C’est dans l’Église Sainte-Jeanne-d’Arc de Lévis, où André et Aline se sont mariés, que s’est tenue la cérémonie d’adieu.

Aline Carrier a cessé de vivre le 1er novembre à l’Hôtel-Dieu de Lévis, auprès de ceux qu’elle a aimés et qui l’ont aimée tout au long de sa vie. À 61 ans, après avoir combattu la maladie, celle qui n’a jamais baissé les bras, a choisi de partir dans la dignité. André Plourde, son époux qui l’a accompagnée tout au long du processus, a décidé de raconter ce qu’est l’aide médicale à mourir.

L’histoire d’Aline, celle d’un amour partagé pendant 25 ans, André la raconte exactement comme ça s’est passé, du plus profond de son cœur. Il parle avec force et tendresse, la tristesse laissant place au rire, lorsqu’il évoque les souvenirs des beaux moments partagés avec son aimée. Chacune de ses paroles est un hommage à son épouse, dont les traits se dessinent mots après mots. Belle, fine et douce. Un cordon bleu. Une combattante, avec une force de caractère extraordinaire. Sa voix se brise. «À la fin, elle ne parlait plus, elle écrivait… Des mots d’amour», confie André dans un sanglot. Aline était sa compagne de vie et elle a choisi l’aide médicale à mourir alors qu’il n’y avait plus aucun recours pour qu’elle recouvre la santé.

En livrant le récit de son expérience, André espère contribuer à démystifier ce sujet tabou. Il a pensé son témoignage et écrit un texte sur l’aide médicale à mourir pour donner, à ceux qui le souhaitent, matière à réfléchir à partir d’une expérience vécue.

Être convaincue de sa décision

De ce processus, André garde avant tout en mémoire la force et le courage que s’est donnés Aline pour aller jusqu’au bout. Car elle était convaincue de sa décision.

«Quand on a été inclus dans ce projet, c’est quasiment un projet dans le fond, on réalise comme c’est important que la personne concernée soit convaincue de sa décision. Il y a des moments d’hésitations, il y a des moments de ci, il y a des moments de ça. Il y a cette journée où mon épouse a dit : “Je suis convaincue de prendre la bonne décision… Mais, c’est toute une décision à prendre.”», se souvient-il avec une pointe d’admiration.

Mais, surtout, elle était soutenue, par son époux, par ses sœurs, par sa famille, par ses proches. Par ceux qui la voyait souffrir et ont accepté, sans jugement, qu’elle n’ait pas envie de subir davantage de traitements médicaux pour prolonger sa vie, mais aussi ses souffrances, quelques temps de plus. Sachant ce qui l’attendait encore, elle avait prévenu.

«André, si à un moment ils m’offrent ça (la chimiothérapie), c’est non.»

Souffrir n’avait plus de raison d’être

«Je lui ai dit : Aline, je n’ai pas de conseil à te donner. Je sais que c’est réfléchi et je veux que tu saches que je t’appuie à 200 %. Savoir que moi, j’étais là… Ça aurait été de l’égoïsme de la garder quelques mois de plus. C’est elle qui aurait souffert. Ça n’avait pas de raison d’être.»

Quatre ans plus tôt, le couple apprend qu’Aline est malade. Âgée de 57 ans, elle doit être opérée des cordes vocales et recevoir des traitements de chimiothérapie.

«Ils lui ont enlevé les cordes vocales et elle a réappris à parler sans appareil, en utilisant l’œsophage, comme les ténors font quand ils chantent. Quand elle a commencé, elle avait deux syllabes à dire. Le premier mot, ç’a été papa. Pa… Et puis ça lui prenait 45 à 50 secondes pour sortir le deuxième... Pa.»

Après l’opération, Aline va mieux. Mais son état de santé se dégrade à nouveau au fil des années. Jusqu’à ce qu’une radiographie montre que les poumons sont touchés. Quand elle prend la décision de demander l’aide médicale à mourir, Aline se trouve prise en charge au service de soins palliatifs de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Vivre ce qu’il y a à vivre ensemble

Pour le jour de son départ, Aline et sa famille ont suivi les recommandations du médecin. Ils avaient réservé une salle de l’hôpital et se sont réunis autour d’elle pour partager cet ultime moment, dans le bonheur d’être ensemble. Ses sœurs avaient préparé de petites bouchées d’après ses recettes qu’elle leur servait. Aline s’était habillée avec l’aide de sa sœur.

