Deux psychologues cliniciens, le Dr Michel Larouche et Paule Limoges, des CLSC de Saint-Lazare de Bellechasse et Lévis, mènent ensemble un projet pilote de thérapie de groupe à Lévis, pendant un an, qui sera ensuite poursuivi ou non selon les résultats. L’objectif est de proposer un traitement psychothérapeutique dans un format novateur.

À lire aussi : «Nos problèmes quotidiens se ressemblent»

Dans un contexte où les thérapies de groupe se développent, Michel Larouche et Paule Limoges, tous deux psychologues cliniciens, ont pensé leur projet avec l’objectif d’offrir en groupe le même traitement qu’individuellement.

D’autres groupes existent d’ailleurs au sein du CLSC de Lévis. Des personnes inscrites sur la liste d’attente de l’organisme se sont donc vues proposer ce nouveau mode de prise en charge. Des règles de fonctionnement au format des séances, les psychologues ont construit un cadre ouvert, sans nombre de séances prédéterminé, et avec des évaluations personnalisées.

Si le nombre de participants aux rencontres est fixé à huit, une nouvelle personne peut entrer dans le groupe à chaque fois qu’une autre en sort, et ce, pendant un an. Car la thérapie s’arrête à chaque fois qu’un patient a répondu à ses besoins et le décide.

Ce projet s’adresse à des adultes avec des problématiques d’anxiété, de dépression, relationnelles ou des difficultés d’adaptation. Les problématiques interpersonnelles, les personnes suicidaires et les grands consommateurs ne sont pas pris en charge dans ce cadre.

Un suivi individuel

Si les psychologues ont choisi d’intervenir en groupe, c’est pour ses avantages. Être dans un groupe, ce n’est pas juste prendre en charge plus d’individus à la fois, c’est créer une situation favorable à l’entraide, où les gens partagent leur expérience.

Même en groupe, les deux psychologues ont veillé à ce que la prise en charge reste adaptée aux besoins de chacun et permette un travail individuel. Chaque participant rempli ainsi un questionnaire au début de la séance, puis une évaluation psychométrique est réalisée. Pendant les temps de parole individuels devant le groupe, les psychologues travaillent avec la personne qui parle en la guidant et en la relançant.

«Chaque personne a un temps à elle. On s’occupe de la problématique particulière qu’elle apporte, individuellement et devant le reste du groupe. Ce qui fait la différence, c’est cette idée de traitement individuel à chacune des personnes, dans le groupe», souligne Paule Limoges.

«On intervient en présence des autres. Je vais vous aider à réfléchir, comme en psychothérapie. Je vais vous aider à identifier les perceptions que vous avez de vous-même, le dialogue intérieur que vous avez à propos de vous, les émotions que ça suscite, et comment vous expliquez ça. Je vais vous aider à vous questionner pour donner sens aux images mentales. En les modifiant, ça amène le changement. Dans notre intervention, on amène les gens à ça», complète Michel Larouche.

Puisque cette thérapie de groupe est un projet pilote, un rapport sera remis au bout de l’année de fonctionnement, afin d’évaluer le projet quantitativement et qualitativement.

«C’est fascinant comme les gens ont une capacité d’entraide. Les gens apportent le groupe à l’intérieur d’eux. Ils le disent, ils le nomment. Moi, je n’allais pas bien, mais j’ai pensé au groupe, j’avais hâte d’arriver au groupe. Ça fait partie de notre évaluation. Toute cette partie qualitative de ce que les gens nomment», constate Paule Limoges.

Parce qu’en raison de limites financières, les professionnels ne sont pas capables de traiter tous les gens comme ils le voudraient, ils cherchent des meilleures façons d’y parvenir.

«Quand on parle de thérapie de groupe, ça ne fera jamais pour tout le monde. Il y a des gens pour qui une intervention individuelle sera toujours la meilleure solution. Plus on a un éventail de projets et d’offre de services, plus on rejoint une grande quantité de gens. L’idée, c’est de bien évaluer les gens pour qu’ils reçoivent le bon service. Et non pas, faire un service et rentrer les gens dedans.»

