Marlène Bouillon avait parcouru 709 kilomètres lorsque le Journal l’a rencontrée, le 30 juillet.

La Lévisienne Marlène Bouillon s’est lancée dans un parcours de 1 000 kilomètres à pied, entre Gaspé et Montréal, afin d’amasser des fonds pour l’organisme Tel-jeunes. Alors qu’elle a amorcé sa marche le 1er juillet, Mme Bouillon devrait arriver à son point final le 11 août.

Ayant elle-même été en contact avec les problèmes de santé mentale chez les jeunes, Marlène Bouillon ne voyait pas un meilleur organisme à aider que Tel-jeunes.

«Tel-jeunes a une ligne pour les jeunes, en plus d’un service de textos et une ligne pour les parents. Quand on met au monde un enfant, il n’y a pas de manuel d’instructions. Si l’enfant développe un problème de santé mentale, on se retrouve encore plus démuni. J’ai choisi Tel-jeunes parce que les deux reçoivent de l’aide. Selon les chiffres qu’on m’a donnés, ce sont 36 000 jeunes qui font appel à Tel-jeunes par année et au moins 12 000 parents», a expliqué Marlène Bouillon qui exerce le métier de nutritionniste.

Mme Bouillon s’est fixé un objectif de 10 000 $ à amasser pour l’organisme. L’objectif a été atteint le 30 juillet. Cependant, Marlène Bouillon espère que les gens continueront à donner afin de dépasser cette somme. C’est un accomplissement de taille pour Marlène Bouillon, qui a longtemps cherché un défi qui inciterait les gens à donner pour la cause. 

«Je participais déjà à des défis d’ultra-endurance. Donc, j’ai de bonnes jambes et je suis habituée à marcher longtemps. Je me suis dit : ‘‘Pourquoi je ne les mettrais pas au service d’une cause?’’. C’est là que m’est venue l’idée. Je savais que ça devait être un défi d’endurance. Je me disais : ‘‘Les gens ne vont pas réagir si c’est trop petit’’. D’ailleurs quand je pensais à faire un 24 heures pour la cause, les gens me disaient : “T’es tellement habituée que tu pourrais faire plus qu’un 24 heures”. Si ceux qui me connaissent prennaient pour acquis qu’un 24 heures ce n’est rien, je n’amasserai jamais de fonds. Donc, il fallait que ça soit gros. Je me suis dit : ‘‘Je vais faire un Compostelle de la santé mentale’’», a raconté la femme, qui a célébré ses 53 ans en pleine marche à la mi-juillet.

Des rencontres spéciales

Au fil de son parcours, Marlène Bouillon a eu l’occasion de rencontrer plusieurs personnes qui se sont intéressées à son défi. Alors qu’elle s’arrête souvent dans des campings pour y passer la nuit, plusieurs l’ont abordé avec une foule de questions sur ce qu’elle faisait, puisque son mari la suit avec une roulotte identifiée à Tel-jeunes et le visuel du défi, qui porte le nom de Je crois en toi.

«J’ai rencontré plusieurs cyclistes et campeurs. Des gens sont venus donner spontanément des sous pour la cause. J’ai rencontré un cycliste près de L’Anse-aux-Griffons qui se plaignait des côtes et de la chaleur. Nous avons parlé un peu et il m’a demandé ce que je faisais. Après lui avoir expliqué le projet, il a arrêté de se plaindre et a fait un don», s’est remémorée Marlène Bouillon.

Elle raconte aussi une autre rencontre inspirante qu’elle a faite le 8 juillet. Elle a croisé le chemin de Pierrette St-Pierre, une femme qui est partie de Niagara Falls, en Ontario, et qui a marché jusqu’à chez elle à Chandler.

Elle devait arriver chez elle le 1er août. «Cette femme voulait prouver que la marche, c’est la santé. Nous nous sommes croisées à Rivière-à-Claude en direction opposée. Elle avait entendu parler de moi et nous avonsdiscuté un peu. Depuis, on s’écrit tous les jours. Elle et son conjoint viendront même me rejoindre pour mon arrivée à Montréal. Ça a créé une amitié, si on veut», a ajouté Marlène Bouillon.

