1re et 2e photo : Un aperçu du Service d'entraide après et avant les travaux. 3e photo : Les dirigeantes de l'organisme lévisien. CRÉDIT : COURTOISIE ET AUDE MALARET

Pour ne laisser personne sur le bord du chemin, le Service d’entraide de Charny œuvre depuis 43 ans afin de soutenir les familles démunies, les personnes âgées et tous ceux qui font face à des difficultés. À la fin du mois, l’organisme ouvrira les portes de ses nouvelles installations, transformées après plus de cinq mois de travaux.

Seule l’adresse ne changera pas. Mais le 2480 du chemin de Charny ne ressemble déjà plus à ce qu’il était. Le bâtiment existant a été rénové du sol au plafond. À l’arrière, de nouveaux locaux sont en construction sur deux étages. Les finitions et l’extérieur restent à faire et les travaux débutés en août se poursuivront après l’ouverture.

L’agrandissement accueillera le service de distribution alimentaire, entrepôt et tri, ainsi qu’une nouvelle mini-épicerie à coût modique et les bureaux des coordinatrices du Service d’entraide de Charny. Les demandes d’aide alimentaire sont en constante augmentation. Les locaux étaient donc devenus inadaptés pour répondre aux besoins criants soulignés par le milieu. 

«Si vous augmentez vos services, augmentez les services alimentaires, nous a-t-on demandé. Actuellement, on fait une distribution alimentaire une fois par mois. Dans nos anciens locaux, on était absolument incapables de faire plus que ça. Il fallait fermer le magasin, tout tasser, ça n’avait pas de bon sens. Donc, on a décidé d’investir notre surplus dans une modification des locaux», explique Louise Laroque, présidente du conseil d’administration.

Des surplus bien réinvestis

Grâce à la vente d’article au comptoir vestimentaire Les petits trésors, le Service d’entraide de Charny finance ses services. Au fil des années, l’activité a généré des surplus qui sont réinvestis, comme il se doit pour les organismes à but non lucratif, en services pour les bénéficiaires et en investissements pour permettre à l’organisme de fonctionner.

«C’est le résultat d’une gestion serrée, d’une bonne gestion avec le minimum de coût et le maximum de récupération. On gère l’argent des gens pour les gens. On est en première ligne. Personne d’autre que nous ne fait cette job», fait valoir Louise Laroque. 

L’organisme a ainsi pu financer l’essentiel du montant des travaux de plus de 600 000 $. La Caisse Desjardins de la Chaudière et le député Marc Picard ont aussi contribué à hauteur de 25 000 $ et 5 000 $ respectivement. 

Plus d’espace

 Le magasin sera aussi plus spacieux. En plus des vêtements et autres objets, on y trouvera désormais des meubles. Très demandés, le mobilier restait absent de la boutique par manque d’espace suffisant. 

Installé dans l’ancienne gare depuis mai, l’organisme a maintenu ses services malgré le déménagement. À l’intérieur de la bâtisse louée temporairement, l’équipe s’est accommodée du provisoire pour continuer d’aider la communauté.

La distribution alimentaire, les paniers de Noël, le service de transport et d’accompagnement, les services aux aînés, les services aux jeunes, qui visent notamment à favoriser l’accès aux camps de jour, ont été poursuivis pendant les travaux. Le comptoir de vente a fermé temporairement. 

Faire fonctionner les organes vitaux

Un service d’entraide, c’est un peu comme un cœur pour une communauté. Il pompe pour que le sang circule et l’envoie vers les organes pour qu’ils puissent fonctionner. Nourri de l’aide des bénévoles et des dons, le service d’entraide redistribue à ceux qui en ont besoin, leur apportant une aide vitale.

À Charny, on peut préparer en commun un repas, être conduit par un bénévole à un rendez-vous médical moyennant une faible contribution, recevoir une aide alimentaire ou vestimentaire et plus encore. C’est le niveau de revenu qui détermine l’admissibilité à bénéficier d’un service. 