Les plus lus

La folie du pot légal gagne la région

Dès l'entrée en vigueur de la loi fédérale légalisant la consommation du cannabis et conformément à l'encadrement provincial (loi 157), la Société québécoise du cannabis (SQDC) a ouvert aujourd'hui ses douze points de vente, dont celui de Lévis situé au 95, route du Président-Kennedy, et d'un site Web transactionnel. Comme ailleurs au Québec, ce moment était fort attendu dans la région puisqu'une ...

Les Aidants scolaires entrent au CPE

À la Coquinerie, l’une des installations du CPE le Vire-Crêpe, des bénévoles du Mouvement des aidants scolaires sont présents aux côtés des éducatrices pour les aider à répondre aux besoins des enfants, comme enfiler un manteau, ou donner de l’attention supplémentaire à un petit en lui lisant une histoire. Testé pendant un an, ce projet pilote pourrait ensuite être étendu.

L'urgence de Paul-Gilbert fermera à 19h dès le 3 novembre

Par voie de communiqué, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a annoncé, le 18 octobre, qu'il modifiera «temporairement» les heures d’ouverture de l’urgence du Centre Paul-Gilbert le soir dès le 3 novembre, et ce, «pour une période indéterminée». Désormais, les services médicaux seront offerts sept jours sur sept, de 7h à 19h.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 26 septembre 2018

Notre maire Gilles Lehouillier a eu l’honneur de recevoir la mention élogieuse du commandant lors de la soirée dînatoire du changement des commandants du Régiment de la Chaudière (1re photo). Cette mention souligne sa contribution pour la reconnaissance de l’histoire militaire du Régiment de la Chaudière.

La place des Anciens prend vie au Collège de Lévis

Plus de 500 personnes, pour la plupart des anciens élèves, se sont réunies au Collège de Lévis pour inaugurer la place dédiée à tous ceux qui ont étudié entre les murs de l’établissement, le 29 septembre. Déjà, 1 166 noms sont inscrits sur les petites plaques noires fixées sur des stèles surmontées de l’inscription «Fiers de notre passage au Collège».

Une Lévisienne derrière le nouveau Assassin’s Creed

La compagnie de jeux vidéo Ubisoft a développé le jeu le plus ambitieux de ses studios et de la série Assassin’s Creed : Assassin’s Creed Odyssey, en magasin depuis le 5 octobre. Ubisoft Québec avait la tâche de diriger la confection de cet opus plus grand que nature. Marie Cauchon, chef de produit chez Ubisoft Québec et originaire de Saint-Romuald, a travaillé sur ce projet.

Aérodrome de Pintendre : match nul pour la Ville

La Ville de Lévis a obtenu un «match nul» dans la décision rendue le 26 septembre par la Cour d'appel du Québec, à la suite de l'appel lancé par la procureure générale du Québec dans le dossier du conflit juridique opposant la propriétaire de l'aérodrome de Pintendre à la municipalité.

Retour de la vaccination contre la grippe

Depuis le 10 octobre, le CISSS de Chaudière-Appalaches offre à toute la population de la Chaudière-Appalaches la prise de rendez-vous en ligne pour recevoir le vaccin contre la grippe (influenza).

Avis de ne pas consommer certains fromages de la Fromagerie Les Rivières

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec la Fromagerie Les Rivières, située au 1465, avenue Chauveau, à Québec, avise la population de ne pas consommer certains fromages fabriqués par cette entreprise et qui sont indiqués ci-dessous, car ils n'ont pas été préparés de façon à en assurer l'innocuité.

Maison Rodolphe-Audette : appel entendu

Quatre ans après, le même scénario se rejoue. Le comité de démolition de la Ville de Lévis autorise la démolition de la maison Rodolphe-Audette, la décision est portée en appel et le mot final revient au conseil municipal. Les élus main- tiendront-ils la décision de démolir ou suivront-ils la ligne de leurs prédécesseurs? Réponse le 9 octobre prochain.