Avec l'exposition 2G4E (ToGether ForEver), présentée jusqu'au 5 juin au Centre d'artistes Regart, l'artiste multidisciplinaire Mathieu Lévesque invite les amateurs d'art lévisiens à revoir leur définition de la peinture, de la sculpture et de l'architecture avec une audacieuse installation aux allures uniques.

Par Raphaël Lavoie
raphaellavoie@journaldelevis.com

Difficile de manquer l'imposante poutre blanche traversant la galerie, tout comme l'immense dégradé de couleurs peint sur le mur d'en face, dont les reflets colorent la longue structure architecturale. 

Au-delà de la simple exposition, les visiteurs de Regart auront l'impression de pénétrer à l'intérieur même d'une œuvre de Mathieu Lévesque en visitant 2G4E au cours des prochaines semaines.

Cela dit, pour l'ancien graffeur, les installations de cette taille n'ont plus rien d'inhabituel. Voulant repousser les limites du tableau, il se sert des espaces d'expositions comme une seule et unique grande toile, où tous les éléments présentés forment un tout, s'influençant les uns et les autres.

«Je m'intéresse beaucoup à ce qui se passe à l'extérieur du tableau, donc nécessairement le contexte. […] Le reflet de couleur colore même les gens. Donc, la limite n'est pas discernable», explique-t-il.

Au sein de l'exposition, les visiteurs pourront ainsi découvrir que l'artiste montréalais s'est approprié les murs de Regart en y appliquant de la peinture suivant différentes techniques, de la plus soignée jusqu'au plus brouillon, à la cannette, au rouleau ou au minuscule pinceau.

Ce faisant, Mathieu Lévesque souhaite représenter l'éventail de possibilités qui s'offre au peintre lorsqu'il remplit une surface.

2G4E hébergera par ailleurs également des tableaux du diplômé en arts visuels de l'UQAM. Encore là, il revisite complètement la forme du médium : dessinée par ordinateur, la forme de la toile est ensuite découpée et assemblée par Lévesque, qui ne peint au final en couleur que les côtés du tableau.

«Normalement, la bordure d'un tableau dans la définition classique, ça sert à stopper le regard, tandis que moi, la bordure est un peu un agent de liaison entre l'extérieur et l'intérieur. Pour moi, l'extérieur fait autant partie de l'espace pictural. J'inverse toutes les composantes de base», soutient l'artiste. 

Soulignons en terminant que pendant la même période, le centre d'artistes en arts visuels présentera également en vitrine le projet Puerpéralité de la membre-artiste Laurie St-Onge Dostie dans la Vitrine des membres et le travail sonore de François Chamberland, qui sera quant à lui en écoute libre dans la galerie.

Crédit photo : Charles-Frédérick Ouellet

Les plus lus

L’urgence de Stat reprend vie

Après trois ans d’attente, les amateurs de la série de bandes dessinées Stat peuvent dévorer un nouveau tome des aventures médicales humoristiques imaginées par l’infirmier auxiliaire Yves Lessard et l’urgentologue à l’Hôtel-Dieu de Lévis François Paquet. En effet, le dessinateur et le scénariste derrière cette œuvre du neuvième art ont lancé, le 27 septembre à Lauzon, le troisième volet de Stat :...

Journées de la culture : une foule d’activités

La 22e édition des Journées de la culture se tiendra à Lévis du 28 et 30 septembre. Une foule d’activités est organisée pour célébrer les arts et la culture dans plusieurs villes de Chaudière-Appalaches et partout au Québec, sous la thématique des mots.

Korine Côté en mode autodérision au VBP

En rodage de son deuxième one woman show, Gros plan, la percutante humoriste Korine Côté s’arrêtera au Vieux Bureau de Poste (VBP) les 26 et 27 septembre pour y dévoiler sans pudeur tous les travers, différences et bizarreries qui la rendent si unique.

D’un atelier est née une exposition

Riopelle chez les ados, en cours à la bibliothèque Albert-Rousseau à Saint-Étienne-de-Lauzon, rassemble des œuvres inspirées du peintre québécois et créées par des jeunes du 121e Groupe Scout en compagnie de l’artiste lévisienne Ghislaine Riendeau lors d’un atelier. L’exposition est prolongée jusqu’au 12 décembre.

Les conteurs débarquent en ville

Raconteurs d’histoires et faiseurs de mots reviennent à Lévis partager leurs fabuleux récits. Du 11 au 21 octobre, la 16e édition du Festival international du conte Jos Violon habitera divers lieux de la ville, le temps d’un voyage en compagnie de Michel Lessard, David Goudreault et d’autres artistes de la parole.

26e Vente aux enchères d’œuvres d’art de DCL

Le Centre d’exposition Louise-Carrier présente du 7 au 21 octobre, l’exposition des œuvres sélectionnées pour la 26e Vente aux enchères d’œuvres d’art. Réalisée au profit des artistes et de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), la vente se tiendra le 24 octobre.

Un piano sous les chandelles à Lévis

Dans une ambiance feutrée et propice à l’écoute, les spectateurs pourront vivre un concert placé sous le sceau de la noblesse, de la dignité, de la grâce et de l’émerveillement. Alejandra Cifuentes Diaz interprètera certains des plus grands chefs-d’œuvre romantiques.

Rencontre avec un rockeur québécois

Stéphane Parenteau sera de passage à Lévis pour présenter Pourquoi?, avant une tournée partout au Québec. L’artiste rock québécois fera une prestation tirée de cet album, sorti en novembre dernier, sous le label de Véronique Labbé et distribution Select.

Une soirée avec Maude Audet au VBP

L’auteure-compositrice-interprète Maude Audet, sera de passage au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 5 octobre prochain. Un an après la sortie de son deuxième album, Comme une odeur de déclin, l’artiste originaire de Québec viendra présenter son spectacle accompagnée de ses musiciens. Elle promet une soirée intimiste dans la salle du VBP.

Flip fait sa marque à Révolution

Championnes du monde de danse hip-hop, la troupe Flip, de l'école de danse lévisienne District.Mao, se démarque encore une fois au petit écran.