Virginie Cimon-Morin et Jacinthe Tourigny participeront au Trophée roses des sables. CRÉDIT : FRÉDÉRIC LESSARD

Virginie Cimon-Morin et Jacinthe Tourigny ont décidé de se donner un grand défi d’équipe au début 2018 : participer au Trophée roses des sables. L’aventure se déroulera au mois d’octobre 2019, au Maroc. Les deux femmes de la région de Lévis sont présentement en campagne de financement, elles doivent amasser 24 000 $ d’ici un an pour participer à l’événement.

Jacinthe et Virginie sont toutes les deux mamans, respectivement de quatre et trois enfants. Elles se sont connues par l’entremise de ceux-ci. Virginie entretenait ce projet dans le fond de son esprit depuis longtemps.

«C’est un rêve que j’avais depuis dix ans, je savais qu’un jour, je le ferais», lance-t-elle en parlant du Trophée roses des sables.

Cette épreuve est réservée exclusivement aux femmes, elles devront parcourir le désert marocain à bord d’un quad, d’une moto ou d’un 4x4. Elles n’auront qu’une boussole et un livre de route pour retrouver leur chemin dans les dunes. L’événement soutient trois causes que les deux femmes ont à cœur : le Club des petits déjeuners, le cancer du sein et les Enfants du désert.

«Lorsque Virginie m’a dit qu’elle se cherchait une partenaire pour ce projet, je lui ai tout de suite dit d’arrêter de chercher», dit Jacinthe. C’est à partir de là que le rêve de Virginie a commencé à prendre forme. 

Campagnes de financement

Les deux femmes font des pieds et des mains depuis le début de l’année pour récolter de l’argent à gauche et à droite. Elles ont d’ailleurs amassé le tiers du montant nécessaire pour octobre 2019. Que ce soit par la vente de hot-dogs lors d’événements, la vente de pantoufles, de cônes de bonbons, de produits d’érable, de moitié-moitié, à la concoction d’un formulaire de demande de commandites en passant par le nettoyage d’un site de festival, tous les moyens sont bons pour récolter quelques dollars. 

«Je pense que si on doit se préparer mentalement pour le défi, passer au travers de toutes ces activités de financement pour récolter 24 000 $, ça te forge le mental», souligne Jacinthe. En effet, plusieurs défis attendent les aventurières au cours de ce rallye, mais les étapes pour s’y rendre sont une épreuve en soi. «Ça demande beaucoup de volonté. Avec la petite vie de famille, souvent on commence à travailler sur nos activités de financement tard le soir et on se couche aux petites heures du matin», explique Virginie. 

Si la vie familiale est un aspect important pour ces deux femmes, elles n’hésitent pas à impliquer leurs enfants dans leur démarche. «On tente de mettre nos enfants à contribution, de les faire participer à notre projet et ils aiment s’impliquer. Ils en parlent à tout le monde, ils ont l’air fiers de nous. C’est un peu notre façon de leur enseigner la persévérance», affirme Jacinthe.

Prévoir beaucoup d’émotions

Si les deux amies ont décidé de partir ensemble, c’est qu’elles croient qu’elles sont compatibles.

«On est deux personnes qui aiment rire et qui ne se choquent pas pour rien, je pense que ça devrait bien aller, on a déjà une bonne chimie d’équipe», exprime Virginie.

Elles se lancent dans une aventure où elles devront apprendre à réparer une voiture, manipuler des véhicules peu familiers et parcourir le désert, l’inconnu les attend. Elles auront quelques formations pour apprendre à conduire leur véhicule ainsi que réaliser les tâches mécaniques de base et elles seront formées pour s’orienter à l’aide d’une boussole.

Avec tout ça en tête, les coéquipières sont conscientes de ce qui les attend. «Le fait d’être 24 heures sur 24 en équipe est un défi en soi. On va apprendre à bien communiquer et dès qu’il y a un problème, on pourra se parler. Il va y avoir beaucoup d’émotions», affirme Virginie.

Pour la prochaine année, les courageuses continueront à s’impliquer dans les différents événements de la région pour amasser des dons afin de réaliser leur projet. 

Pour plus d’information ou leur offrir un don, vous pouvez consulter le www.gofundme.com/RocknRouledessables.

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.