CRÉDIT : AUDE MALARET

Pouvoir réaliser sa première exposition en milieu professionnel directement à la sortie du cégep, c’est l’opportunité offerte par le centre d’artistes en art actuel à un finissant du programme d’arts visuels. Le jeune artiste lévisien Charles David présente son installation Cadre vicieux dans la vitrine de Regart, jusqu’au 5 février.

Des cadres vides, des cadres pleins. Des cadres accrochés sur les murs et même suspendus, comme s’ils flottaient dans la vitrine du centre d’artistes en art actuel Regart. L’installation Cadre Vicieux/Vicious Frame de Charles David créée in situ propose une réflexion sur le cadre social et les contraintes à la création.

«J’utilise cet élément car, pour moi, c’est le plus grand symbole pour représenter la conformité. Les murs sont remplis de cadres dans lesquels j’ai mis des photos et des dessins qui représentent la superficialité. D’autres parlent des réseaux sociaux, du travail, de l’école», présente le jeune artiste. 

Charles David pointe du doigt une société conformiste «qui corrompt l’esprit et qui nous dirige dans une voie qui n’est pas nécessairement la meilleure pour nous, celle qui permet la création de soi et de réaliser ses passions».

Il estime que la routine et les cadres imposés par la société empêchent de se créer soi-même et nous embarque dans un cercle vicieux. Par les heures qui défilent, l’argent qui s’imprime, des éviers débordant de vaisselle, des factures, des papiers qui s’empilent et tombent, il montre toutes ces entraves à la liberté.

Lors de sa résidence dans l’atelier commun de Regart, le Lévisien a aussi travaillé sur la problématique du temps qu’il est difficile de consacrer à la pratique artistique lorsque ce sont les obligations quotidiennes qui dominent. «C’est ce que je vis en ce moment en travaillant à temps plein», souligne-t-il.

Plus réféchi que spontané

Pour créer son installation sculpturale, Charles David est resté fidèle à lui-même. «J’y suis allé avec mon feeling, ma façon de créer, mes propres idées, mes propres concepts. J’ai gardé mon style et j’y suis allé». Pour l’artiste, création rime avec réflexion. «J’y vais rarement sur le spontané et le ressenti. Je prémédite beaucoup mes créations», précise-t-il.

Après cette première opportunité, le jeune artiste entend poursuivre sur sa lancée afin de faire sa place ainsi que continuer à exposer dans sa ville et dans la région. Il n’a pour l’instant pas encore décidé s’il poursuivra à l’université où il se verrait plutôt dans des domaines comme le graphisme ou l’animation 3D.

Charles David a reçu le Prix Regart Cégep lors de la cérémonie précédant le vernissage des finissantes et finissants en arts visuels et médiatiques du Cégep de Lévis-Lauzon en mai dernier, à L’Anglicane. Sa démarche alliant la photographie et la peinture dans des installations qui rappellent les intérieurs domestiques a retenu l’attention du jury.

Dans la salle d’exposition, le public pourra découvrir Exposer son monde, le résultat des recherches artistiques de Stacy-Ann Olivier, lauréate du Prix Regart Maîtrise et finissante en arts visuels à l’Université Laval.

Le vernissage des deux expositions se tiendra le 25 janvier à partir de 18h, en présence des artistes. Les créations sont présentées jusqu’au 5 février.

Les plus lus

Le lauréat du Prix Regart Cégep sort du cadre

Pouvoir réaliser sa première exposition en milieu professionnel directement à la sortie du cégep, c’est l’opportunité offerte par le centre d’artistes en art actuel à un finissant du programme d’arts visuels. Le jeune artiste lévisien Charles David présente son installation Cadre vicieux dans la vitrine de Regart, jusqu’au 5 février.

Sur la scène de L’Anglicane, le monde autrement

Les spectacles présentés au fil des prochains mois seront autant de façons de voir le monde en musique, en chanson, en humour et en théâtre. Lors du lancement de saison, le 17 janvier, Boogàt, Dominique Fils-Aimé, Émilie Clepper et That’s All Folk ont offert des performances aux spectateurs fidèles de la salle lévisienne.

Rencontres artistiques dominicale à l’heure du thé

Un dimanche par mois le public a rendez-vous avec des écrivains, des conférenciers ou des artistes à la Maison natale de Louis Fréchette. À l’heure du thé débute le 27 janvier et promet des rencontres émouvantes, intrigantes,ludiques ou poétiques.

Artistes recherchés pour la 22e édition de Village en Arts

Les artistes en arts visuels et les artisans en métiers d’art qui souhaitent participer à la 22e édition de Village en Arts ont jusqu’au 22 février pour soumettre leur dossier. Présenté par l’Espace culturel du Quartier, l’événement se tiendra les 5, 6 et 7 juillet dans le parc Le Picart à Saint-Nicolas.

Musique et théâtre servis en apéro à L’Anglicane

Les Apéros éclatés reviennent cette saison à L’Anglicane avec trois nouveaux spectacles à découvrir en mangeant du maïs soufflé. Cette nouvelle formule est née l’automne passé, dans le cadre du 40e anniversaire de Diffusion culturelle de Lévis.

De jeunes talents à Cégeps en spectacle à Lévis

Organisée par le Service d’animation socioculturelle du Cégep de Lévis-Lauzon, la 40e édition de Cégeps en spectacle se tiendra le 6 février, à 19h30, à l’auditorium du Cégep. Lors de cette finale locale, les spectateurs pourront découvrir le talent de plus d’une vingtaine d’étudiants dans neuf prestations différentes en chant, musique, danse, théâtre et humour.

Rencontre avec Carol Poulin autour d’un documentaire

Le Centre d’exposition Louise-Carrier présente le documentaire de Réjeanne Lamothe, L’homme qui fait parler les toiles, le 10 février. Le film présente le parcours de l’artiste peintre et restaurateur, Carol Poulin.

Les finalistes du Concours d’œuvres d’art dévoilés

Diffusion culturelle de Lévis présente du 27 janvier au 27 février au Centre d’exposition Louise-Carrier, l’exposition des œuvres sélectionnées dans le cadre de la 21e édition du Concours d’œuvres d’art.

Une soirée électro au VBP avec Lucky Rose

L’irrésistible vague électro-pop de Lucky Rose frappera le Vieux Bureau de Poste le 25 janvier. Le duo de Québec présentera ses hymnes festifs lors d’une soirée unique en son genre pour la salle de spectacle de Lévis et ses spectateurs.

Deux Lévisiens reçoivent un prix artistique régional

La remise des douze prix aux artistes participants à Chaudière-Appalaches en œuvres-Premier jet s’est tenue le 23 janvier, au Musée Marius-Barbeau à Saint-Joseph-de-Beauce.