Deux psychologues cliniciens, le Dr Michel Larouche et Paule Limoges, des CLSC de Saint-Lazare de Bellechasse et Lévis, mènent ensemble un projet pilote de thérapie de groupe à Lévis, pendant un an, qui sera ensuite poursuivi ou non selon les résultats. L’objectif est de proposer un traitement psychothérapeutique dans un format novateur.

À lire aussi : «Nos problèmes quotidiens se ressemblent»

Dans un contexte où les thérapies de groupe se développent, Michel Larouche et Paule Limoges, tous deux psychologues cliniciens, ont pensé leur projet avec l’objectif d’offrir en groupe le même traitement qu’individuellement.

D’autres groupes existent d’ailleurs au sein du CLSC de Lévis. Des personnes inscrites sur la liste d’attente de l’organisme se sont donc vues proposer ce nouveau mode de prise en charge. Des règles de fonctionnement au format des séances, les psychologues ont construit un cadre ouvert, sans nombre de séances prédéterminé, et avec des évaluations personnalisées.

Si le nombre de participants aux rencontres est fixé à huit, une nouvelle personne peut entrer dans le groupe à chaque fois qu’une autre en sort, et ce, pendant un an. Car la thérapie s’arrête à chaque fois qu’un patient a répondu à ses besoins et le décide.

Ce projet s’adresse à des adultes avec des problématiques d’anxiété, de dépression, relationnelles ou des difficultés d’adaptation. Les problématiques interpersonnelles, les personnes suicidaires et les grands consommateurs ne sont pas pris en charge dans ce cadre.

Un suivi individuel

Si les psychologues ont choisi d’intervenir en groupe, c’est pour ses avantages. Être dans un groupe, ce n’est pas juste prendre en charge plus d’individus à la fois, c’est créer une situation favorable à l’entraide, où les gens partagent leur expérience.

Même en groupe, les deux psychologues ont veillé à ce que la prise en charge reste adaptée aux besoins de chacun et permette un travail individuel. Chaque participant rempli ainsi un questionnaire au début de la séance, puis une évaluation psychométrique est réalisée. Pendant les temps de parole individuels devant le groupe, les psychologues travaillent avec la personne qui parle en la guidant et en la relançant.

«Chaque personne a un temps à elle. On s’occupe de la problématique particulière qu’elle apporte, individuellement et devant le reste du groupe. Ce qui fait la différence, c’est cette idée de traitement individuel à chacune des personnes, dans le groupe», souligne Paule Limoges.

«On intervient en présence des autres. Je vais vous aider à réfléchir, comme en psychothérapie. Je vais vous aider à identifier les perceptions que vous avez de vous-même, le dialogue intérieur que vous avez à propos de vous, les émotions que ça suscite, et comment vous expliquez ça. Je vais vous aider à vous questionner pour donner sens aux images mentales. En les modifiant, ça amène le changement. Dans notre intervention, on amène les gens à ça», complète Michel Larouche.

Puisque cette thérapie de groupe est un projet pilote, un rapport sera remis au bout de l’année de fonctionnement, afin d’évaluer le projet quantitativement et qualitativement.

«C’est fascinant comme les gens ont une capacité d’entraide. Les gens apportent le groupe à l’intérieur d’eux. Ils le disent, ils le nomment. Moi, je n’allais pas bien, mais j’ai pensé au groupe, j’avais hâte d’arriver au groupe. Ça fait partie de notre évaluation. Toute cette partie qualitative de ce que les gens nomment», constate Paule Limoges.

Parce qu’en raison de limites financières, les professionnels ne sont pas capables de traiter tous les gens comme ils le voudraient, ils cherchent des meilleures façons d’y parvenir.

«Quand on parle de thérapie de groupe, ça ne fera jamais pour tout le monde. Il y a des gens pour qui une intervention individuelle sera toujours la meilleure solution. Plus on a un éventail de projets et d’offre de services, plus on rejoint une grande quantité de gens. L’idée, c’est de bien évaluer les gens pour qu’ils reçoivent le bon service. Et non pas, faire un service et rentrer les gens dedans.»

Les plus lus

Osez être le grain de sable dans l’engrenage

Être le grain de sable dans l’engrenage, c’est en quelque sorte le message que lance Caroline Émond avec son livre La dysfonction banale d’un système de santé malade.

Camp de jour : un pacte pour favoriser l’intégration de tous les jeunes

C’est en présence du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, que des responsables de ce dossier au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et à la Ville de Lévis ont dévoilé, le 27 avril, les détails entourant une entente entre les deux organismes. Le pacte permettra des mesures concrètes pour offrir des «services encore mieux adaptés» aux enfants de 5 à 12 an...

Quatrième édition du Tour du silence à Lévis le 16 mai

Mercredi prochain, un groupe de cyclistes roulera en silence dans les rues de Lévis en mémoire de celles et ceux qui sont décédés lors d’accidents de la route.

Une nouvelle plume au Journal

Depuis le 1er mai, Le Journal de Lévis peut compter sur un nouveau talent au sein de l’équipe de journalistes, Gabrielle Breton.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 16 mai 2018

André Gaumond (1re photo) est le nouveau président de la Société d’histoire de Lévis.

Projet pilote au CLSC de Lévis : la force du groupe avec un traitement individuel

Deux psychologues cliniciens, le Dr Michel Larouche et Paule Limoges, des CLSC de Saint-Lazare de Bellechasse et Lévis, mènent ensemble un projet pilote de thérapie de groupe à Lévis, pendant un an, qui sera ensuite poursuivi ou non selon les résultats. L’objectif est de proposer un traitement psychothérapeutique dans un format novateur.

Nouvelle formation pour les préposés aux bénéficiaires et les auxiliaires familiaux

C’est en présence du représentant du ministre de l’Éducation, le député de Beauce-Sud Paul Busque, que les quatre commissions scolaires de la Chaudière-Appalaches ont lancé, le 24 avril à Lévis, le nouveau diplôme d’études professionnelles (DEP) en Assistance à la personne en établissement et à domicile (APED). Formation destinée aux futurs préposés aux bénéficiaires et auxiliaires familiaux, ce n...

Recours collectif pour frais scolaires illégaux : la CSDN accepte l’entente à l’amiable

À la suite d’une longue réunion tenue à huis clos le 16 mai, le conseil des commissaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a accepté l’entente à l’amiable conclue entre les commissions scolaires concernées et les demandeurs de l’action collective sur les frais scolaires illégaux imposés aux parents.

Une hausse qui ne passe pas

Odette Arguin, une résidente de Saint-Romuald, a eu une bien mauvaise surprise en ouvrant son plus récent compte de taxes. En raison d’une nouvelle disposition règlementaire, les propriétaires de terrains vacants prêts à construire à Lévis font face à une hausse de taxes supplémentaire. Cela représente une augmentation de 18,25 % pour Mme Arguin et son conjoint.

Mammifère marin : appel à la vigilance

Le retour du temps doux et la disparition des glaces représentent le moment de l’année où les riverains, pêcheurs et navigateurs sont susceptibles d’être témoins d’incidents impliquant des phoques et des baleines. Le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins rappelle l’importance de lui signaler rapidement tout mammifère marin mort ou en difficulté au 1-877-7baleine (1-877-722-5346), ...