Jules Pérusse a travaillé pendant plusieurs heures pour concevoir sa maquette de pont à haubans. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Si le projet de troisième lien routier entre les deux rives provoque beaucoup de débats dans la région, l’infrastructure désirée par plusieurs alimente également l’imagination de certains citoyens. En effet, le Lévisien Jules Pérusse a décidé de construire une maquette d’une partie d’un possible nouveau trait d’union entre les deux rives.

«Quand on a parlé de la possibilité de construire un tunnel pour permettre la création d’un troisième lien, j’ai trouvé cette idée farfelue en raison des coûts et des délais importants. Ça fait 30 ans qu’on en parle (d’un projet de tunnel). Par contre, j’ai décidé de faire la maquette d’un pont qui relierait Lauzon à l’île d’Orléans, une infrastructure qui serait reliée ensuite à un nouveau pont entre Beauport et l’île», a expliqué le résident de Pintendre sur les origines de son projet.

Ancien travailleur de la Davie, où il a notamment été gabarieur, Jules Pérusse s’est attelé avec minutie dans les derniers mois à développer son projet. À la suite de plusieurs recherches, il a dessiné les esquisses de son troisième lien, qui serait composé de deux parties.

La première serait un pont de faible hauteur entre Beauport et l’île d’Orléans alors que la deuxième serait un pont à haubans entre l’île d’Orléans et Lauzon.

Maquettiste pendant ses temps libres, Jules Pérusse a ensuite créé une maquette pour représenter le pont à haubans qu’il a imaginé. Fier d’ajouter une pierre à l’édifice du débat entourant ce dossier, le résident de Pintendre est convaincu que le projet de troisième lien est nécessaire pour la région.

«Je trouve tellement que les gens font pitié. À l’époque, quand il n’y avait que le pont de Québec, on pouvait attendre des heures pour se rendre sur l’autre rive. 50 ans plus tard, les gens attendent encore plus longtemps. Quand il arrive un accident, ça peut refouler jusqu’à la route Mgr-Bourget, et des fois, même plus loin», a soutenu M. Pérusse.

Une passion qui perdure

Cette création n’est toutefois pas la première du Lévisien, mais l’une des nombreuses maquettes que son passe-temps lui a permis de concevoir. Au total, Jules Pérusse a donné vie, en une quarantaine d’années, à une vingtaine de reproductions à des échelles plus petites, allant de bateaux à la porte Saint-Louis dans le Vieux-Québec.

Initiée pendant son enfance et améliorée grâce aux différentes connaissances qu’il a acquises pendant sa vie, notamment le dessin, la passion du résident de Pintendre lui a aussi permis de percer les secrets pour maîtriser l’art de la maquette.

«Quand j’étais jeune, nous n’avions pas beaucoup de jouets. Ma passion est venue du fait que je voulais avoir des jouets miniatures très bien faits. J’exigeais que ce soit le plus parfait possible. […] Un projet se compte en termes de mois. Ça peut me prendre entre 200 et 300 heures d’ouvrage pour une maquette. Ça prend beaucoup de patience. Quand on réussit, on devient patient», a partagé M. Pérusse.

Redonner à la communauté

Actuellement bien rangé dans sa résidence, les maquettes de Jules Pérusse pourraient bientôt trouver un nouveau toit. En effet, le résident de Pintendre s’en ira bientôt avec sa femme dans une résidence privée pour aînés et il aimerait permettre à ses concitoyens de voir ses créations.

«S’ils le désirent, j’aimerais exposer mes maquettes à des endroits comme le Centre d’exposition Louise-Carrier, la traverse de Lévis ou la marina de Lévis. Ce serait dans le patrimoine», a conclu M. Pérusse.

Les plus lus

Un jeune infirmier en stage à Haïti

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

50 ans pour le Cégep de Lévis-Lauzon

Fondé le 7 mai 1969, le Cégep de Lévis-Lauzon a diplômé près de 34 000 étudiants. Cette année, l’institution fête ses 50 ans et l’organisation souhaite inviter étudiants, membres du personnel, diplômés et citoyens à venir célébrer le passé, mais aussi l’avenir.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 26 décembre 2018

À quelques jours de la nouvelle année, je vous partage les souhaits que je tiens à adresser à différentes personnalités de la région.

Le savoir-faire étudiant au service des organismes

Des étudiants du Cégep de Lévis-Lauzon ont présenté à cinq organismes de la région les résultats d’un travail d’enquête statistique grandeur nature destiné à alimenter leurs stratégies de développement. Ce projet résulte d’une collaboration entre des enseignants, ces organisations et une entreprise spécialisée dans l’évaluation de projet.

Le zéro déchet gagne Lévis

Programme d’accompagnement mené par la ville, groupes Facebook, épicerie en vrac et commerçants qui proposent à leurs clients d’apporter leurs propres plats, les pratiques évoluent en même temps que la conscience environnementale se développe.

Deux bébés du 1er janvier à Lévis

Le premier bébé de l’année né à l’Hôtel-Dieu de Lévis est originaire de Saint-Apollinaire. Mélissa Rivard et Olivier Chouinard ont accueilli le petit Valentin, le 1er janvier à 3h53. Le même jour à 21h, un deuxième bébé a pointé le bout de son nez. Nathan (sur la photo) fait le bonheur de ses parents, Cindy Lévesque et Samuel Maltais, qui résident à Lévis.

Ouvert ou fermé pendant les Fêtes?

La période des Fêtes entraîne plusieurs modifications aux horaires des magasins ainsi que des services municipaux. Voici un petit résumé de ce que vous devez savoir à ce sujet.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 9 janvier 2019

En ce début de nouvelle année, je poursuis mes souhaits que je tiens à offrir à des personnalités de la région.

Une bière pour le temps des Fêtes

La coutume se veut de marier vins et mets lors du réveillon et du jour de l’An. Pourquoi ne pas faire différent cette année? Benoit-Olivier Brazeau, gérant de la succursale du Monde des bières de Lévis, a sélectionné cinq bières de microbrasserie québécoise à déguster pour l’occasion.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 19 décembre 2018

Quel trio de présidents d’honneur! Roland, Michel et Mathieu Bernier (1re photo) ont accepté la coprésidence d’honneur intergénérationnelle de la prochaine édition du Dîner des Francs Amis qui aura lieu le 24 janvier 2019, au Resto Pub Ryna. Tous les profits seront remis à l’Atelier occupationnel Rive-Sud (AORS).