Le Relais pour la vie de Lévis se tiendra le 1er juin. L’objectif de l’organisation est de récolter 210 000 $ d’ici là.

Organisée par la Société canadienne du cancer, la 14e édition du Relais pour la vie de Lévis aura lieu au Stade Georges-Maranda, dans la nuit du 1er au 2 juin prochains. L’organisation souhaite attirer au moins 70 équipes à participer à l’événement et amasser 210 000 $ pour la recherche médicale entourant ce fléau.

Cet événement est devenu une tradition pour des participantes comme celles qui ont le titre de porteuses d’espoir, dont Kathy Côté, Lise Tremblay et Josée Paradis. Ces trois femmes combattent ou ont combattu le cancer à un moment dans leur vie. Au cours des prochains mois, elles innoveront pour amasser des dons pour leur équipe respective et elles sont confiantes qu’elles pourront compter sur le support de leurs proches.

«Les gens embarquent parce que ça touche tout le monde. Je ne connais presque personne qui n’a jamais été touché par cette maladie», explique Mme Paradis. «Chaque année, on dépasse notre objectif. On fait beaucoup d’activités en famille», ajoute Lise Tremblay. Qu’elles passent par des encans silencieux, des dîners hot-dog, de la vente de produits artisanaux ou de la sollicitation pour des dons en ligne, tous les moyens sont bons pour une cause aussi importante à leurs yeux.

Ces femmes ont marché, marchent et marcheront pour ceux qui ont souffert, souffrent ou souffriront de la maladie. «C’est rassembleur de marcher. On se rend compte qu’on n’est pas tout seul dans la maladie, on le sait toujours qu’il y en a d’autres, mais là c’est concret. C’est très positif comme moment», exprime Mme Côté.

Un impact marqué

Cet événement brise l’isolement, permet des avancés en ce qui concerne la recherche médicale afin de vaincre la maladie et rapproche les participants. «Je dis toujours que c’est grâce à la recherche que je suis en vie. Quand je suis arrivée à l’hôpital avec la maladie, le médecin m’a dit que si j’étais arrivée il y a 10 ans, j’aurais eu 50 % de chances de m’en sortir, mais grâce à la recherche, j’avais 99 % de chances de sur- vivre», souligne Josée Paradis qui participe depuis plusieurs années au Relais pour la vie.

Selon les porteuses d’espoir du Relais, avoir le cancer ou connaître un proche qui souffre du cancer est le défi d’une vie. «C’est une maladie qu’on ne peut pas accepter, mais on apprend à vivre avec. On ne peut pas accepter de voir quelqu’un qu’on aime souffrir de la maladie», affirme Mme Tremblay. Par contre, elles ajoutent que de belles choses peuvent en sortir au bout du compte. «Ça solidifie des amitiés, ça tisse beaucoup de liens. La maladie ça rapproche», soutient Kathy Côté.

Cette marche démontre qu’elles sont prêtes à avancer et qu’elles ne permettront jamais à la maladie de prendre le dessus. «Quand tu as le diagnostic, tu as deux choix : baisser les bras ou mettre tes gants de boxe et te battre!», lance Mme Côté.

Lorsqu’on leur demande de choisir la meilleure réponse à répondre aux gens qui hésitent à donner, elles s’entendent sur la même. «Et si c’était toi? La vie mérite d’être vécue pleinement!»

Pour plus d’information, inscrire une équipe au Relais pour la vie ou faire un don en ligne, vous pouvez consulter le www.relaispourlavie.ca.

Les plus lus

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Week-end festif à Lévis

En plus de pouvoir profiter d’une belle fin de semaine côté température grâce à la bonté de Dame nature, les Lévisiens ont pu célébrer l’arrivée prochaine de l’été lors de nombreuses activités, le week-end dernier.

Ouverture ce week-end de la Grande plée Bleue

La Ville de Lévis a annoncé, le 4 juin, que la Grande plée Bleue ouvrira ses portes dès ce samedi.

Des patients hébergés à proximité de l’Hôtel-Dieu dès 2020

La construction d’une hôtellerie hospitalière sur la rue Wolfe à Lévis a commencé début juin. Les trente chambres devraient accueillir leurs premiers locataires, des patients suivis en radiothérapie ou d’autres traitements répétés qui impliquent des déplacements fréquents, en février ou mars prochain.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.