Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche de nouveaux locaux afin de déménager avant la fin juin. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche de nouveaux locaux et de financement à la suite d’un avis de non-renouvellement de l’entente d’occupation qui les liait avec le Conseil de fabrique de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Lévis. L’organisme à but non lucratif (OBNL) a reçu une lettre le 22 décembre dernier leur demandant de quitter les locaux du sous-sol de l’église de Saint-Nicolas qu’ils occupent depuis 35 ans, le 31 décembre dernier.

En effet, à la suite d’une inspection de l’église faite par la Régie du bâtiment du Québec, le Conseil de fabrique de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Lévis s’est vu imposer des travaux de conformité moyennant 30 000 $. Les marguillers ont alors demandé au Service d’entraide, locataire d’une section des locaux situés au sous-sol de l’église, d’assumer une partie de la facture, soit un montant d’environ 23 000 $.

Devant l’incapacité d’assumer des coûts «aussi élevés et injustifiés», selon le président du conseil d’administration (CA) du Service d’entraide, Ronald Blanchet, l’OBNL a dû faire appel à la Ville de Lévis afin de relocaliser une partie de ses activités à la demande du Conseil de fabrique de la paroisse.

Le Service d’entraide offre différents services aux familles des secteurs de Saint-Nicolas et Bernières, dont un comptoir familial où l’organisme vend vêtements et objets à bas prix, un comptoir alimentaire, une popote roulante, un service de transport-accompagnement pour les rendez-vous médicaux, l’aide matérielle pour la rentrée scolaire, l’aide au financement pour les camps de jour et plusieurs autres.

Ainsi, l’OBNL en est venu à une entente temporaire avec le Conseil de fabrique et la Ville. La Ville a temporairement relocalisé le comptoir familial au chalet du parc Jean-Dumets jusqu’au mois de juin, puisque le camp de jour reprendra ses activités, tandis que le comptoir alimentaire ainsi que les bureaux administratifs sont toujours dans le sous-sol de l’église.

Des relations peu facilitantes

 Depuis les quatre dernières années, M. Blanchet déplore les relations difficiles et peu facilitantes que l’organisme entretient avec le Conseil de fabrique de la paroisse. Celui-ci demande un loyer désormais, l’a doublé depuis deux ans, l’espace occupé de l’organisme a été réduit de moitié et les locations de salles coûtent cher. «On nous met des bâtons dans les roues, tout simplement», se désole le président du Service d’entraide.

Le Service d’entraide de Bernières-Saint-Nicolas vient en aide à plus d’une cinquantaine de familles dans le besoin à l’aide de son comptoir alimentaire. «On s’est fait dire qu’il n’y avait pas de gens dans le besoin dans le secteur de Saint-Nicolas. Avec les nouveaux HLM et la coopérative, il y en a de plus en plus. On est les mieux placés pour affirmer que c’est un besoin», explique la coordonnatrice de l’organisme, Francine Dufort.

Mettre en branle un nouveau projet

Pour le moment, le CA du Service d’entraide est encore à la recherche de quelques pistes de solution et rencontrera la Ville dans les prochaines semaines.

«On souhaite mettre en place un plan d’affaires avec la Ville, contacter nos collègues qui ont réussi à agrandir ou se relocaliser comme à Charny ou Breakeyville et lancer une campagne de financement. Puis, trouver avec la Ville une opportunité de se relocaliser entre le village de Saint-Nicolas et le secteur Normandie», partage le président.

Bien que difficile, cette relocalisation est vue comme une opportunité pour les membres de l’organisme qui compte une quarantaine de bénévoles. 

Pour Nicole Tanguay, secrétaire-trésorière et responsable du comptoir familial, de plus grands locaux permettraient un déploiement des activités du Service d’entraide. «Si on se retrouve dans nos propres locaux, on voudrait organiser d’autres services qu’on ne peut pas faire ici à cause du manque d’espace et de commodités. Comme la cuisine collective ou des cafés-rencontres afin de briser l’isolement», fait-elle part.

