L’exercice revient annuellement depuis quelques années. Le dîner-conférence du maire, organisé par la Chambre de commerce de Lévis le 4 décembre, a donné l’occasion à Gilles Lehouillier de revenir une nouvelle fois sur sa vision pour la ville et les projets annoncés devant la communauté d’affaires lévisienne.

Pendant une heure, le maire de Lévis a refait un tour complet des investissements annoncés et des priorités mises de l’avant lors de la dernière campagne électorales et depuis sa réélection à la tête de la municipalité il y a un an. Main d’œuvre, transport et qualité de vie, Gilles Lehouillier est revenu sur les thématiques développées au fil des mois, chiffres et listes d’investissements à l’appui.

Avec des airs d’opération séduction, le discours du maire était structuré autour de la nouvelle image de marque de la Ville dévoilée quinze jours plus tôt. Gilles Lehouillier en a profité pour vanter les atouts de Lévis qui reposent, selon lui, sur la promotion de valeurs telles que le dynamisme ou l’accueil, ainsi que des investissements qui visent, au centre de la cible, à attirer de jeunes familles.

«C’est une ville qui est accueillante, qui est heureuse de recevoir, qui est authentique, qui est vraie, qui n’est pas dénaturée. Lévis, ce n’est pas Québec. Lévis, c’est Lévis. C’est aussi simple que ça», a déclaré le maire devant les convives.

Dans cette perspective, les investissements continueront d’être dirigés vers les infrastructures routières, les équipements sportifs et culturels ainsi que les parcs industriels afin de proposer un niveau de service que la municipalité veut attractif pour inciter travailleurs et investisseurs à choisir Lévis.

45,5 M$ pour les parcs industriels

«On veut refaire une beauté à nos parcs industriels, que ça devienne des produits d’appel attrayants», a indiqué le maire qui a poursuivi avec l’annonce d’investissements totalisant 45,5 M$ inscrits au plan triennal d’immobilisation (PTI) 2019-2021, contre 13,9 M$ dans le PTI 2016-2018. De nouvelles rues seront viabilisées à Lauzon, Bernières ainsi que Charny pour 39,5 M$, et 6 M$ seront consacrés à l’entretien des infrastructures.

«(Avec la Beauce), on a intérêt à travailler ensemble. Et à devenir, pas Lévis isolément, avec la région Chaudière-Appalaches, on est capable de devenir une zone de développement industriel fantastique et s’inscrire à l’intérieur des zones d’innovation dont nous a parlé le premier ministre dans son discours inaugural», a assuré Gilles Lehouillier.

La Direction du développement économique va par ailleurs être renforcée par «une équipe dédiée à l'innovation et au développement industriel, à la main-d'œuvre et l'immigration et à mise en œuvre de la stratégie de marketing territorial».

Dans les prochaines années, on peut s’attendre à une croissance exponentielle de la ville. Le résidentiel est déjà en plein expansion avec 1 681 nouvelles unités d’habitation construites en 2017 plutôt que les 850 prévues. Si le projet Umano avec ses 2 000 logements est commencé dans Desjardins, l’ouest du territoire ne devrait pas être en reste puisque le «schéma d’aménagement (a été) modifié pour permettre un redéveloppement et monter en densité le long de Guillaume Couture et de la 116», a expliqué le maire.

«Je vous le dis, il y a des promoteurs qui ont des projets de développement dans l’ouest de la ville avec du 20, 22, voir même 25 étages. Et ce n’est pas fictif ce que je vous dis» a-t-il prédit.

L’interconnexion dans l’est

Interrogé en marge de la conférence sur le dossier de l’interconnexion, Gilles Lehouillier s’est réjoui que le gouvernement reprenne le dossier alors que les libéraux avaient préféré le confier à Lévis. «Je salue le courage du gouvernement de la CAQ d’avoir dit que l’interconnexion, c’est la job du gouvernement, ce n’est pas la job ni de Québec ni de Lévis. Enfin il y a quelqu’un qui a tranché», a-t-il commenté.

Le maire a estimé que l’interconnexion ne pouvait se faire que dans l’est, justifiant par la même occasion la construction d’un troisième lien. «La seule affaire qu’on peut faire au niveau de l’interconnexion dans l’ouest, je vais vous dire ce que c’est, c’est prendre nos articulés et les amener à Québec. On va le faire, il n’y a pas de problème. Mais on ne peut pas faire bien plus que ça. Le pont Laporte n’a jamais été pensé en fonction du transport en commun», a-t-il défendu.


Les plus lus

Lettre ouverte d'Alain Rayes sur le Chantier Davie

Voici une lettre ouverte transmise aux médias d'Alain Rayes, député de Richmond—Arthabaska et lieutenant politique pour le Québec du Parti conservateur du Canada (PCC), sur la situation à la Davie.

Lévis invite à vivre son courant

C’est en présence de plus de 800 personnes que la Ville de Lévis a dévoilé en grande pompe, le 21 novembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, son nouveau positionnement stratégique. Grâce à sa nouvelle image Vivez le courant Lévis, l’administration Lehouillier désire faire rayonner le territoire «au-delà de ses frontières».

Pénurie de main-d’œuvre : l’administration Lehouillier présente ses solutions

En compagnie de la présidente du comité consultatif sur la main-d’œuvre et conseillère municipale du district Taniata, Karine Laflamme, Gilles Lehouillier, le maire de Lévis, a présenté, le 14 novembre, le rapport synthèse des consultations effectuées cet automne auprès d’entrepreneurs lévisiens et d’intervenants économiques sur la problématique de la pénurie de main-d’œuvre. Un premier bilan qui ...

Viaduc de Saint-Rédempteur : pas de circulation avant l’été

Annoncée initialement en novembre par la Ville, l’ouverture à la circulation du nouveau viaduc de Saint-Rédempteur a été repoussée à juin prochain. L’instabilité du sol ne permet pas de terminer les travaux avant le printemps.

Fin des entraves majeures sur le chantier de l'élargissement de l'autoroute 20

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé, le 16 novembre, la fin des entraves majeures du chantier de l'élargissement de l'autoroute 20 en direction est, entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome.

Jean Garon, «un homme de bien commun»

Le 9 novembre 1978 était adoptée la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA) qui définit la zone verte afin de protéger le garde-manger du Québec de l’urbanisation des terres. Ancien député de Lévis et alors ministre de l’Agriculture, Jean Garon en a été l’artisan. Quarante ans plus tard, son ancien attaché de presse et actuel président de l’Institut Jean-Garon est re...

Paradis sera le président de l'Assemblée nationale

Selon ce que rapportent plusieurs médias, le député de Lévis, François Paradis, deviendra mardi le président de l'Assemblée nationale.

La Ville demande une modification de ses pouvoirs

Les pouvoirs de la Ville de Lévis pourraient bientôt être modifiés puisqu’elle en a fait la demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Les 9 changements à la Charte de la Ville soumis visent pour la plupart à étendre ses prérogatives de la Ville. La Charte n’a pas été modifiée depuis son entrée en vigueur en 2002.

De nouveaux services en ligne pour les Lévisiens

Le conseil municipal de la Ville de Lévis s’est réuni le 26 novembre. Voici en résumé les sujets abordés et les points adoptés par le maire Gilles Lehouillier et les conseillers municipaux.

François Paradis fait de la transparence sa priorité

Assermenté ce 27 novembre, le député de Lévis pour la Coalition avenir Québec (CAQ) est devenu officiellement le nouveau président de l’Assemblée nationale du Québec. Face au cynisme et à la confiance «peu reluisante» des citoyens, François Paradis a appelé les élus à davantage de rigueur dans leurs pratiques.