CRÉDIT : MYRIAM TREMBLAY-BERNIER

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Rappelons d’emblée qu’existant depuis 1946, le programme de bourses Fulbright, parrainé par le gouvernement américain, a pour objectif de développer des collaborations internationales entre tous les milieux universitaires, allant du génie mécanique aux sciences humaines. Programme frappé du sceau de l’excellence, les boursiers Fulbright, au nombre de 360 000 depuis 1946, sont très renommés. Pas moins de 53 d’entre eux ont reçu un prix Nobel.

D’ailleurs, dans l’histoire récente du programme, environ 10 % des candidats reçoivent des bourses. Ainsi, lorsque Marc-André Bégin a su en avril dernier qu’il était l’un des boursiers Fulbright, l’étudiant originaire de Lévis ne pouvait cacher sa joie.

«J’étais très fier. J’étais content de cette reconnaissance. Je suis content de pouvoir apporter mes apprentissages aux États-Unis comme c’est l’objectif de la bourse Fulbright», a-t-il partagé.

Améliorer la fluidité des mouvements avec les exosquelettes

Concrètement, la reconnaissance permet au diplômé de l’Université de Sherbrooke de pouvoir compter sur une aide financière de 15 000 $ pour les 9 premiers mois de son doctorat d’une durée d’environ 3 ans au MIT. Et jusqu’à maintenant, l’étudiant ne regrette aucunement d’avoir saisi cette opportunité.

«Recevoir cette chance m’ouvrira des portes, j’en suis certain. C’est une expérience hors du commun. Je suis entouré de gens avec des curriculum vitae vraiment impressionnants. Dava Newman, une ancienne administratrice de la NASA, fait partie de l’équipe du labo, et Jeffrey Hoffman, un des professeurs que je côtoie, est un ex-astronaute. Ce sont des leaders et des exemples à suivre. La communauté étudiante est aussi très active. C’est passionnant d’étudier avec des gens autant passionnés dans ton domaine», a résumé le jeune homme de 25 ans.

Grâce à ces ressources, l’étudiant originaire de Lévis peut se consacrer à son projet de doctorat : définir et améliorer les interactions entre les humains et les exosquelettes (appareil motorisé visant à redonner de la mobilité à un humain ou augmenter ses capacités).

«La plupart des exosquelettes existants utilisent un algorithme de contrôle spécialisé pour réaliser des activités précises comme marcher. Les chercheurs comprennent encore mal comment on peut créer la chimie nécessaire entre un exosquelette et un humain pour alterner entre plusieurs activités comme marcher, courir, s’arrêter puis sauter, par exemple. Pourtant, c’est justement ce que l’utilisateur quotidien d’un exosquelette chercherait à faire. Le Saint Graal pour moi serait de réussir à incorporer une mesure chiffrée de fluidité dans un contrôleur qui s’adapterait à l’humain pour rendre le mouvement plus fluide, plus naturel», a expliqué celui qui désire évoluer dans le domaine universitaire à la fin de son doctorat.

Toujours une pensée pour Lévis

Malgré qu’il étudie désormais à Boston, Marc-André Bégin revient sur une base régulière dans la région afin de voir ses proches, dont sa conjointe. Des retours qui lui permettent aussi de constater l’impact positif qu’ont eu plusieurs membres de la communauté lévisienne sur son parcours.

«Ça peut peut-être paraître quétaine, mais mes parents m’ont toujours soutenu lors de mes études et ils ont beaucoup influencé mon parcours. J’ai également fait mes études secondaires au Juvénat Notre-Dame et l’un de mes professeurs à cette école, Daniel Breton, a eu un grand impact sur mon choix de carrière en science et en génie», a conclu le boursier Fulbright.

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.