches (TRÉSCA) à la Ressourcerie de Lévis, le 26 septembre dernier. Les candidats des quatre grands partis dans Lévis étaient présents, c’est-à-dire, Adulkadir Abkey du Parti libéral du Québec (PLQ), François Paradis de la Coalition avenir Québec (CAQ), Pierre-Gilles Morel du Parti québécois (PQ) et Georges Goma de Québec solidaire (QS). Les candidats ont été invités à débattre devant plusieurs acteurs du milieu de l’économie sociale sur la place de ces entreprises dans l’économie du Québec.

Les entreprises d’économie sociale sont près de 7 000 sur le territoire québécois. La ville de Lévis est un fleuron important pour ce genre d’entreprises, elle compte près de 500 entreprises d’économie sociale sur son territoire. Ces entreprises mettent de l’avant l’individu dans leurs entreprises, autant dans le service offert qu’au niveau des employés qu’elles engagent. Elles partagent des valeurs bien à elles et ces entreprises sont essentielles au développement et à la vitalité d’une communauté.

Questionnés à propos du plan d’action d’une durée de cinq ans mis en place en 2015 par les libéraux, les candidats se sont exprimés à ce propos.

Les partis s’entendent pour dire que la population est vieillissante et que les entreprises d’économie sociale doivent rayonner dans le secteur des services aux personnes âgées. M. Morel tient à ajouter un aspect qu’il considère important. «Ces entreprises récupèrent souvent les déchets et leurs services réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Il serait intéressant de voir l’impact qu’ils ont sur l’environnement dans un bilan», soutient le candidat péquiste. Dans le même élan, François Paradis souligne le manque d’éducation autour de ce modèle d’affaires. «Les gens ne savent pas ce qu’est l’économie sociale, il faut informer les gens là-dessus», déplore le politicien. Du côté libéral, M. Abkey croit que les entreprises d’économie sociale font partie des solutions pour pallier le manque de main-d’œuvre bien présent dans la région. Pour QS, ce genre d’économie se trouve au cœur de leur message. «À Québec solidaire, nous avons les outils nécessaires pour venir en aide aux entreprises d’économie sociale et ce n’est pas de la démagogie, c’est quelque chose d’inscrit dans notre programme électoral», souligne Georges Goma.

À l’aube d’un nouveau plan d’action

Un changement de gouvernement arrive à un moment charnière pour ce genre d’entreprises qui est à l’aube d’un nouveau plan d’action. Céline Bernier, directrice générale de la TRÉSCA, a lancé la question à savoir ce que les différents partis ont à offrir à ces entreprises qui sont dans le besoin.

Les partis se sont entendus sur la question du financement par missions plutôt que par projets. En effet, une fois un projet complété, ces organismes doivent rapidement mettre en branle les mesures pour aller chercher du financement pour s’attaquer à leur prochain projet. Les candidats affirment tous que la recherche de financement n’est qu’une distraction face à la mission que ces entreprises ont à remplir.

De plus, M. Abkey voit les entreprises d’économie sociale comme une pierre angulaire du dossier de l’immigration. «Les entreprises d’économie sociale auront le rôle d’intégrer les immigrants sur le marché du travail et dans la société québécoise», affirme-t-il. Le PQ a maintenu son discours vert en ajoutant que les impacts positifs de ces entreprises sont bénéfiques à la planète. Pour le candidat solidaire qui a étudié la sociologie, les entreprises qui aident les jeunes à intégrer le marché du travail sont essentielles, elles ont un impact direct sur l’économie plus «capitaliste», selon M. Goma. Chez le caquiste, il croit qu’on doit être fier de ces entreprises et prendre les mesures nécessaires pour qu’elles s’élèvent. «Ce qu’on va devoir faire, c’est de s’assoir ensemble et déceler vos besoins et que vous puissiez prendre de l’expansion. On doit éduquer les gens pour qu’ils connaissent ce modèle d’affaires. Si vous n’êtes pas là, comme économie, on manque notre coup», conclut M. Paradis.

Les plus lus

Lien mécanique dans le secteur de la Traverse : la Ville envisage des expropriations

Afin de réaliser le lien mécanique entre la rue Marie-Rollet et le secteur de la Traverse promis depuis des années par le maire de Lévis, l’administration Lehouillier prévoit exproprier trois terrains situés la rue Saint-Laurent.

Aérodrome de Pintendre : la Ville passe au plan politique

Après avoir perdu la bataille au niveau juridique, la Ville de Lévis poursuit la guerre dans le dossier de l’aérodrome de Pintendre. La municipalité décide de porter la bataille au niveau politique.

Annonce d'Ottawa à la Davie : la CSN en colère

Par voie d'un communiqué du conseil central Québec-Chaudière-Appalaches, la CSN, le syndicat qui représente les travailleurs du Chantier Davie, a vertement critiqué le processus qui mènera à l'octroi par le gouvernement fédéral d'un contrat de construction de deux traversiers par le chantier maritime lévisien.

Garde à horaires atypiques : la Maison de la Famille Chutes-Chaudière participera à un projet-pilote

De passage à Saint-Jean-Chrysostome le 6 juin, le ministre de la Famille du Québec, Mathieu Lacombe, et la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, ont annoncé une aide financière de 253 000 $ dans le cadre d’un projet-pilote pour la garde à horaires atypiques. L’un des quatre projets retenus dans le cadre de l’initiative est mené par la Maison de la Famille Chutes-Chaudi...

Faire de la politique pour sauver la planète

Les candidats du Parti vert du Canada (PVC) dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière sont maintenant connus. André Voyer, ancien candidat indépendant à la mairie de Lévis en 2017, et Luc St-Hilaire, stratège et créateur publicitaire, défendront les couleurs de la formation dirigée par Elizabeth May, un engagement motivé par «l’urgence climatique».

Le conseil municipal du 27 mai en bref

Voici un résumé des décisions marquantes prises par le conseil municipal de Lévis lors de la séance régulière du 27 mai dernier.

Le Bloc se prépare dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis

C’est le 29 mai à Lévis que l’association du Bloc québécois (BQ) pour la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis a tenu son assemblée générale annuelle. La réunion a permis aux membres du parti politique d’amorcer leur préparation en vue des prochaines élections fédérales, qui auront lieu le 21 octobre prochain.

François Paradis, député de Lévis avant tout

Le 1er octobre dernier, François Paradis a été réélu pour un deuxième mandat à titre de député provincial au sein de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour la circonscription de Lévis. Le 27 novembre, il était assermenté afin de remplir les fonctions de président de l’Assemblée nationale du Québec. Avec toutes ses nouvelles responsabilités, François Paradis continue de faire de sa circonscription s...

Davie : l’Obélix est plus nécessaire que jamais selon Blaney

Par voie de communiqué, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a demandé encore une fois, le 7 juin, au gouvernement libéral d'octroyer «le contrat de l’Obélix au chantier Davie le plus rapidement possible» en raison de la grande utilisation de l'Astérix par la Marine royale canadienne.

Climat toujours tendu à Saint-Michel

Les citoyens étaient encore nombreux à la séance du conseil municipal de Saint-Michel, le 3 juin dernier. Les dossiers de la rémunération des élus, de la tarification imposée aux utilisateurs de l'aréna de Saint-Charles et du climat tendu au sein de la localité ont été particulièrement au cœur des questions des citoyens.