C’est dans l’Église Sainte-Jeanne-d’Arc de Lévis, où André et Aline se sont mariés, que s’est tenue la cérémonie d’adieu.

Aline Carrier a cessé de vivre le 1er novembre à l’Hôtel-Dieu de Lévis, auprès de ceux qu’elle a aimés et qui l’ont aimée tout au long de sa vie. À 61 ans, après avoir combattu la maladie, celle qui n’a jamais baissé les bras, a choisi de partir dans la dignité. André Plourde, son époux qui l’a accompagnée tout au long du processus, a décidé de raconter ce qu’est l’aide médicale à mourir.

L’histoire d’Aline, celle d’un amour partagé pendant 25 ans, André la raconte exactement comme ça s’est passé, du plus profond de son cœur. Il parle avec force et tendresse, la tristesse laissant place au rire, lorsqu’il évoque les souvenirs des beaux moments partagés avec son aimée. Chacune de ses paroles est un hommage à son épouse, dont les traits se dessinent mots après mots. Belle, fine et douce. Un cordon bleu. Une combattante, avec une force de caractère extraordinaire. Sa voix se brise. «À la fin, elle ne parlait plus, elle écrivait… Des mots d’amour», confie André dans un sanglot. Aline était sa compagne de vie et elle a choisi l’aide médicale à mourir alors qu’il n’y avait plus aucun recours pour qu’elle recouvre la santé.

En livrant le récit de son expérience, André espère contribuer à démystifier ce sujet tabou. Il a pensé son témoignage et écrit un texte sur l’aide médicale à mourir pour donner, à ceux qui le souhaitent, matière à réfléchir à partir d’une expérience vécue.

Être convaincue de sa décision

De ce processus, André garde avant tout en mémoire la force et le courage que s’est donnés Aline pour aller jusqu’au bout. Car elle était convaincue de sa décision.

«Quand on a été inclus dans ce projet, c’est quasiment un projet dans le fond, on réalise comme c’est important que la personne concernée soit convaincue de sa décision. Il y a des moments d’hésitations, il y a des moments de ci, il y a des moments de ça. Il y a cette journée où mon épouse a dit : “Je suis convaincue de prendre la bonne décision… Mais, c’est toute une décision à prendre.”», se souvient-il avec une pointe d’admiration.

Mais, surtout, elle était soutenue, par son époux, par ses sœurs, par sa famille, par ses proches. Par ceux qui la voyait souffrir et ont accepté, sans jugement, qu’elle n’ait pas envie de subir davantage de traitements médicaux pour prolonger sa vie, mais aussi ses souffrances, quelques temps de plus. Sachant ce qui l’attendait encore, elle avait prévenu.

«André, si à un moment ils m’offrent ça (la chimiothérapie), c’est non.»

Souffrir n’avait plus de raison d’être

«Je lui ai dit : Aline, je n’ai pas de conseil à te donner. Je sais que c’est réfléchi et je veux que tu saches que je t’appuie à 200 %. Savoir que moi, j’étais là… Ça aurait été de l’égoïsme de la garder quelques mois de plus. C’est elle qui aurait souffert. Ça n’avait pas de raison d’être.»

Quatre ans plus tôt, le couple apprend qu’Aline est malade. Âgée de 57 ans, elle doit être opérée des cordes vocales et recevoir des traitements de chimiothérapie.

«Ils lui ont enlevé les cordes vocales et elle a réappris à parler sans appareil, en utilisant l’œsophage, comme les ténors font quand ils chantent. Quand elle a commencé, elle avait deux syllabes à dire. Le premier mot, ç’a été papa. Pa… Et puis ça lui prenait 45 à 50 secondes pour sortir le deuxième... Pa.»

Après l’opération, Aline va mieux. Mais son état de santé se dégrade à nouveau au fil des années. Jusqu’à ce qu’une radiographie montre que les poumons sont touchés. Quand elle prend la décision de demander l’aide médicale à mourir, Aline se trouve prise en charge au service de soins palliatifs de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Vivre ce qu’il y a à vivre ensemble

Pour le jour de son départ, Aline et sa famille ont suivi les recommandations du médecin. Ils avaient réservé une salle de l’hôpital et se sont réunis autour d’elle pour partager cet ultime moment, dans le bonheur d’être ensemble. Ses sœurs avaient préparé de petites bouchées d’après ses recettes qu’elle leur servait. Aline s’était habillée avec l’aide de sa sœur.

