André Beaulieu-Blanchette et les investisseurs Laurent Brochu, auparavant des Salaisons Brochu, et Guy Roy, ex-vice-président de la RBC. CRÉDIT : COURTOISIE

Afin de proposer une solution plus efficace à la récupération du lisier de porc et des eaux usées, l’entreprise lévisienne Solugen a développé un procédé qui permet de séparer les résidus nocifs de l’eau. Ainsi, l’entreprise prétend pouvoir en récupérer une eau propre qui pourra être réutilisée sur place.

Grâce à un procédé de séparation des éléments liquides et solides par centrifugation puis de distillation azéotropique, Solugen a réussi créer un système qui permet de récupérer un volume de 84 % des eaux usées. Cette eau peut ensuite servir à nettoyer la porcherie ou encore abreuver les porcs sans danger. Les 16 % de matières restantes peuvent être revalorisés sous la forme d’un engrais naturel, composé d’azote et de potassium liquides et de phosphore solide. Ainsi le procédé remédie au problème de l’industrie porcine, qui demande l’utilisation de grandes superficies de terre pour l’épandage du lisier. Le système peut être aménagé dans un bâtiment adjacent à la porcherie où il puisera directement dans la préfosse le lisier à traiter.

Solugen a élaboré de A à Z le processus qui sera implanté dans les fermes. «Nous avons développé notre propre centrifugeuse pour répondre à nos besoins. C’est une séparation solide-liquide qui est 100 % automatisée. Comparé à différentes séparations solide-liquide, la notre fonctionne 24h sur 24, il n’y a aucune opération humaine qui a besoin d’être faite pour démarrer ou surveiller le procédé», a expliqué le président de Solugen, André Beaulieu-Blanchette. Solugen assure que ses systèmes sont fabriqués pour durer au moins 30 ans et que l’entreprise se charge des opérations et de la maintenance des appareils.

Une avancée importante

Le procédé a surtout été développé par le père de M. Beaulieu-Blanchette, Daniel Blanchette. À l’époque, Daniel Blanchette travaillait dans le domaine de la pyrolyse et il cherchait à réduire la contamination des eaux usées pour réduire les coûts totaux du produit final. Il avait réussi à créer un procédé qui diminuait de 10 fois la contamination au début des années 2000, mais la plus grande avancée a été découverte par erreur.

«Mon père a voulu amener une technologie qui diminuerait la contamination des eaux. Les eaux étaient tellement contaminées qu’il en coutait plus de 100 $ du mètre cube pour les traiter. Il a voulu créer un procédé qui réduisait de 10 fois la contamination pour ensuite faire les traitements qui existaient à l’époque. En faisant son montage, mon père a fait une erreur de manipulation et puis, au lieu de descendre de 10 fois la contamination, il l’a réduit de 1 000 fois. Ça a passé de 100 $ du mètre cube à moins d’un dollar», a raconté André Beaulieu-Blanchette.

Grâce à cette diminution importante, l’eau qui devait à la base subir plus de traitements pouvait être rejetée tout en respectant les normes de l’environnement. Peu après, l’idée d’utiliser le système dans l’industrie porcine est venue de l’oncle d’André Beaulieu qui évoluait dans ce domaine. Aujourd’hui, l’utilisation de la technologie de Solugen pourrait permettre aux producteurs de porcs de presque quadrupler leur production sur une même superficie de terre, tout en réduisant les coûts de production.

Au cours des dernières années, André Beaulieu Blanchette et son père ont réussi à augmenter considérablement la quantité d’eau qui peut être traitée. Ainsi, entre 2014 et 2016, le volume est passé d’un litre à l’heure à près de 1 000 litres.

Des défis à relever

«Notre plus grand défi est aussi notre meilleur avantage. Il y a eu beaucoup de projets dans les 15 dernières années qui ont échoué. Ce qui fait que les producteurs ne croient plus aux systèmes de traitement de lisier qui vont arriver à leurs fins. Il y a un grand scepticisme, sauf que nous, nous avons réussi à prouver notre système à petite et grande échelle. Malgré tout, ces projets montrent qu’il y a un intérêt des producteurs à se moderniser et trouver une solution à la gestion du lisier», a conclut André Beaulieu-Blanchette, qui précise que le système de Solugen pourra s’appliquer à plusieurs autres domaines et qu’il suscite déjà de l’intérêt en Europe.

Les plus lus

Une microdistillerie à Lévis

La vague des microdistilleries qui frappe le Québec depuis quelques mois touche également Lévis. La Distillerie des Appalaches a lancé ses opérations dans le parc industriel de Lauzon.

District.Mao sur le devant de la scène

Aux côtés de la danseuse, une femme d’affaires a grandi. Un jour, la passion de Marie-Odile Haince-LeBel a croisé la voie de l’entrepreneuriat. Ce qui était un projet d’école est devenu un studio de danse urbaine de renommée internationale. À l’aube de ses 15 ans, District.Mao possède un palmarès digne des plus grands champions.

Rinfret investit 12 M$ dans une nouvelle concession

D’ici la fin du mois de décembre prochain, le concessionnaire Rinfret Volkswagen déménagera du boulevard Guillaume-Couture à la rue des Moissons, dans un bâtiment flambant neuf présentement en construction, d’une surface totale de 52 000 pieds carrés.

Feu vert de Santé Canada pour l’usine de cannabis à Pintendre

Selon ce que rapporte Radio-Canada, l’entreprise Exflora a reçu l’approbation de Santé Canada pour son projet d’usine de cannabis dans le parc industriel de Pintendre.

Le Bunker de la science devant les dragons

L’entreprise lévisienne le Bunker de la science, qui offre des immersions scientifiques à ses clients depuis juillet 2017, a été de passage à la populaire émission télé Dans l’œil du dragon sur les ondes de Radio-Canada, le 1er mai dernier.

Maraudage industriel : Lévis s’excuse

La Ville de Lévis a transmis, le 8 avril dernier, une correspondance aux MRC de Chaudière-Appalaches, excluant celle de Lotbinière, s’excusant d’être intervenue auprès d’entreprises de la région pour les inviter à s’installer sur son territoire.

L’Hôtel & Suites Normandin Lévis inauguré

Ouvert depuis décembre dernier, le complexe hôtelier Hôtel & Suites Normandin Lévis situé à la tête des ponts dans le secteur Saint-Nicolas a officiellement été inauguré, le 10 avril dernier.

Secteur de la Traverse : des commerçants bien aux faits de la situation

À la suite de l’annonce par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, du futur déploiement de la stratégie commerciale du secteur de la Traverse, des commerçants ont fait le point sur la situation du quartier qui a vu deux entreprises, le restaurant Barbacoa et la franchise Tim Hortons, fermer leurs portes dans les dernières semaines.

OSEntreprendre récompense les entrepreneurs de la région

Lors du gala régional, vingt prix ont été décernés aux lauréats, dont cinq de Lévis, qui se sont démarqués par la qualité de leur projet, leur sens de l’innovation et leur créativité. Des bourses totalisant près de 18 000 $ ont été remises aux élèves, étudiants et nouveaux entrepreneurs.

Première année réussie pour la Caisse de la Chaudière

Issue du regroupement de la Caisse des Rivières Chaudière et Etchemin ainsi que de la Caisse de la Chaudière qui est en vigueur depuis le 1er janvier 2018, la nouvelle Caisse Desjardins de la Chaudière a connu une première année financière couronnée de succès.