D’ici la fin de son parcours, Marlène Bouillon invite les gens à l’accompagner sur une courte distance ou encore à venir compléter le parcours avec elle à Montréal. Elle diffuse aussi des capsules vidéo chaque jour sur la page Facebook Je crois en toi.

Les plus lus

Investissement marqué pour le Service d’entraide de Charny

La Ville de Lévis a annoncé l’octroi de 90 000 $ dans le cadre de la campagne de financement 2019 du Service d’entraide de Charny, le 18 avril dernier. La Fondation Maurice Tanguay, la Caisse Desjardins de la Chaudière et Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, ont également versé des sommes.

L’ADDS à la défense des chômeurs

L’Association de défense des droits sociaux de la Rive-Sud (ADDS) a lancé son nouveau volet de défense des droits des chômeurs et des chômeuses au Patro de Lévis, le 2 mai dernier.

Traverser la toundra pour sensibiliser

Associé du cabinet d’avocats lévisien Verreau Dufresne Avocats, Alexandre Dufresne relèvera un défi bien particulier à partir du 24 avril alors qu’il effectuera une randonnée de 200 kilomètres en vélo à gros pneus (fatbike) au Nunavik. Un périple qui lui permettra de sensibiliser les gens de la région à une cause qui lui tient à cœur.

Une médecin impliquée pour ses jeunes patients

Le 7 juillet prochain, Dre Isabelle Bouchard (sur la photo), pédiatre et directrice médicale du Camp pour enfants diabétiques de l’Est du Québec (CEDEQ), participera au demi-ironman de Muskoka en Ontario afin d’amasser des sommes au profit du CEDEQ et de l’association régionale Les Diabétiques de Québec.

Portes ouvertes à l’église Sainte-Jeanne-d’Arc

Jeanne d’Arc a été canonisée le 16 mai 1920. Pour commémorer cet événement, une journée portes ouvertes est organisée, le 19 mai, par la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis à l’église Sainte-Jeanne-d’Arc, située près du parc de l’Anse-Tibbits (parc Saint-Laurent) à Lévis.

Une Lévisienne au Défi kayak Desgagnés

La Lévisienne Josyhane Labillois et la résidente de Québec Geneviève Laplante participeront à la 5e édition du Défi kayak Desgagnés qui se déroulera du 15 au 18 août prochain. L’objectif est de parcourir le fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Québec en quatre jours au profit de la fondation Jeunes musiciens du monde.

L’ADDS présente ses revendications

Dans le cadre de la 46e Semaine de la dignité des personnes assistées sociales du Québec, des militants de l’Association de défense des droits sociaux de la Rive-Sud (ADDS) ont effectué, le 9 mai, une visite surprise au bureau du député de Lévis, François Paradis. Avant de se rendre à Québec pour prendre part à une manifestation, le groupe a alors présenté ses demandes, soit l’élargissement du pro...

Brunch pour Jonction pour Elle

C’est le dimanche 28 avril qu’aura lieu l’édition 2019 du Déjeuner Brunch de la Fondation Jonction pour Elle. L’événement annuel se tiendra de 9h à 13h au Cégep de Lévis-Lauzon.

Reconnaissance pour la contribution de 1 M$ de la Ville à la FHDL

La cour intérieure du Centre régional intégré de cancérologie (CRIC) de Lévis a été baptisé l’Espace Ville de Lévis, pour une période de 15 ans. Une stèle sera installée pour souligner l’appui financier de la municipalité à la campagne majeure de la Fondation Hôtel-Dieu de Lévis (FHDL).

Une marche toujours aussi capitale

C’est sous la présidence d’honneur de Sandra Fontaine, directrice générale du Journal de Lévis, que se déroulera à Lévis l’édition Chaudière-Appalaches de la Marche de l’espoir, le 26 mai. L’événement, organisé par la section Chaudière-Appalaches de la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP), permettra une nouvelle fois de recueillir de précieux sous pour la recherche sur cette maladie...