«Ça faisait un mois et demi qu’elle ne s’était pas habillée. Elle a mis du fond de teint et du rouge à lèvres. Elle s’est habillée comme une princesse. Elle est partie de sa chambre avec sa marchette et elle est arrivée dans la salle. On est allés chercher des fleurs, pas de pleurs. C’était de toute beauté.»

Ils ont pris leur temps et vécu ce qu’il y avait à vivre. «Elle a parlé avec tout le monde. Elle encourageait l’un, elle encourageait l’autre. C’était sublime. Elle riait.» Aucune heure précise n’avait été fixée.

Avec André, Aline est allée dans sa chambre. Ils se sont embrassés. Ils se sont serrés dans les bras l’un de l’autre. «Elle a remonté elle-même son gilet et elle a dit : “Je suis prête.” Et ça s’est fait tout en douceur, on ne l’a pas quittée. Quand ç’a été terminé, on est restés.» Comme perdurent aujourd’hui les souvenirs et tout l’amour d’André pour Aline.

Les plus lus

Difficultés avec le transport adapté

Depuis quelques semaines, plusieurs utilisateurs du service de transport adapté de la Société de transport de Lévis (STLévis) se plaignent au Journal des problèmes rencontrés depuis quelques mois. Alors que le transport adapté doit leur faciliter la vie, le service est désormais de plus en plus inaccessible, selon eux.

L'inestimable cadeau de Silvia Suarez

La Lévisienne Silvia Suarez a hérité de la maladie du rein qui a emporté sa mère. Le diagnostic est tombé en 2005, alors qu’elle était affectée de haute pression. De fil en aiguille, la dialyse est entrée dans sa routine et son nom a été ajouté à la liste d’attente pour recevoir un don d’organe. Son souhait le plus cher a été exaucé le 10 octobre 2009.

«Les malades sont les infirmières»

Le Syndicat des professionnels en soin de Chaudière-Appalache (SPSCA) s’est réuni en assemblée générale extraordinaire pour parler des négociations en cours avec le CISSS, au centre de congrès et d’exposition de Lévis, le 27 mars.

Quartier Lamartine : un résident déplore les «non-dits» de la Ville

Inquiet par le projet de développement résidentiel en cours dans son quartier, un habitant de la rue Lamartine, Claude Poudrier, avait déposé en 2017 une pétition adressée à la Ville et rejetée. Alors que le déboisement est en cours, il fait part de son désarroi face à la perte d’un espace naturel.

Quartier Lamartine : le développement reprend avec Quirion

L ’entreprise Lévisienne Quirion vient de débuter les travaux de son nouveau projet de construction. Deux phases se succéderont au cours des huit prochaines années et donneront naissance à terme à quelque 600 nouveaux logements, soit des maisons unifamiliales, des jumelés et des appartements.

Formation et philanthropie à travers le FONDS

Au terme de plusieurs mois de travail, le tout premier Fonds de placement étudiant UQAR (FONDS) a été lancé le 20 mars, en compagnie d’étudiants en sciences de la gestion du campus de Lévis et des intervenants ayant appuyé le projet depuis le départ.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 avril 2018

Quelle belle activité que la Cabane à sucre en ville, qui s’est déroulée sous la présidence d’honneur du cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec. Des invités surprises et la charmante comédienne Guylaine Tremblay étaient également présents. Une journée mémorable en compagnie de gens exceptionnels qui a permis d’amasser 40 000 $ au profit des œuvres du diocèse de Québec (1re photo). J...

Tempête hivernale à venir : la Ville annule certaines de ses activités

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé qu'elle annulait certaines de ses activités prévues de 6h à 12h demain, en raison de la tempête hivernale qui doit frapper la région dans les prochaines heures.

Nouveaux horaires et tarifs à la traverse

La Société des traversiers du Québec (STQ a annoncé, le 23 mars, une bonification de sa grille horaire ainsi que des modifications à la tarification, à compter du 1er avril.