Un campagne pour améliorer les équipements

Pour compléter son montage financier et surtout réaliser les investissements indispensables à l’amélioration des conditions de travail des bénévoles, une campagne de financement vise à amasser au moins 50 000 $. 

L’organisme a besoin d’investir dans des équipements qui permettront de faciliter les tâches de manutention des bénévoles souvent âgés, tels que des bacs roulants ou une plateforme élévatrice. Le Service d’entraide qui prévoit de doubler son offre en aide alimentaire prévoit aussi d’acquérir un frigidaire et un congélateur et d’installer une chambre froide.  

Forts d’une formation sur les collectes de fonds et des conseils de Bénévoles d’expertise, les responsables travaillent d’arrache-pied à son lancement et recherchent l’appui des citoyens corporatifs de la ville. L’organisme qui aide les plus démunis a à son tour besoin d’être soutenu par de précieux donateurs pour continuer à redonner à la communauté comme il le fait depuis 1976.

Les plus lus

Le Bazar de Lévis rouvre ses portes

Le Bazar de Lévis, populaire marché aux puces lévisien, tiendra son édition du printemps les 13 et 14 avril, de 9h à 16h, à l’intérieur de l’École Champagnat de Lévis. L’événement sera de nouveau au profit de la Maison de la Famille Rive-Sud.

Le Centre de pédiatrie sociale à Lévis a bien grandi

Quand le Centre de pédiatrie sociale de Lévis a ouvert ses portes il y a dix ans, ses fondateurs se demandaient s’il arriverait à vivre un an. Une décennie plus tard, l’organisme est toujours là. L’offre de services s’est élargie, l’équipe a grandi, pour atteindre une douzaine de personnes, et le nombre d’enfants suivis s’élève à près de 600 aujourd’hui.

Une 12e édition pour Je nage pour la vie à Lévis

Le 6 avril prochain, les Lévisiens sont invités à participer à la 12e édition de Je nage pour la vie, un défi qui aura lieu simultanément dans les trois piscines de Lévis.

Une soirée bénéfique pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis

Tenue le 17 avril dernier sous la présidence d’honneur de Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom, la sixième édition de la soirée-bénéfice du Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) a connu un franc succès.

Des fleurs qui font toujours du bien

C’est sous la présidence d’honneur d’Anne Béland, conseillère en développement des affaires chez LKQ Corporation, que se déroulera l’édition régionale de la campagne de l’œillet du 6 au 11 mai. L’événement caritatif permettra aux citoyens de donner un nouveau coup de main à la section Chaudière-Appalaches de la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP).

Un groupe de la région grimpe le Kilimandjaro

Originaires de Lévis et Saint-Henri, Jacinthe, Isabelle, Rachelle et Irène Demers accompagnés d’Éric Poulin et Bertrand Bussière ont atteint le sommet du Kilimandjaro en février dernier.

25 ans pour l’organisme La Passerelle

L’organisme communautaire d’aide et d’entraide pour les adultes vivant avec un problème de santé mentale, La Passerelle, établi à Charny, fête son 25e anniversaire cette année et invite la population à ses festivités, le 25 avril prochain.

Une troisième édition réussie pour les maisons de la famille

Les maisons de la famille de Lévis ont organisé leur troisième souper festif de la Saint-Patrick, au restaurant Le Cosmos de Lévis, le 13 mars dernier. L’événement a attiré plus d’une centaine de convives du milieu des affaires, politique et communautaire de Lévis.

Escalader l’Everest à Lévis : 48 000 $ pour l’Hôtel-Dieu

125 grimpeurs séparés en 20 équipes ont escaladé l’équivalent du mont Everest et amassé plus de 48 000 $ pour la Fondation Hôtel-Dieu de Lévis à l’occasion de la 3e édition du défi, qui s’est déroulée au centre d’escalade l’Accroché de Pintendre, le 30 mars dernier.

Première édition du Défi ski : 4 500 $ pour le CPS de Lévis

Le Centre de pédiatrie sociale (CPS) de Lévis a tenu la première édition de son Défi Ski le 16 mars dernier. L’événement a accueilli 80 skieurs sur les pistes du Centre de plein air de Lévis (CPAL).