Parce qu'elle n'a pas été consultée et parce que cela pourrait créer un précédent...

...la Ville de Lévis rejette la demande de contribution financière que lui a adressée la mairesse de la Ville de Québec, Andrée Boucher.

 

Alain Lessard

IciLevis.com

Mardi, 20 mars 2006

 

C'est à l'unanimité que les élus municipaux ont accepté cette position exprimée à la séance régulière du Conseil de ville de Lévis hier soir.

 

Rappelons que, selon l'entente de principe intervenue entre le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Michel Després, et la mairesse de Québec, les déficits annuels d'opération devaient être pris en charge par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) et ses constituantes. La quote-part de la Ville de Lévis était fixée à 15 %, ce qui représentait une facture annuelle de 750 000 dollars.

 

Bien qu'elle ait donné son appui à la sauvegarde du Jardin zoologique de Québec le 16 janvier dernier, Mme Roy-Marinelli ne s'était pas engagée financièrement. Elle avait demandé que la Ville de Lévis soit impliquée dans la négociation de l'entente de principe entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec, ce qui n'a pas été respecté.

 

« Nous avons été un partenaire positif dans ce projet, mais on ne nous a jamais consulté ni invité à la table de décision. Les tractations n'ont toujours impliqué que Mme Boucher et M. Després. La mairesse de Québec n'a pas su profiter de notre ouverture », a indiqué Mme Roy-Marinelli.

 

Parce qu'elle n'a pas été consultée, la Ville de Lévis est privée de connaître la portée exacte du projet proposé et la structure de propriété envisagée, de même que la viabilité du zoo à long terme, son positionnement stratégique par rapport aux autres zoos et ses éventuelles retombées économiques pour Lévis.

 

En outre, la Ville craint qu'un tel projet crée un précédent qui pourrait s'étendre à d'autres équipements et infrastructures à caractère public relevant du gouvernement du Québec. Cela aurait pour effet d'imposer aux contribuables de Lévis et de la région une charge financière lourde, imprévue et injustifiée.

 

Si l'on s'en tient à l'avis donné par le ministre responsable à la mairesse de Québec, le Jardin zoologique de Québec fermera ses portes le 31 mars prochain à moins que la Ville de Québec n'assume seule les déficits annuels d'opération.

 

« Le gouvernement du Québec tente de camoufler son désengagement en laissant les citoyens se débrouiller avec les problèmes financiers. En exigeant que la CMQ assume les déficits d'opération, le ministre Després fait porter l'odieux de la décision de fermer le zoo aux élus municipaux »,  a dénoncé le conseiller Jean-Claude Blanchard.

Les plus lus

Lien mécanique dans le secteur de la Traverse : la Ville envisage des expropriations

Afin de réaliser le lien mécanique entre la rue Marie-Rollet et le secteur de la Traverse promis depuis des années par le maire de Lévis, l’administration Lehouillier prévoit exproprier trois terrains situés la rue Saint-Laurent.

Aérodrome de Pintendre : la Ville passe au plan politique

Après avoir perdu la bataille au niveau juridique, la Ville de Lévis poursuit la guerre dans le dossier de l’aérodrome de Pintendre. La municipalité décide de porter la bataille au niveau politique.

Annonce d'Ottawa à la Davie : la CSN en colère

Par voie d'un communiqué du conseil central Québec-Chaudière-Appalaches, la CSN, le syndicat qui représente les travailleurs du Chantier Davie, a vertement critiqué le processus qui mènera à l'octroi par le gouvernement fédéral d'un contrat de construction de deux traversiers par le chantier maritime lévisien.

Garde à horaires atypiques : la Maison de la Famille Chutes-Chaudière participera à un projet-pilote

De passage à Saint-Jean-Chrysostome le 6 juin, le ministre de la Famille du Québec, Mathieu Lacombe, et la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, ont annoncé une aide financière de 253 000 $ dans le cadre d’un projet-pilote pour la garde à horaires atypiques. L’un des quatre projets retenus dans le cadre de l’initiative est mené par la Maison de la Famille Chutes-Chaudi...

Faire de la politique pour sauver la planète

Les candidats du Parti vert du Canada (PVC) dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière sont maintenant connus. André Voyer, ancien candidat indépendant à la mairie de Lévis en 2017, et Luc St-Hilaire, stratège et créateur publicitaire, défendront les couleurs de la formation dirigée par Elizabeth May, un engagement motivé par «l’urgence climatique».

Le conseil municipal du 27 mai en bref

Voici un résumé des décisions marquantes prises par le conseil municipal de Lévis lors de la séance régulière du 27 mai dernier.

Le Bloc se prépare dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis

C’est le 29 mai à Lévis que l’association du Bloc québécois (BQ) pour la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis a tenu son assemblée générale annuelle. La réunion a permis aux membres du parti politique d’amorcer leur préparation en vue des prochaines élections fédérales, qui auront lieu le 21 octobre prochain.

François Paradis, député de Lévis avant tout

Le 1er octobre dernier, François Paradis a été réélu pour un deuxième mandat à titre de député provincial au sein de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour la circonscription de Lévis. Le 27 novembre, il était assermenté afin de remplir les fonctions de président de l’Assemblée nationale du Québec. Avec toutes ses nouvelles responsabilités, François Paradis continue de faire de sa circonscription s...

Davie : l’Obélix est plus nécessaire que jamais selon Blaney

Par voie de communiqué, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a demandé encore une fois, le 7 juin, au gouvernement libéral d'octroyer «le contrat de l’Obélix au chantier Davie le plus rapidement possible» en raison de la grande utilisation de l'Astérix par la Marine royale canadienne.

Climat toujours tendu à Saint-Michel

Les citoyens étaient encore nombreux à la séance du conseil municipal de Saint-Michel, le 3 juin dernier. Les dossiers de la rémunération des élus, de la tarification imposée aux utilisateurs de l'aréna de Saint-Charles et du climat tendu au sein de la localité ont été particulièrement au cœur des questions des citoyens.