La paramédicine serait une alternative pour désengorger le système de santé québécois, selon Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom.

Devant une Chambre de commerce de Lévis (CCL) bondée, Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom, a présenté la conférence Investir dans le réseau ambulancier au Québec, c’est payant, le 3 avril dernier. Celui-ci a mis en lumière la mission de Dessercom, l’histoire de la paramédecine au Québec et a soulevé certaines problématiques pour le futur du milieu.

Le directeur général de Dessercom a souligné les progrès du milieu paramédical au Québec grâce, notamment, à la formation maintenant obligatoire et la mise sur pied d’un registre national des paramédics au Québec.
Il a ensuite pointé plusieurs faits éloquents sur les activités de Dessercom. «On couvre 15 régions administratives au Québec. Dans une année, avec les transports ambulanciers et médicaux, on parcourt 10 059 037 km, l’équivalent de 251 tours de la Terre», a fait valoir Maxime Laviolette. 

Une préoccupation suivied’une solution

L’organisme à but non lucratif qu’est Dessercom a pour mission d’améliorer les soins de santé et le bien-être de la population. C’est pourquoi M. Laviolette a soulevé quelques inquiétudes pour l’avenir des services de la santé au Québec.

Le Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada et l’Institut de la statistique du Québec font le constat que d’ici 15 ans, 1 Canadien sur 4 sera âgé de plus de 65 ans. Combiné à cette statistique, le directeur général de Dessercom se penche sur les grands investissements dans le réseau de la santé et des services sociaux qui s’élèvent à 37,8% du budget provincial 2018-2019. 

«Les dépenses ne font qu’augmenter et nous allons finir par frapper un mur si ne nous trouvons pas une alternative», s’est-il inquiété.

Selon l’homme d’affaires, il existe une solution : la paramédicine communautaire. Cette pratique se base sur un apport plus grand des paramédics et des services préhospitaliers d’urgence. C’est un modèle de soins collaboratif conçu pour répondre aux besoins locaux des différentes communautés du Québec. À ses yeux, les paramédics ne sont pas utilisés à leur plein potentiel. La paramédicine communautaire désengorgerait le système de santé et améliorerait la qualité de vie des patients, notamment des aînés. 

M. Laviolette a appuyé ses dires à l’aide de modèles d’autres provinces qui pratiquent déjà la paramédicine comme dans le comté de Renfrew, en Ontario. Avec l’implantation des paramédics communautaires, le comté a vu les appels au 911 réduire de 24%, les visites répétées à l’urgence de 20% et le nombre de patients admis à l’hôpital de 55%. 

Pour le directeur général, les paramédics communautaires pourraient, par exemple, intervenir dans les suivis auprès des patients, offrir des cliniques du mieux-être, faire la vaccination ou les prises de sang. Ainsi, les répercussions se feraient sentir auprès des infirmières qui doivent souvent faire des heures supplémentaires, a prédit Maxime Laviolette. 

Les plus lus

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Week-end festif à Lévis

En plus de pouvoir profiter d’une belle fin de semaine côté température grâce à la bonté de Dame nature, les Lévisiens ont pu célébrer l’arrivée prochaine de l’été lors de nombreuses activités, le week-end dernier.

Ouverture ce week-end de la Grande plée Bleue

La Ville de Lévis a annoncé, le 4 juin, que la Grande plée Bleue ouvrira ses portes dès ce samedi.

Des patients hébergés à proximité de l’Hôtel-Dieu dès 2020

La construction d’une hôtellerie hospitalière sur la rue Wolfe à Lévis a commencé début juin. Les trente chambres devraient accueillir leurs premiers locataires, des patients suivis en radiothérapie ou d’autres traitements répétés qui impliquent des déplacements fréquents, en février ou mars prochain.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.