Steven Blaney interpelle Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, sur les délais de délivrance de l’EIMT.

Fort de plusieurs appels d’entreprises de son comté déplorant les délais en lien avec l’Étude d’impact sur le marché du travail (EIMT), une étape nécessaire pour recruter des travailleurs étrangers, le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, demande au ministre libéral Jean-Yves Duclos que le gouvernement fédéral prenne des mesures pour corriger la situation.

«Nous recevons de nombreux appels d’entreprises de ma circonscription en détresse. En effet, alors qu’ils doivent pourvoir des postes rapidement et se tournent vers l’embauche de travailleurs étrangers, sous peine de nuire à leur production, ils se heurtent à des délais exagérés pour l’obtention de l’EIMT nécessaire à la délivrance de leur permis de travail. Et ce n’est pas faute d’avoir tenté de recruter des travailleurs locaux. Toutefois, avec un taux de chômage de 2,4% en Chaudière-Appalaches, il est clair que leur disponibilité n’est pas au rendez-vous», a d’emblée déploré M. Blaney dans une lettre transmise à M. Duclos le 30 novembre.

Selon M. Blaney, sous le précédent gouvernement conservateur dont il faisait partie, cette étape s’effectuait plus rapidement, ce qui occasionnait moins de difficultés aux entreprises de la région.

«Cette procédure est très difficile actuellement, car les délais d’obtention de l’EIMT sont maintenant de 23 à 24 semaines alors qu’ils étaient de 3 semaines il y a quatre ans, à l’arrivée des libéraux au pouvoir. Je demande donc au ministre d’agir, car il en est de la survie de nos entreprises», a argué le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, dans un communiqué de presse envoyé aux médias le 30 novembre.

«Mesures concrètes»

Pour s’attaquer à ce problème identifié par plusieurs entreprises de la région, Steven Blaney estime qu’Ottawa doit tout simplement éliminer les délais et les lourdeurs administratives grâce à de «mesures concrètes», qui doivent être mises en place le plus rapidement possible en raison de «l’urgence» de la situation.

«Clairement, la pénurie de main-d’œuvre constitue un frein à la croissance de nos entreprises. J’interpelle le gouvernement libéral afin que des actions concrètes soient prises rapidement pour éliminer les lourdeurs administratives», a estimé Steven Blaney. 

Notons finalement que le député lévisien n’est pas le seul à demander des changements à l’EIMT. Il y a quelques semaines, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a avancé la possibilité que les entreprises d’une région ayant un faible taux de chômage soient exemptées de l’EIMT afin de recruter des travailleurs étrangers. Il s’agit de l’une des quinze pistes de solution mises de l’avant par son administration pour s’attaquer à la pénurie de la main-d’œuvre qui frappe la région. 

Les plus lus

Lettre ouverte d'Alain Rayes sur le Chantier Davie

Voici une lettre ouverte transmise aux médias d'Alain Rayes, député de Richmond—Arthabaska et lieutenant politique pour le Québec du Parti conservateur du Canada (PCC), sur la situation à la Davie.

Lévis invite à vivre son courant

C’est en présence de plus de 800 personnes que la Ville de Lévis a dévoilé en grande pompe, le 21 novembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, son nouveau positionnement stratégique. Grâce à sa nouvelle image Vivez le courant Lévis, l’administration Lehouillier désire faire rayonner le territoire «au-delà de ses frontières».

Pénurie de main-d’œuvre : l’administration Lehouillier présente ses solutions

En compagnie de la présidente du comité consultatif sur la main-d’œuvre et conseillère municipale du district Taniata, Karine Laflamme, Gilles Lehouillier, le maire de Lévis, a présenté, le 14 novembre, le rapport synthèse des consultations effectuées cet automne auprès d’entrepreneurs lévisiens et d’intervenants économiques sur la problématique de la pénurie de main-d’œuvre. Un premier bilan qui ...

Viaduc de Saint-Rédempteur : pas de circulation avant l’été

Annoncée initialement en novembre par la Ville, l’ouverture à la circulation du nouveau viaduc de Saint-Rédempteur a été repoussée à juin prochain. L’instabilité du sol ne permet pas de terminer les travaux avant le printemps.

Fin des entraves majeures sur le chantier de l'élargissement de l'autoroute 20

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé, le 16 novembre, la fin des entraves majeures du chantier de l'élargissement de l'autoroute 20 en direction est, entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome.

Jean Garon, «un homme de bien commun»

Le 9 novembre 1978 était adoptée la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA) qui définit la zone verte afin de protéger le garde-manger du Québec de l’urbanisation des terres. Ancien député de Lévis et alors ministre de l’Agriculture, Jean Garon en a été l’artisan. Quarante ans plus tard, son ancien attaché de presse et actuel président de l’Institut Jean-Garon est re...

De nouveaux services en ligne pour les Lévisiens

Le conseil municipal de la Ville de Lévis s’est réuni le 26 novembre. Voici en résumé les sujets abordés et les points adoptés par le maire Gilles Lehouillier et les conseillers municipaux.

Paradis sera le président de l'Assemblée nationale

Selon ce que rapportent plusieurs médias, le député de Lévis, François Paradis, deviendra mardi le président de l'Assemblée nationale.

La Ville demande une modification de ses pouvoirs

Les pouvoirs de la Ville de Lévis pourraient bientôt être modifiés puisqu’elle en a fait la demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Les 9 changements à la Charte de la Ville soumis visent pour la plupart à étendre ses prérogatives de la Ville. La Charte n’a pas été modifiée depuis son entrée en vigueur en 2002.

François Paradis fait de la transparence sa priorité

Assermenté ce 27 novembre, le député de Lévis pour la Coalition avenir Québec (CAQ) est devenu officiellement le nouveau président de l’Assemblée nationale du Québec. Face au cynisme et à la confiance «peu reluisante» des citoyens, François Paradis a appelé les élus à davantage de rigueur dans leurs pratiques.