CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Une cinquantaine d’étudiants du baccalauréat en travail social du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a manifesté, toute la journée du 21 novembre, afin de protester contre la non-rémunération des stages qu’ils doivent suivre pendant leur parcours universitaire.

«Nous embarquons dans le mouvement de revendication des étudiants. Les allocations de prêts et bourses sont insuffisantes pour pourvoir aux besoins des étudiants, quand ils ont y accès. En plus, on rajoute des stages non rémunérés qu’on doit, dans les faits, payer. Nous avons à débourser de l’argent pour les frais de scolarité, la vignette de stationnement, etc.», a d’emblée expliqué Samuel Doucet-Lagueux, un éducateur spécialisé qui étudie au baccalauréat en travail social, sur les raisons derrière l’action au campus de Lévis.

Rappelons que depuis le 19 novembre, près de 60 000 étudiants ont amorcé un mouvement de grève partout au Québec afin d’obtenir la rémunération de tous les stages en milieu de travail. Les protestataires estiment que ce volet des parcours pédagogiques devrait être rémunéré pour tous les programmes et pour tous les niveaux d’étude, soit les centres de formation professionnelle, les cégeps et les universités.

Le tout permettrait de faciliter la vie de plusieurs étudiants selon ces derniers. Plusieurs manifestants rencontrés par le Journal, lors de son passage au campus de Lévis le 21 novembre, ont critiqué que les stages non rémunérés nécessitent plusieurs sacrifices personnels.

«On doit se trouver des stratégies. De mon côté, je suis retourné vivre chez mes parents parce que c’était clair que je n’avais pas les moyens de me payer un logement pendant mon stage. Je suis passé de 15 heures de cours par semaine à 28 heures de stage par semaine. Grosso modo, il me reste donc deux journées pour travailler. Et si je travaille au salaire minimum, je vais me faire couper la moitié de mes prêts et bourses», a notamment partagé Olivier Bélanger-Nadeau, un étudiant qui effectue présentement un stage au CLSC de Montmagny.

Gratification

Plus particulièrement en ce qui a trait au travail social, la rémunération des stages permettrait également de reconnaître l’apport des étudiants au système de santé.

«Notre stage en travail social dure un an dans le même milieu. Après deux mois, tu as  une charge de travail assez lourde. Tu joues le rôle d’un intervenant, tu pallies le travail que les intervenants ne peuvent pas nécessairement faire dans le réseau parce qu’ils sont surchargés», a lancé Emmanuelle Bonneau-Lebleu, une étudiante en deuxième année au baccalauréat en travail social.

Notons finalement que les étudiants au baccalauréat en travail social entendent poursuivre leurs moyens de pression au cours des prochaines semaines. Il se pourrait que des étudiants d’autres programmes du campus de Lévis se joignent à eux.

Les plus lus

Une lettre inquiétante envoyée à la mosquée de Lévis

Selon le professeur en philosophie et blogueur montréalais Xavier Camus, la mosquée de Lévis a reçu un message troublant la semaine dernière.

Ouvert ou fermé à Pâques?

La Ville de Lévis a dévoilé, le 12 avril, l’horaire des services municipaux pendant le congé de Pâques, du vendredi 19 avril au lundi 22 avril.

Combattre le cancer pas à pas

Organisée par la Société canadienne du cancer, la 14e édition du Relais pour la vie de Lévis aura lieu au Stade Georges-Maranda, dans la nuit du 1er au 2 juin prochains. L’organisation souhaite attirer au moins 70 équipes à participer à l’événement et amasser 210 000 $ pour la recherche médicale entourant ce fléau.

L'échéance pour retirer les abris tempos à Lévis est prolongée

La Ville de Lévis a annoncé, le 17 avril, qu’en raison des conditions hivernales particulières des derniers mois, la date de retrait des abris d’hiver sera exceptionnellement repoussée jusqu'au 12 mai.

Bienville et Lauzon 100 % automatisés

À partir du 10 juin, les services au comptoir des centres de Bienville et Lauzon disparaitront pour être concentrés aux Galeries Chagnon. Entre le 7 mai et le 20 juin, l’ensemble des distributeurs automatiques seront modernisés.

La paramédecine communautaire : une alternative

Devant une Chambre de commerce de Lévis (CCL) bondée, Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom, a présenté la conférence Investir dans le réseau ambulancier au Québec, c’est payant, le 3 avril dernier. Celui-ci a mis en lumière la mission de Dessercom, l’histoire de la paramédecine au Québec et a soulevé certaines problématiques pour le futur du milieu.

Le Collège de Lévis fait une différence en Inde

Au cours des deux dernières années, une douzaine d’élèves du Collège de Lévis ont mis la main à la pâte afin de récolter des sous pour permettre la construction de puits en Inde. Ce projet d’éducation à la solidarité internationale a culminé en janvier dernier avec un voyage de 12 jours du groupe dans le sud de ce pays d’Asie.

Bourses à 65 leaders inspirants de l’Université Laval

Trois étudiants de la région font partie des 65 lauréates et lauréats de la 9e cérémonie du Programme de bourses de leadership et développement durable tenue récemment à l’Université Laval.

Un mouvement citoyen créé à Saint-Michel

À la suite de la séance du conseil municipal du 11 mars où des citoyens de Saint-Michel-de-Bellechasse ont contesté l’augmentation des salaires et des allocations de dépenses des élus municipaux, un regroupement de citoyens a été créé le 18 mars. Ce mouvement en a fait l’annonce via un communiqué de presse le 26 mars.

Berthold Marquis veut un Vieux-Lévis plus attractif

«Il faut donner de l’amour au Vieux-Lévis et le rajeunir.» Berthold Marquis, le propriétaire de Marquis Brocanteur, une boutique située sur la côte du Passage, veut lancer un mouvement pour dynamiser le quartier et attirer plus de touristes.