CRÉDIT : ARCHIVES

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET), André Fortin, ainsi que la présidente et chef de la direction de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), Nathalie Tremblay, ont rendu public, le 8 mai, le bilan routier de la province pour l’année 2017. Alors que le taux de mortalité et de blessés légers dans la région de la Chaudière-Appalaches est à la baisse, le nombre de blessés graves augmente.

Par Jasmine Desrochers

En 2017, les routes de Chaudière-Appalaches ont fait 30 décès, soit 5 de moins qu’en 2016. Ces chiffres représentent une diminution de 12 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Une baisse enregistrée de 2,4 % par rapport à 2016 s’observe également chez les victimes de blessures mineures.

Cependant, 121 blessés graves ont été répertoriés dans la région lors de la dernière année. Ce nombre dépasse de 23 celui de 2016, ce qui signifie une augmentation de 23,5 %. Il s’agit également d’une augmentation de 12 % par rapport au taux moyen des cinq dernières années. À Québec, la hausse du taux de mortalité est quant à elle de 88,2 % en comparaison à 2016.

«Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces hausses inquiétantes, dont l’accroissement du parc automobile, l’augmentation du nombre de kilomètres parcourus ou les distractions au volant», a soulevé le directeur général d’Accès transports viables, Étienne Grandmont.

Au total, ce sont donc 2 016 personnes qui ont subi des lésions corporelles lors d’un accident de la route en 2017. Ce nombre représente une diminution de 1,3 % en comparaison à 2016 et de 1,2 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

À l’échelle provinciale

Au Québec, la situation s’avère quant à elle plus réjouissante, car sur une moyenne de cinq ans, la tendance du bilan routier est en constante amélioration. Le nombre d’accidentés a d’ailleurs diminué de 474 par rapport à 2016.

L’année 2017 s’est malgré tout soldée sur une note plutôt négative, car 13 personnes supplémentaires sont décédées d’un accident de la route. Le nombre de blessés graves a également bondi de 28.

Miser sur les récents changements

Le gouvernement est somme toute confiant que les modifications apportées au Code de la sécurité routière, le 18 avril dernier, s’avèreront bénéfiques pour les années à venir.

«C’est en mettant en place une législation moderne, en innovant en stratégies de prévention et en travaillant en étroite collaboration avec les différents partenaires en sécurité routière que nous pourrons rendre nos routes plus sécuritaires», a affirmé M. Fortin.

Accès transports viables souhaite de son côté mettre l’emphase sur la responsabilité qu’ont les concepteurs routiers de réduire le risque de conflits entre les différents usagers de la route et ainsi, offrir un environnement sécuritaire pour tous, soit le concept de Vision zéro.

«Il est important de viser zéro décès et zéro accidents graves sur les routes sur les territoires des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches», a déclaré M. Grandmont. En se basant sur cette philosophie, le regroupement envisage un avenir prometteur pour la Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Un jeune infirmier en stage à Haïti

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

50 ans pour le Cégep de Lévis-Lauzon

Fondé le 7 mai 1969, le Cégep de Lévis-Lauzon a diplômé près de 34 000 étudiants. Cette année, l’institution fête ses 50 ans et l’organisation souhaite inviter étudiants, membres du personnel, diplômés et citoyens à venir célébrer le passé, mais aussi l’avenir.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 26 décembre 2018

À quelques jours de la nouvelle année, je vous partage les souhaits que je tiens à adresser à différentes personnalités de la région.

Le savoir-faire étudiant au service des organismes

Des étudiants du Cégep de Lévis-Lauzon ont présenté à cinq organismes de la région les résultats d’un travail d’enquête statistique grandeur nature destiné à alimenter leurs stratégies de développement. Ce projet résulte d’une collaboration entre des enseignants, ces organisations et une entreprise spécialisée dans l’évaluation de projet.

Le zéro déchet gagne Lévis

Programme d’accompagnement mené par la ville, groupes Facebook, épicerie en vrac et commerçants qui proposent à leurs clients d’apporter leurs propres plats, les pratiques évoluent en même temps que la conscience environnementale se développe.

Deux bébés du 1er janvier à Lévis

Le premier bébé de l’année né à l’Hôtel-Dieu de Lévis est originaire de Saint-Apollinaire. Mélissa Rivard et Olivier Chouinard ont accueilli le petit Valentin, le 1er janvier à 3h53. Le même jour à 21h, un deuxième bébé a pointé le bout de son nez. Nathan (sur la photo) fait le bonheur de ses parents, Cindy Lévesque et Samuel Maltais, qui résident à Lévis.

Ouvert ou fermé pendant les Fêtes?

La période des Fêtes entraîne plusieurs modifications aux horaires des magasins ainsi que des services municipaux. Voici un petit résumé de ce que vous devez savoir à ce sujet.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 9 janvier 2019

En ce début de nouvelle année, je poursuis mes souhaits que je tiens à offrir à des personnalités de la région.

Une bière pour le temps des Fêtes

La coutume se veut de marier vins et mets lors du réveillon et du jour de l’An. Pourquoi ne pas faire différent cette année? Benoit-Olivier Brazeau, gérant de la succursale du Monde des bières de Lévis, a sélectionné cinq bières de microbrasserie québécoise à déguster pour l’occasion.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 19 décembre 2018

Quel trio de présidents d’honneur! Roland, Michel et Mathieu Bernier (1re photo) ont accepté la coprésidence d’honneur intergénérationnelle de la prochaine édition du Dîner des Francs Amis qui aura lieu le 24 janvier 2019, au Resto Pub Ryna. Tous les profits seront remis à l’Atelier occupationnel Rive-Sud (AORS).