Dans le cadre de sa relocalisation, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche d’entreprises ou donateurs voulant leur venir en aide. Pour contacter l’organisme, consultez la page Facebook de l’organisme ou téléphonez au 418-831-8160.

Les plus lus

Le Service d’entraide dans le besoin à Saint-Nicolas

Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche de nouveaux locaux et de financement à la suite d’un avis de non-renouvellement de l’entente d’occupation qui les liait avec le Conseil de fabrique de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Lévis. L’organisme à but non lucratif (OBNL) a reçu une lettre le 22 décembre dernier leur demandant de quitter les locaux du sous-sol de l’église de Sa...

Une résidente de Saint-Romuald souffle 105 bougies

Yvette Gingras, une résidente de la Résidence Étienne-Simard de Saint-Romuald, a célébré, le 20 janvier dernier, son 105e anniversaire de naissance.

Le Service d’entraide de Charny s’agrandit

Pour ne laisser personne sur le bord du chemin, le Service d’entraide de Charny œuvre depuis 43 ans afin de soutenir les familles démunies, les personnes âgées et tous ceux qui font face à des difficultés. À la fin du mois, l’organisme ouvrira les portes de ses nouvelles installations, transformées après plus de cinq mois de travaux.

Logement social : des séances pour répondre aux questions des Lévisiens

En pleine période de renouvellement des baux et de recherche d’un logement, Concertation Logement Lévis proposera, pour la première fois de son existence, des séances d’information en février. L’initiative de l’instance regroupant une vingtaine d’organismes communautaires permettra de répondre aux questions des citoyens relatives à l’accès à un logement social et abordable à Lévis.

Une expérience qui change une vie

Grâce à Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière qui a soumis sa candidature, la Lévisienne Vicky Dupont a reçu en novembre dernier à l’Assemblée nationale l’un des prix Leviers, un honneur créé par le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ) pour valoriser la ténacité et la contribution sociale des jeunes aux parcours de vie différenciés. Pour Vicky Dupont,...

8 500 $ récoltés au Déjeuner carnavalesque

La 11e édition du Déjeuner carnavalesque de Lévis a ouvert les festivités hivernales sur la Rive-Sud et a régalé plusieurs centaines de gens de la région. L’activité au profit de Lévis, attache ta tuque s’est tenue ce 1er février au restaurant Cosmos de Lévis.

Le Dîner des Francs Amis souffle 65 bougies

Un an après avoir ouvert ses portes aux dames, le Dîner des Francs Amis sera présenté pour une 65e fois le 24 janvier prochain au Resto-Pub Ryna de Lévis. Pour souligner ce cap bien spécial, la présidence d’honneur de l’activité au profit de l’Atelier occupationnel Rive-Sud (AORS) sera assurée par trois membres d’une famille impliquée depuis les débuts de l’événement, Roland, Michel et Mathieu Ber...

Bell Cause pour la cause soutient la Maison de la famille Rive-Sud

La Maison de la famille Rive-Sud (MFRS), la Fondation Santé Beauce-Etchemin, La Rencontre et Le Sillon ont annoncé, le 23 janvier, qu’ils sont récipiendaires de dons totalisant 57 000 $ du Fonds communautaire Bell Cause pour la cause afin d’améliorer l’accès aux soins en santé mentale dans la région Chaudière-Appalaches.

Support des Optimistes à une famille

Grâce à la Fondation Optimiste des enfants canadiens pour le programme Réconfort, les membres du Club Optimiste de Saint-Nicolas ont récemment remis un chèque de 1 000 $ à la famille de Naomie Fontaine.

Guignolée record pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis

La neuvième Guignolée du Dr Julien du Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) a battu un record. L’événement, qui s’est déroulé du 1er décembre 2018 au 15 janvier 2019, a permis de récolter plus de 204 000 $ au profit de l’organisme lévisien.