«Ça faisait un mois et demi qu’elle ne s’était pas habillée. Elle a mis du fond de teint et du rouge à lèvres. Elle s’est habillée comme une princesse. Elle est partie de sa chambre avec sa marchette et elle est arrivée dans la salle. On est allés chercher des fleurs, pas de pleurs. C’était de toute beauté.»

Ils ont pris leur temps et vécu ce qu’il y avait à vivre. «Elle a parlé avec tout le monde. Elle encourageait l’un, elle encourageait l’autre. C’était sublime. Elle riait.» Aucune heure précise n’avait été fixée.

Avec André, Aline est allée dans sa chambre. Ils se sont embrassés. Ils se sont serrés dans les bras l’un de l’autre. «Elle a remonté elle-même son gilet et elle a dit : “Je suis prête.” Et ça s’est fait tout en douceur, on ne l’a pas quittée. Quand ç’a été terminé, on est restés.» Comme perdurent aujourd’hui les souvenirs et tout l’amour d’André pour Aline.

Les plus lus

Un chanceux recherché par Loto-Québec à Lévis

Loto-Québec est à la recherche d'un gagnant de 333 333,40 $ au Lotto Max, dont le billet a été acheté à Lévis.

L'une des pires routes du Québec à Lévis?

CAA-Québec a dévoilé, le 9 mai, le top 10 préliminaire de son initiative visant à identifier les pires routes du Québec. Le chemin Craig, à Saint-Nicolas et à Saint-Étienne-de-Lauzon, fait partie de ce classement peu flatteur.

Deux professeures relèvent le pari du coenseignement

Alors que la tendance est plutôt de tenter de diminuer le nombre d’élèves par classe, deux enseignantes de l’École Notre-Dame-d’Etchemin de Saint-Romuald ont fait le pari de former un seul groupe de 48 étudiants.

Les piscines extérieures seront chauffées à Lévis

Les onze bassins extérieurs du territoire seront chauffés dès le début de la saison estivale prochaine. Un investissement de 150 000 $ permettra de procéder à la réfection des installations des piscines extérieures.

Le Happening cuisine de rue reporté au 24 mai

C'est plutôt le vendredi 24 mai que se tiendra la quatrième édition du Happening Cuisine de rue de Lévis. Les passants sur la rue J.-B.-Michaud dans le quartier Miscéo pourront déguster les créations des camions de cuisine de rue présents sur place de 11h à 20h.

Bilan des inondations : une quinzaine de résidences évacuées à Lévis

Les inondations sur le territoire pendant le congé pascal ont nécessité l’évacuation de 17 personnes, dont 10 ont reçu une aide de la Croix-Rouge. Plusieurs équipes de pompiers ont été mobilisées sur le terrain. Certaines étaient déployées en soutien dans les municipalités environnantes.

Une machine distributrice spécialisée au Collège de Lévis

Le Bazar étudiant du Collège de Lévis, une friperie gérée par les élèves pour les élèves du Collège basée sur le modèle entrepreneurial d’une coopérative, a mis sur pied une machine distributrice à matériel scolaire et produits d’hygiène, au Collège, le 10 avril dernier.

Aérodrome de Pintendre : citoyens et Ville font front commun

Le déménagement prochain des activités de Parachutisme Atmosphair de l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome à celui de Pintendre était au cœur des discussions lors du dernier conseil municipal. Des citoyens ont profité de la période de question pour interroger le maire sur les suites qui seront données par la Ville dans ce dossier.

L'écoresponsabilité à la fête au quai Paquet à Lévis

Une fin de semaine d’activités pour toute la famille fera découvrir les gestes respectueux de l’environnement au quai Paquet à Lévis, les 15 et 16 juin. Un spectacle gratuit, alliant magie, danse et science, sera présenté le samedi soir.

Une simulation de camp de réfugiés au Cégep de Lévis-Lauzon

Afin de sensibiliser les étudiants du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) à la réalité des personnes réfugiées, une simulation de migration forcée s’est déroulée le 18 avril avec plus d’une centaine de cégépiens.