Dans la société actuelle, le quotidien file à toute allure et le changement est constant. La capacité d’adaptation des individus est ainsi mise à rude épreuve et l’hyper stimulation entraîne une tendance à l’anxiété. Dans son quatrième sondage au sujet de la santé mentale, Morneau Shepell a donc cherché à savoir quelles étaient les pratiques les plus efficaces en milieu de travail.

À lire aussi : Nourrir nos besoins et préserver la santé mentale

1 000 employés provenant de petites, moyennes ou grandes entreprises et 500 gestionnaires de personnel à travers le Canada ont été interrogés, dévoilant une hausse de 3 % du stress, tant personnel que professionnel, par rapport à il y a deux ans. Si les gestionnaires de personnel ont déclaré un stress plus élevé, leurs facteurs de risque sont néanmoins similaires à ceux des employés.

Le quart des participants au sondage ont admis ressentir de la déprime, de la tristesse, de l’épuisement ou encore une très grande nervosité au moins la plupart de temps.

Seulement 40 % des gestionnaires ont déclaré vivre avec un stress extrême, contre 34 % des employés. Le sondage rapporte qu’un individu sur cinq aura tendance à remettre sa démission dans ce genre de situation. Un phénomène qui devrait alerter les employeurs, notamment parce que près de la moitié des participants estime que ce stress vient principalement, sinon entièrement, du milieu de travail.

Ne pas se fier à l’absentéisme

Les personnes hautement performantes démontrent une plus grande réticence à obtenir de l’aide lorsqu’elles souffrent de dépression ou d’anxiété. Près du tiers des gestionnaires ont reconnu avoir été capables de poursuivre leur routine habituelle pendant qu’ils éprouvaient ces troubles de santé mentale, jusqu’à ce qu’ils frappent un mur.

Par conséquent, «l’absence seule ne permet pas de repérer qu’il y a un problème, a prévenu Michèle Parent, directrice aux services conseils santé chez Morneau Shepell, une société de services et de technologie en ressources humaines. Avec le développement de l’intelligence artificielle, les rôles vont changer et donc, l’attitude, les valeurs et le comportement des travailleurs aussi. Un meilleur environnement va leur permettre de s’épanouir.»

On remarque également que les gestionnaires de moins de 34 ans sont plus enclins à prendre congé en raison du stress, à hauteur de 52 %, que les 35 ans et plus (moins de 30 %). Au niveau personnel, les employés de moins de 34 ans ont d’ailleurs cité plus de problèmes que les plus âgés, notamment en termes de finances et d’isolement, qui représente un facteur de risque important de maladie mentale.

Agir en prévention

Si employés et gestionnaires concèdent recevoir du soutien de leur milieu de travail en cas de détresse ou lors de problèmes familiaux, ils déplorent le manque d’actions préventives, comme une aide pour développer leurs capacités d’adaptation. «La dernière étude avait justement démontré que les changements organisationnels, comme un simple changement de tâches, causaient le plus grand stress chez les gens», a rappelé Mme Parent.

Ainsi, Morneau Shepell invite les entreprises à revoir leurs outils d’évaluation en ce qui a trait à la santé mentale et incorporer des initiatives pour atteindre les personnes qui ne demanderaient pas d’aide autrement. Offrir des opportunités d’amélioration des compétences pour contrer le stress causé par le changement et envisager des moyens pratiques pour atténuer les risques de santé mentale, par exemple avec la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), sont les avenues proposées.

Les plus lus

C'est la fin pour Barbacoa

L'entreprise lévisienne Barbacoa a annoncé, le 15 avril, sa fermeture définitive, via son site Internet.

Un jeu d’évasion ouvrira ses portes à Lévis cet été

Après Québec, c’est maintenant au tour de Lévis d’avoir son jeu d’évasion. L’expert en création de jeu d’énigme, l’entreprise Défi-Évasion, proposera trois salles thématiques dès le mois d’août grâce à un investissement de 400 000 $.

Les finalistes des Pléiades sont maintenant connus

Lors d'un cocktail tenu le 27 mars au campus de Lévis de l’UQAR, la Chambre de commerce de Lévis a dévoilé les finalistes du concours Les Pléiades – Prix d’excellence 2019. Le dévoilement s’est tenu en présence des partenaires et finalistes de la 18e édition de l'événement visant à saluer la réussite entrepreneuriale en Chaudière-Appalaches.

L'aventure de Chez Ben est terminée

Selon Le Journal de Québec, le casse-croûte Chez Ben, une institution de Saint-Nicolas, n'ouvrira pas ses portes ce printemps.

Caisse Desjardins de Lévis : 3,1 M$ en ristournes

La croissance a été de nouveau au rendez-vous en 2018. L’année s’est conclue sur une augmentation de 511 membres pour un total de 52 086, une hausse du volume d’affaires de 5,5 %, soit 4,7 G$, et des excédents d’exploitation de 17 M$.

La P'tite Grenouille de Lévis ferme ses portes

Sur la page Facebook de l'établissement licencié, les propriétaires du bar La P'tite Grenouille de Lévis ont annoncé la fermeture du bar du quartier Lévis.

Anne Carrier architecture reçoit un prestigieux prix international

La firme Anne Carrier architecture continue de voir son travail être salué par de prestigieux honneurs. Récemment, l’entreprise lévisienne a obtenu le prix international Architecture MasterPrize 2018, dans la catégorie Recreational Architecture, pour son travail dans le projet du Centre de services Le Bonnallie.

Le nouveau Laser Tag de Lévis officialise son ouverture

L’ouverture du cinquième centre de jeu Laser Game Évolution, à Lévis, a été officialisée, le 17 avril, à l’occasion d’un 5 à 7 où la population était invitée à visiter les lieux.

Quand le Tremplin et la CCL s’allient pour la main-d’œuvre

Le centre pour personnes immigrantes le Tremplin de Lévis et la Chambre de commerce de Lévis (CCL) se sont unis pour organiser la première Journée de l’emploi à Lévis pour les personnes immigrantes, le 28 mars dernier. Près d’une trentaine de nouveaux arrivants en sol lévisien ont eu l’opportunité de visiter des entreprises de la région et de discuter avec ces différents employeurs qui sont active...

Manque flagrant de ressources dans les résidences

À la suite d’une enquête menée par l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ), les résultats ont démontré que plus de 2 500 postes sont à combler dans le secteur des ressources intermédiaires d’hébergement. Marco Parent, directeur général de l’entreprise Gestion Par-Audet inc., a fait le même constat.