Le GRISa proposé à la vingtaine de jeunes présente pour la deuxième rencontre de l’INTERmédiaire un atelier sur l’expression du genre. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Coordonnatrice aux Maisons des jeunes de Charny et Saint-Jean-Chrysostome depuis novembre 2017, Dominique Riel-Roberge a constaté que les questions d’identité de genre sont récurrentes chez les jeunes de la région. Avec l’aide de Marie-Pier Petit, étudiante à la maîtrise en service social à l’Université Laval, elles ont mis sur pied le projet l’INTERmédiaire.

À lire : Des jeunes qui en ont beaucoup à dire

Devant une vingtaine de jeunes ouverts aux échanges à propos de la communauté LGBTQ+, le projet l’INTERmédiaire a tenu sa deuxième rencontre afin de discuter de l’expression du genre, le 12 février à l’Espace Espéranto.

Mme Riel-Roberge et celle qui porte maintenant le projet sur ses épaules, Marie-Pier Petit, ont proposé des activités afin de susciter la discussion auprès des adolescents de 14 à 18 ans qui étaient présents. De plus, l’équipe du Groupe régional d’intervention sociale (GRIS) est venue proposer un atelier entourant la diversité des individus en abordant la question de l’identité de genre et l’expression du genre.

Au cours de cette rencontre, on a pu entendre une tonne de témoignages provenant de la vingtaine de jeunes présents. Des expériences passées, des impressions et des opinions sur la société d’aujourd’hui par rapport à l’expression du genre. Pour finalement entendre la coordonnatrice des Maisons des jeunes de Charny et Saint-Jean-Chrysostome affirmer qu’«on a le droit d’être qui on veut».

Tâter le terrain pour mettre en branle un projet

Ce genre de rencontres a été pensé par Marie-Pier Petit, assistée de Dominique Riel-Roberge, puisqu’au bout du compte, elles souhaitent aller jusqu’à créer une maison des jeunes spécialisée pour la communauté LGBTQ+ de la Rive-Sud.

«À cause des questions de jeunes qu’on avait, on a commencé à essayer de trouver des façons de les informer sur l’expression de genre et l’identité de genre. On a constaté que les jeunes n’avaient pas vraiment de ressources dans ce secteur, ici, à Lévis», explique Mme Riel-Roberge.

Les intervenantes ont conclu qu’une ressource comme le milieu jeunesse l’Accès, une maison des jeunes pour les jeunes LGBTQ+ et leurs amis mise sur pied par le GRIS de Québec, était le projet qu’il leur fallait. Marie-Pier Petit souligne même que près de 50 % des jeunes qui fréquentent l’Accès viennent de la Rive-Sud.

Embryonnaires comme projet, les rencontres de l’INTERmédiaire permettent aux animatrices de tâter le pouls des jeunes à propos de ce besoin. 

Déjà, la première rencontre qui s’est déroulée le 11 décembre dernier avait été un succès alors qu’un peu plus d’une quinzaine de jeunes s’était présentée. «La plupart des jeunes qui étaient présents la première fois ont tout de suite manifesté leur envie de revenir. On a rapidement vu que la demande était là», ajoute l’étudiante en service social.

Un plan de plus en plus concret

«Dès l’an prochain, le but serait de mettre sur pied un projet pilote et de trouver du financement pour offrir du contenu pour les jeunes», exprime Dominique Riel-Roberge. Puisque la demande est présente, on peut croire que le projet prendra rapidement de l’ampleur. Les intervenantes souhaitent avoir une maison des jeunes d’ici 2024 au maximum.

Le but de cet endroit est déjà très clair pour Mme Petit. «On voudrait y offrir des ateliers d’information, mais surtout offrir une place pour la discussion entre les jeunes qui vivent avec cette réalité-là et qu’ils puissent créer un réseau», dénote l’étudiante.

En s’entourant d’atouts comme les équipes de L’ADOberge Chaudière-Appalaches, le Centre d’aide et prévention jeunesse de Lévis et le GRIS, la coordonnatrice et l’étudiante seront en mesure d’offrir une troisième rencontre dans le cadre de leur projet. Celle-ci portera sur la question de l’identité de genre, et aura lieu dans les prochains mois.

Les plus lus

Un voisin qui dérange à Pintendre

Havre de paix dans le quartier Pintendre, la rue Marie-Antoinette est pour certains de ses résidents un cauchemar éveillé depuis quelques années. En effet, un habitant de cette rue n’entretient pas sa propriété, provoquant plusieurs désagréments chez ses voisins.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

La clé sous la porte pour L’Appart

Le centre de thérapie et de réinsertion sociale L’Appart, situé à Saint-Romuald, s’est retrouvé dans l’obligation de fermer ses portes de façon impromptue en raison de problèmes financiers, le 10 juillet dernier. Les résidents, employés et gestionnaires de l’entreprise l’ont appris seulement cinq jours avant leur départ.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

Un manque de logements abordables à Lévis

Malgré un taux d’inoccupation général frôlant le taux d’équilibre avec 3,4 %, certains secteurs de Lévis ne peuvent pas offrir de logements abordables pour de grandes familles ou pour les individus vivants seuls. La famille recomposée de cinq enfants de Mariane Fradet et Patrice Lévesque a eu tout un casse-tête à résoudre afin de trouver un logis pour leur grande famille.

Une fête pour inaugurer l'avenue Bégin revampée

Afin de célébrer les nouveaux aménagements de l’avenue Bégin, la Ville de Lévis invite les Lévisiens à l’inauguration officielle de cette artère du Vieux-Lévis le samedi 6 juillet prochain.

Chaleur : le ministère de la Santé appelle à la vigilance et à la solidarité

Alors qu'un premier épisode de chaleur est annoncé dans plusieurs régions du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a rappelé l'importance de prendre certaines précautions pour améliorer le confort et diminuer les risques pour la santé.

Un Bellechassois à L'amour est dans le pré?

L’amour est dans le pré, V et Attraction Images ont dévoilé l’identité des huit agriculteur(rice)s en lice pour la 8e saison de la populaire téléréalité. Un des agriculteurs retenus pour cette première étape provient de Saint-Anselme.

Changements climatiques : quels impacts sur la santé mentale?

En partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ainsi que le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches, le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada afin de réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et l...