Photo 1 : Nellie Carrier espère tourner son film au plus tard l’été 2020. CRÉDIT:EVEDUFAUD- Photo 2 : La jeune cinéaste de 27 ans tournera son deuxième court-métrage après Néant. CRÉDIT: SAMUELBOISVERT

Ancienne étudiante en cinéma au Cégep de Lévis-Lauzon qui a fait sa place dans le monde de la production cinématographique, Nellie Carrier a remporté un prix de 100 000 $ à un concours de scénario. Son court-métrage Boulevard 132 sera tourné à Lévis.

Dans les rues de Lévis, une fillette de 8 ans. Josette a décidé de refaire sa vie. Sa tante vient de mourir, elle s’est lancée dans le fleuve avec sa vieille Buick. Du haut de ses trois pieds et quart, l’enfant fuit une famille dysfonctionnelle. Mais pour quelle destination? Sur sa route, elle croisera la solitaire Michèle, une camionneuse dans la soixantaine.

Ce film décalé raconte les aventures d’une enfant qui pose sur le monde un regard lucide et cru, parfois dur, teinté de la naïveté de la jeunesse. La voix narratrice, qui n’a pas la langue dans sa poche, déroule le fil du récit et entraîne le spectateur placé à sa hauteur. 

«On est plongé dans la vision de cette enfant. Ça frôle parfois l’imaginaire. C’est une histoire de femmes et de filiation entre femmes. D’ailleurs, le film est quasiment féminin à 100 %. Il se demande comment on peut trouver des modèles dans la vie, dans notre famille ou ailleurs, qui nous permettent de grandir et de trouver de l’espoir», présente son auteur. 

Le scénario écrit par Nellie Carrier s’intitule Boulevard 132. Douze pages qui racontent l’histoire de Josette et qui ont valu à la jeune cinéaste de 27 ans de repartir du festival international du court-métrage de Saguenay avec le Grand prix de 100 000 $, décerné au meilleur scénariste de la relève dans le cadre d’un concours de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). 

Pour tourner la quinzaine de minutes que durera cette comédie dramatique, 50 000 à 75 000 $ supplémentaires seront nécessaires. Mais ce financement inattendu a fait passer sans délai l’idée de Nellie Carrier à l’étape de la production. Son projet pourra ainsi être réalisé à la fin de l’été prochain ou le suivant selon la progression accomplie au cours des prochains mois. 

Six à sept jours de tournage

C’est à Lévis que la jeune réalisatrice prévoit de démarrer le tournage qui durera entre six et sept jours. «Ça me fait tellement plaisir de venir faire ce film à Lévis. J’en rêve depuis longtemps. Retourner dans mon patelin pour tourner, c’est fabuleux. Encore plus avec cette histoire, car elle me tient à cœur», se réjouit-elle. Nellie Carrier fera appel à des habitants de Lévis qui auront des rôles de figurants dans son film. Elle espère tourner des scènes au chantier maritime et pourrait demander à des ouvriers de participer.

Pour celle qui a passé ses années de primaire à l’École Saint-Joseph, les lieux sont familiers. «Tout autour, le quartier de la Davie, c’est là où j’allais jouer quand j’étais jeune. C’est un quartier que je connais bien et qui, cinématographiquement, est chouette. On ne l’a jamais vu ou presque jamais dans un film. Je pense que le seul film qui a été tourné à Lévis, c’est Diego Star», souligne la réalisatrice. 

Nellie Carrier a installé son histoire dans les années 1990, parce qu’elle en aime l’esthétique et que les souvenirs de cette époque lui restent en mémoire aujourd’hui encore. 

Dans son film, elle s’inspire de ce qu’elle était plus jeune. De sa mère aussi. «Ce désir de voir le monde, de le découvrir et d’être indépendante. On porte ça toutes les deux, la curiosité pour la vie. C’est un mélange de nous deux.»

Écrit à l’automne dernier, le scénario a puisé dans des flashs, des idées et des personnages qui habitaient la cinéaste depuis longtemps, avant même que l’histoire prenne forme. 

Les plus lus

La mallette rouge : rocambolesque et divertissant

À l’affiche au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, La mallette rouge raconte l’histoire de Claude-Henri qui, le jour de sa fête, se trompe de mallette sur le traversier en rentrant à la maison.

Les aventures complètes de Fonck et Ponck rééditées

Un nouveau chapitre s’ouvre pour Luca Jalbert et ses personnages Fonck et Ponck. La collection complète de leurs aventures sera réimprimée par la maison d’édition montréalaise ADA. Un septième tome devrait aussi sortir en 2021.

Artistes et public ont rendez-vous à Saint-Nicolas

Du 5 au 7 juillet, plus de 50 artistes et artisans seront réunis sous les chapiteaux de Village en Arts dans le parc Le Picart, à Saint-Nicolas. Tout le quartier vibrera au rythme de l’événement artistique grâce aux activités, dont le circuit pédestre, la visite de la chapelle Notre-Dame- de-Grâce, des prestations de danse le samedi et de la musique le dimanche.

Les Dimanches des Artistes célèbrent la musique

Du 7 juillet au 1er septembre, des musiciens et des chanteurs accompagneront la célébration dominicale de 10h30, à l’église Notre-Dame, précédée d’un prélude à 10h15. Pour souligner leur 25e année d’existence, les Dimanches des Artistes se clôtureront chaque semaine au son des grandes orgues Mitchell.

De l’art format mini par des artistes internationaux

C’est un tour du monde en petit format. Au Centre d’exposition Louise Carrier, sont exposées 347 œuvres de 185 artistes originaires de 23 pays, jusqu’au 1er septembre. Créée il y a 20 ans, l’Internationale d’art miniature de Lévis en est à sa 10e édition.

10 ans de passion de la photographie

Le Club photo rassemble depuis une décennie des amoureux de l’image qui partagent leur savoir-faire et leurs clichés. En plus de l’exposition annuelle, les membres se retrouvent pour des rendez-vous, des conférences et des sorties extérieures.

Frissonner de plaisir au Vieux Bureau de Poste

Cet été, entrez dans La maison hantée. Pour la saison estivale, le théâtre est de retour à Lévis pour sa 15e édition avec une comédie frissonnante et réjouissante d’Yvon Brochu à découvrir jusqu’au 24 août. Personnages loufoques et mystères glaçants, les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec brûlent les planches et le public s’amuse.

Une suite pour les aventures du sorcier Thubden

C’est le 8 juin dernier que l’auteur lévisien Denis Guay, plus connu sous son nom de plume Émil, a lancé le deuxième tome des aventures du sorcier Thubden, L’œil du démon borgne.

Regart infiltré par trois projets d’art actuel

Dans le cadre de sa programmation estivale, le centre d’artistes en art actuel de Lévis accueille trois artistes qui investissent la galerie, la piste cyclable et ses abords. Par les mots, les échanges et les paroles, ils nous interpellent, parlent de nous et s’immiscent dans notre intimité autant qu’ils nous engagent à entrer dans leur monde.

Rick Pagano au Festivent

La première partie du concert de X Ambassadors sera donnée par le chanteur Rick Pagano, demi-finaliste à l’émission La Voix 2019, qui fait fureur depuis son passage à la télévision.