Avec l'exposition 2G4E (ToGether ForEver), présentée jusqu'au 5 juin au Centre d'artistes Regart, l'artiste multidisciplinaire Mathieu Lévesque invite les amateurs d'art lévisiens à revoir leur définition de la peinture, de la sculpture et de l'architecture avec une audacieuse installation aux allures uniques.

Par Raphaël Lavoie
raphaellavoie@journaldelevis.com

Difficile de manquer l'imposante poutre blanche traversant la galerie, tout comme l'immense dégradé de couleurs peint sur le mur d'en face, dont les reflets colorent la longue structure architecturale. 

Au-delà de la simple exposition, les visiteurs de Regart auront l'impression de pénétrer à l'intérieur même d'une œuvre de Mathieu Lévesque en visitant 2G4E au cours des prochaines semaines.

Cela dit, pour l'ancien graffeur, les installations de cette taille n'ont plus rien d'inhabituel. Voulant repousser les limites du tableau, il se sert des espaces d'expositions comme une seule et unique grande toile, où tous les éléments présentés forment un tout, s'influençant les uns et les autres.

«Je m'intéresse beaucoup à ce qui se passe à l'extérieur du tableau, donc nécessairement le contexte. […] Le reflet de couleur colore même les gens. Donc, la limite n'est pas discernable», explique-t-il.

Au sein de l'exposition, les visiteurs pourront ainsi découvrir que l'artiste montréalais s'est approprié les murs de Regart en y appliquant de la peinture suivant différentes techniques, de la plus soignée jusqu'au plus brouillon, à la cannette, au rouleau ou au minuscule pinceau.

Ce faisant, Mathieu Lévesque souhaite représenter l'éventail de possibilités qui s'offre au peintre lorsqu'il remplit une surface.

2G4E hébergera par ailleurs également des tableaux du diplômé en arts visuels de l'UQAM. Encore là, il revisite complètement la forme du médium : dessinée par ordinateur, la forme de la toile est ensuite découpée et assemblée par Lévesque, qui ne peint au final en couleur que les côtés du tableau.

«Normalement, la bordure d'un tableau dans la définition classique, ça sert à stopper le regard, tandis que moi, la bordure est un peu un agent de liaison entre l'extérieur et l'intérieur. Pour moi, l'extérieur fait autant partie de l'espace pictural. J'inverse toutes les composantes de base», soutient l'artiste. 

Soulignons en terminant que pendant la même période, le centre d'artistes en arts visuels présentera également en vitrine le projet Puerpéralité de la membre-artiste Laurie St-Onge Dostie dans la Vitrine des membres et le travail sonore de François Chamberland, qui sera quant à lui en écoute libre dans la galerie.

Crédit photo : Charles-Frédérick Ouellet

Les plus lus

Mario Chenart s'éteint

Originaire de Lauzon, l'auteur-compositeur-interprète Mario Chenart est décédé à l'âge de 57 ans, le 16 février à Saint-Eustache, d'un cancer, selon Radio-Canada et la Société d'histoire de Lévis.

Sur la scène de L’Anglicane, le monde autrement

Les spectacles présentés au fil des prochains mois seront autant de façons de voir le monde en musique, en chanson, en humour et en théâtre. Lors du lancement de saison, le 17 janvier, Boogàt, Dominique Fils-Aimé, Émilie Clepper et That’s All Folk ont offert des performances aux spectateurs fidèles de la salle lévisienne.

Le lauréat du Prix Regart Cégep sort du cadre

Pouvoir réaliser sa première exposition en milieu professionnel directement à la sortie du cégep, c’est l’opportunité offerte par le centre d’artistes en art actuel à un finissant du programme d’arts visuels. Le jeune artiste lévisien Charles David présente son installation Cadre vicieux dans la vitrine de Regart, jusqu’au 5 février.

Artistes recherchés pour la 22e édition de Village en Arts

Les artistes en arts visuels et les artisans en métiers d’art qui souhaitent participer à la 22e édition de Village en Arts ont jusqu’au 22 février pour soumettre leur dossier. Présenté par l’Espace culturel du Quartier, l’événement se tiendra les 5, 6 et 7 juillet dans le parc Le Picart à Saint-Nicolas.

Musique et théâtre servis en apéro à L’Anglicane

Les Apéros éclatés reviennent cette saison à L’Anglicane avec trois nouveaux spectacles à découvrir en mangeant du maïs soufflé. Cette nouvelle formule est née l’automne passé, dans le cadre du 40e anniversaire de Diffusion culturelle de Lévis.

De jeunes talents à Cégeps en spectacle à Lévis

Organisée par le Service d’animation socioculturelle du Cégep de Lévis-Lauzon, la 40e édition de Cégeps en spectacle se tiendra le 6 février, à 19h30, à l’auditorium du Cégep. Lors de cette finale locale, les spectateurs pourront découvrir le talent de plus d’une vingtaine d’étudiants dans neuf prestations différentes en chant, musique, danse, théâtre et humour.

Rencontre avec Carol Poulin autour d’un documentaire

Le Centre d’exposition Louise-Carrier présente le documentaire de Réjeanne Lamothe, L’homme qui fait parler les toiles, le 10 février. Le film présente le parcours de l’artiste peintre et restaurateur, Carol Poulin.

Une soirée électro au VBP avec Lucky Rose

L’irrésistible vague électro-pop de Lucky Rose frappera le Vieux Bureau de Poste le 25 janvier. Le duo de Québec présentera ses hymnes festifs lors d’une soirée unique en son genre pour la salle de spectacle de Lévis et ses spectateurs.

Les finalistes du Concours d’œuvres d’art dévoilés

Diffusion culturelle de Lévis présente du 27 janvier au 27 février au Centre d’exposition Louise-Carrier, l’exposition des œuvres sélectionnées dans le cadre de la 21e édition du Concours d’œuvres d’art.

Le blues-rock chaleureux de Raphaël Dénommé au VBP

Auteur-compositeur au talent brut et au charme indéniable, Raphaël Dénommé s’arrêtera le 16 février au Vieux Bureau de Poste (VBP) pour y présenter les compositions blues-rock de son premier opus Bayou Saint-Laurent, sorti plus tôt cet automne.