François (au centre) a passé deux ans à l’École supérieure de ballet du Québec avec son ami Shô (à gauche de François). CRÉDIT : COURTOISIE - IMAGE TIREE DU FILM © 2018 ONF. TOUS DROITS RESERVES.

La danse occupe presque tout leur temps. La réalisatrice Christine Chevarie-Lessard invite les spectateurs à passer 76 minutes avec des jeunes inscrits au programme professionnel de l’École supérieure de ballet du Québec. L’un d’eux, François, a grandi à Lévis avant de rejoindre la Métropole pour vivre son rêve.

Point d’équilibre prendra l’affiche à Québec le 14 décembre. Empreint de tendresse et de sensibilité, le documentaire explore de l’intérieur la vie et les rêves de jeunes danseurs à l’orée de l’adolescence, ce moment charnière où se dessine la fin des illusions. Les élèves de l’École supérieure de ballet du Québec se racontent avec une candide lucidité.

Ce long format est né d’un premier plus court auquel avait participé Shô, le meilleur ami de François. Devant la caméra, il y évoquait son amitié et c’est tout naturellement que François a de nouveau pris part à l’aventure cinématographique aux côtés de son ami grâce à la complicité des deux garçons.

Dans un milieu où la compétition n’est jamais très loin, créer des liens forts est aussi difficile que précieux. Même si des jalousies ont pu poindre par moment, discussion et sincérité ont permis aux amis d’éviter les conflits.

«On n’a pas eu de chicanes à cause de ça. On sait qu’on suivra des voies différentes dans le futur. On n’a jamais eu de rivalité», observe François.

«On s’entraide tout le temps. On se donne des défis, par exemple arriver à faire un nombre de pirouettes inestimable. On se donne des conseils, des trucs. Justement, c’est ça qui est cool! Parce qu’il n’y a pas de ‘‘T’es poche. Tu ne réussiras jamais.’’», raconte le danseur.

Une opportunité à ne pas manquer

Pour François, c’était une opportunité à ne pas manquer. «C’est une chance à prendre. Tu n’es pas tout le temps dans un film», admet celui qui a accepté de se dévoiler et s’ouvrir. «Ça me fait drôle de me voir et m’entendre parler, me voir en action», s’amuse François.

Le tournage a duré quelques jours. En plus des séquences tournées à l’École supérieure de ballet du Québec, d’autres l’ont été au café Manga, à l’extérieur des cours ou à la Grande Bibliothèque avec d’autres amis. L’expérience a même donné le goût à François de, peut-être, un jour faire son propre film où il raconterait son parcours de danseur.

Âgé de 17 ans aujourd’hui, le jeune homme a commencé la danse classique à 9 ans dans une école de danse de Québec et a aussi pratiqué pendant deux ans à Lévis chez Élédanse. Après des stages à Toronto et à New York, il a passé deux ans à l’École supérieure de ballet du Québec. Le danseur poursuit désormais son rêve à l’Académie du ballet métropolitain. François prépare sa participation à des compétitions internationales en février prochain afin d’entrer dans l’une des grandes écoles de la discipline.

«On travaille fort pour un résultat qui est de devenir danseur professionnel. C’est ça que je veux depuis que j’ai 9 ans. C’est travailler, travailler pour avoir un grand résultat. J’aime danser depuis toujours. C’est de pouvoir exprimer une émotion, apprendre davantage différents styles. En fait, c’est vraiment mon domaine», confie-t-il.

Les plus lus

Un air de jazz dans les rues de Lévis

Pour une treizième année consécutive, le Festival Jazz etcetera fera vibrer le cœur du Vieux-Lévis, du 8 au 11 août. Jazz varié, blues, soul, funky et big band, les sonorités chaudes et rythmées résonneront dans les rues de la ville pendant quatre jours.

Le Chœur du Monde dans tous ses éclats

Le Chœur du Monde présentera son prochain concert au Cégep de Lévis-Lauzon, les 7 et 8 juin prochains à 20h.

Plus de rire que de peur au Vieux Bureau de Poste cet été

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

Des œuvres format mini à découvrir à Lévis

L’Internationale d’art miniature revient à Lévis du 16 juin au 1er septembre pour une 10e édition. Présenté par Diffusion culturelle de Lévis, l’événement se tient au Centre d’exposition Louise-Carrier, à L’Anglicane et à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy.

La fascinante vie de Lionel Lefebvre

Jockey pendant plusieurs années aux États-Unis, le Lévisien Lionel Lefebvre a pu développer un grand talent artistique grâce à sa passion des chevaux. En plus de lui fournir une source d’inspiration inépuisable, son travail équestre lui a permis d’avoir les moyens pour suivre des cours afin de devenir peintre.

Chaudière-Appalaches en œuvres cherche artistes

Le concours d’arts visuels qui s’adresse aux artistes de tous les niveaux la région, Chaudière-Appalaches en œuvres, est lancé. Organisée par le Musée Marius-Barbeau, cette deuxième édition se tient sous le thème Deuxième vie.

Théâtre Beaumont-St-Michel : passer un été à rire à s’en taper les cuisses

Carl Béchard, Amélie Grenier, Isabelle Drainville, Jacques Girard, Caroline Dardenne et Patric Saucier sont les six comédiens qui donneront vie à l’histoire La mallette rouge de Ray Cooney, adaptée par Reynald Robinson à la sauce bellechassoise, à partir du 21 juin au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, et tout au long de l’été.

À la découverte de trésors de la Ville de Lévis

La Ville de Lévis présente son exposition Œuvres choisies du 6 juin au 1er septembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts de Saint-Nicolas.

Candidats recherchés pour le concours Chantons pour Elles

Les inscriptions pour la troisième édition du Concours Chantons pour Elles, organisée par la Fondation Jonction pour Elle, sont ouvertes. L’activité de financement permet de récolter des sous pour venir en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale.