L’artiste peintre urbain lévisien, Rafa Scöff, a participé à son premier vernissage le 15 décembre dernier. CRÉDIT : COURTOISIE

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Rafa Scöff pratique la peinture urbaine depuis plusieurs années déjà. Lorsque la saison le permet, l’artiste peintre aime s’exprimer par le moyen de graffitis sur les différents murs où il est permis d’effectuer ce genre de pratiques. L’hiver, il se met à la peinture sur des toiles à l’aide d’aérosol et de pochoirs.

Celui qui signe ses portraits sous le nom de Scöff a débuté le graffiti afin de s’extirper du milieu de la consommation de drogue. «Un moment donné, je voulais me sortir de ce monde-là et je suis revenu à mes racines, l’art», lance-t-il. 

À force de dessins, le Lévisien s’est fait remarquer par une équipe de promoteurs, Urban Graf, une compagnie québécoise qui fait la promotion d’artistes du milieu urbain via une ligne de vêtements et des événements.

Sous les thèmes de la consommation de drogue, l’abus de pouvoir, les inégalités, la justice, les émotions, la tristesse et la colère, l’autodidacte aime choquer. «Un des sujets qui me touche le plus dans ces temps-ci, c’est le réchauffement climatique. Je m’inspire des problèmes de société et de l’actualité. Mon but n’est pas de dessiner quelque chose de beau, mais de dénoncer», souligne-t-il.

Un rêve de plus en plus réaliste

Le 15 décembre dernier, Rafa Scöff a eu la chance de participer au vernissage Le souffle de l’âme, en collaboration avec cinq artistes, à la galerie d’art Urbania, située sur la rue Saint-Paul à Québec.

Cet événement était une première pour l’artiste urbain et il le voit comme un tremplin. «Pour moi, cette première expérience va m’aider à connaître le fonctionnement du milieu. C’est sûr que mes efforts n’arrêteront pas là, je vois plus gros encore que ce vernissage-là. Je veux faire ma propre exposition et marquer l’inconscient du public par ce type d’art qui n’est pas encore ouvert à tous», partage le Lévisien.

Sortir des sentiers battus

Si Scöff exprime son désir de combattre les injustices via ses toiles, il souhaite se distinguer dans son domaine à sa façon en prenant un chemin propre à lui. «Mon rêve est de vivre de ça. Je suis autodidacte. Je veux prouver qu’on est capable encore aujourd’hui de réussir sans avoir fait de grosses études», explique le jeune artiste.

Selon lui, il n’est pas nécessaire pour les artistes de se coller à un carcan pour réussir. Plusieurs lui ont dit qu’il devrait suivre un cours universitaire afin d’apprendre les techniques «classiques», mais l’artiste en a fait fi. Il n’est pas fait pour les bancs d’école et ils ne sont pas nécessaires pour qu’il atteigne ses objectifs.

À plusieurs reprises, il a proposé son portfolio à différentes galeries et lorsqu’il a dû essuyer un refus, c’était en raison du manque d’espace dans la galerie. C’est pourquoi il a confiance en ses moyens et son cheminement.

Rafa Scöff n’est qu’au début de son parcours et malgré son désir de se perfectionner et d’évoluer, il continuera à faire passer ses messages. «Je veux déranger pour choquer, déranger pour faire parler, déranger pour forcer le changement», conclut Scöff.

Les plus lus

Une Lévisienne toujours dans la course à La Voix

Après l’élimination du second Lévisien Gabriel Antoine Vallée sélectionné lors des auditions à l’aveugle dans l’équipe d’Alex Nevsky, le 17 mars, Rosalie Roberge est maintenant la seule candidate originaire du territoire à être toujours en lice dans cette 7e saison de La Voix.

Le Lévisien NOW mis en vedette sur les ondes

Pour tout le mois de février, NOW a été choisi pour être la Future star iHeartRadio sur les stations Rouge FM, avec le titre Not That Kind.

Des films pour les jeunes au ciné pendant la relâche

Du 2 au 10 mars, se tient la 8e édition du Festival de cinéma en famille de Québec (FCEQ). Cette année, l’événement qui prend place dans six lieux culturels de Québec, s’installe aussi sur la Rive-Sud, au Cinéma Lido à Lévis.

Un concert qui fait danser avec l’Harmonie des Chutes

Et si on dansait? invite l’Orchestre d’harmonie des Chutes (OHDC). L’ensemble donnera un concert le 2 mars, à la salle l’Héritage de l’église de Saint-Jean-Chrysostome. Aux côtés des amateurs de musique, les danseurs sont conviés à cette soirée, puisque qu’une piste de danse sera ouverte au public.

Sept artistes contemporains laissent leurs traces

Diffusion culturelle de Lévis présente l’exposition Passages et traces au Centre d’exposition Louise-Carrier, du 3 mars au 3 avril. Les visiteurs découvriront les œuvres d’André Bécot, Lucienne Cornet, Viviane Gruais, Jacinthe Lagueux, Gabriel Lalonde, Odette Théberge et Francine Vernac.

Une soirée de théâtre festive au Cégep de Lévis-Lauzon

Le Théâtre sur la Place donnera son spectacle composé d’un collage de texte autour du thème de la fête, les 28 février et 1er mars. La troupe a réalisé un travail collectif et artistique sous la direction de la comédienne et metteure en scène Frédérique Bradet, secondée par Laura Godin à la direction musicale et vocale.

Francofête : musique et rencontres célébrent les mots

Mars est le mois de la Francofête à Lévis. Sous le thème Les mots au-delà de la lettre, les artistes et partenaires culturels ont concocté des activités pour les petits et les grands qui mettent en valeur notre langue et notre culture.

Des créations oniriques présentées à Regart

Le centre d’artistes en art actuel présente une œuvre vidéo de l’artiste japonais Shimabuku, jusqu’au 7 avril dans le cadre de Manif d’art 9 - La biennale de Québec.

Une rencontre extraordinaire à l’Espace symphonique

L’Orchestre symphonique de Lévis tiendra le concert gala de sa 33e saison le 9 mars, dès 19h, à l’Espace symphonique de Lévis (église Saint-David).

Guillaume sous toutes ses Couture à Saint-Nicolas

Après un arrêt dans l’est de la ville, l’exposition qui retrace la vie de Guillaume Couture s’installe dans l’ouest. L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas accueille l’exposition itinérante jusqu’au 31 mars. Revivez les aventures de ce pionnier et héros méconnu de la Nouvelle-France.