La réalisatrice Carole Laganière a filmé un documentaire sur la classe adaptée de Sylvie Giroux de l’École secondaire les Etchemins.

Le documentaire Sylvie à l’école de la réalisatrice Carole Laganière a été présenté pour la première fois au Cinéma Lido à Lévis, le 17 octobre dernier. Le documentaire met en vedette l’enseignante de l’École secondaire les Etchemins Sylvie Giroux et les élèves de sa classe adaptée. La réalisatrice a suivi ce groupe pendant près d’un an afin de mettre en lumière la réalité que ces étudiants âgés de 16 à 21 ans vivent au quotidien.

Ils sont nés avec des limitations, mais rien n’empêche ces jeunes d’avoir des rêves, d’être amoureux, de se trouver un emploi, de faire du sport ou d’exceller en classe.

Ils ont la chance de partager leur quotidien avec une enseignante assez unique, Sylvie Giroux, qui a 25 ans d’expérience au sein des classes adaptées. Le documentaire offre des scènes cocasses, touchantes et va au cœur de la réalité de ces élèves.

On peut y voir la vie au travers des yeux de Jonathan, Édouard, Zachary, Abigaël, Megan ou Mélanie et cette vie n’est pas si simple. On constate l’importance que Sylvie peut avoir dans la vie de ces jeunes.

Elle souligne même qu’elle donne son numéro de téléphone à chacun des élèves de sa petite classe pour qu’ils l’appellent en cas de situation d’urgence. Comme l’urgence est un concept propre à chacun, elle reçoit plusieurs appels par soir, Sylvie est «enseignante 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7».

Avant d’entamer ce projet, il a fallu beaucoup d’organisation. Il fallait tout d’abord que la Commission scolaire des Navigateurs autorise le projet, pour qu’ensuite la direction de l’école appuie le projet et, finalement, acquérir l’autorisation des parents pour la diffusion des images. «J’ai été très touchée par l’accord des parents», a lancé l’enseignante.

Comment ne pas tomber sous le charme?

Le projet s’est développé pendant près de trois ans, de l’idée jusqu’au projet. Pour la réalisatrice, il est évident que Sylvie et sa classe pouvaient être les vedettes d’un film.

«Quand j’ai rencontré Sylvie, je suis tombé en amour avec elle. Quand j’ai rencontré ses élèves, je suis tombée en amour avec eux», a exprimé Mme Laganière.

Au début de la production du documentaire, la réalisatrice n’avait toujours pas trouvé de diffuseur pour le financement de son projet, mais elle a tout de même décidé de lancer le projet.

C’est seulement quatre mois plus tard que la chaîne de télé Canal D a décidé de financer le projet. Cette prise de risques a été payante pour la cinéaste.

«Ce qui est inspirant, c’est Sylvie. Elle est toujours au bon niveau avec eux. Elle est capable d’avoir de l’humour avec eux et, en même temps, elle tire des leçons de tout ce qui se passe dans la classe et ce n’est jamais moralisateur. C’est ça qui m’a fasciné», a-t-elle conclu en commentant son film.

Le documentaire Sylvie à l’école sera diffusé à Canal D, les 22 et 25 novembre prochains.

Les plus lus

Une Lévisienne toujours dans la course à La Voix

Après l’élimination du second Lévisien Gabriel Antoine Vallée sélectionné lors des auditions à l’aveugle dans l’équipe d’Alex Nevsky, le 17 mars, Rosalie Roberge est maintenant la seule candidate originaire du territoire à être toujours en lice dans cette 7e saison de La Voix.

Le Lévisien NOW mis en vedette sur les ondes

Pour tout le mois de février, NOW a été choisi pour être la Future star iHeartRadio sur les stations Rouge FM, avec le titre Not That Kind.

Des films pour les jeunes au ciné pendant la relâche

Du 2 au 10 mars, se tient la 8e édition du Festival de cinéma en famille de Québec (FCEQ). Cette année, l’événement qui prend place dans six lieux culturels de Québec, s’installe aussi sur la Rive-Sud, au Cinéma Lido à Lévis.

Un concert qui fait danser avec l’Harmonie des Chutes

Et si on dansait? invite l’Orchestre d’harmonie des Chutes (OHDC). L’ensemble donnera un concert le 2 mars, à la salle l’Héritage de l’église de Saint-Jean-Chrysostome. Aux côtés des amateurs de musique, les danseurs sont conviés à cette soirée, puisque qu’une piste de danse sera ouverte au public.

Laura Niquay raconte ses origines en version folk

Première artiste atikamekw à avoir participé aux Francofolies, la musique de Laura Niquay puise dans ses racines autochtones. La chanteuse présentera son univers musical qui parle des valeurs de sa communauté, de l’environnement et de la force féministe, le 23 mars au Vieux Bureau de Poste (VBP).

Sept artistes contemporains laissent leurs traces

Diffusion culturelle de Lévis présente l’exposition Passages et traces au Centre d’exposition Louise-Carrier, du 3 mars au 3 avril. Les visiteurs découvriront les œuvres d’André Bécot, Lucienne Cornet, Viviane Gruais, Jacinthe Lagueux, Gabriel Lalonde, Odette Théberge et Francine Vernac.

Des créations oniriques présentées à Regart

Le centre d’artistes en art actuel présente une œuvre vidéo de l’artiste japonais Shimabuku, jusqu’au 7 avril dans le cadre de Manif d’art 9 - La biennale de Québec.

Francofête : musique et rencontres célébrent les mots

Mars est le mois de la Francofête à Lévis. Sous le thème Les mots au-delà de la lettre, les artistes et partenaires culturels ont concocté des activités pour les petits et les grands qui mettent en valeur notre langue et notre culture.

Une rencontre extraordinaire à l’Espace symphonique

L’Orchestre symphonique de Lévis tiendra le concert gala de sa 33e saison le 9 mars, dès 19h, à l’Espace symphonique de Lévis (église Saint-David).

Guillaume sous toutes ses Couture à Saint-Nicolas

Après un arrêt dans l’est de la ville, l’exposition qui retrace la vie de Guillaume Couture s’installe dans l’ouest. L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas accueille l’exposition itinérante jusqu’au 31 mars. Revivez les aventures de ce pionnier et héros méconnu de la Nouvelle-France.