550 élèves du Québec, de la Belgique et de la France se sont réunis à l’ESLE pour participer à la 6e édition du Colloque philo pour ados. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

La 6e édition du Colloque philo pour ados s’est déroulé à l’École secondaire Les Etchemins (ESLE), les 17 et 18 avril derniers. Sous le thème Diversité à travers diverses cités, l’activité rassemblait 550 jeunes de 13 à 17 ans provenant de différentes régions du Québec, de la Belgique et de la France.

Au cours de ce colloque organisé par des élèves de secondaire 5 du programme Citoyen du monde offert à l’École secondaire de l’Aubier et l’ESLE, les jeunes ont été invités à échanger, explorer des réflexions, partager à propos de leur différente culture, assister à des conférences et prendre part à divers ateliers.

Florence Vachon, Anne-Catherine Tessier, Damien Langlais et Marianne Vézina, qui font tous partie du comité organisateur du Colloque, avaient l’objectif de rendre accessible cette activité à tous les participants.

«On veut rejoindre le plus de personnes possible. C’est pourquoi on touche autant à la culture, qu’à l’art et à la sexualité parce qu’on croit que ce sont tous des thèmes auxquels chacun peut se rattacher», a expliqué Marianne Vézina.

Pour le comité organisateur, le choix de la thématique était une évidence. «C’est d’actualité et dernièrement, plusieurs conflits sont reliés à la diversité. Autant dans les écoles, on tente de l’intégrer, mais est-ce que ça fonctionne vraiment? Est-ce que c’est la bonne chose à faire? C’est une bonne période pour en discuter et se poser des questions», a ajouté Florence Vachon.

Une édition record

 Le Colloque philo pour ados croît d’année en année depuis sa création. Cette 6e édition a été plus grande que nature puisque ce sont 550 élèves qui y ont participé. «On a dû s’adapter, il a fallu improviser. Mais ce qu’on veut, c’est d’avoir le plus de participants possible», a mentionné Damien Langlais.

Tous ces élèves d’ailleurs étaient logés chez les élèves de la région. Damien accueillait quatre participants du colloque et pour lui, c’est une occasion pour échanger davantage. «On tisse des liens avec eux, je suis même allé les voir l’été dernier, on développe une complicité et une amitié», a-t-il souligné.

Monk.E, un conférencier inspirant

 Pour la conférence d’ouverture du colloque, les jeunes ont fait confiance au voyageur, artiste visuel et musicien, Monk.E. Celui qui venait tout juste d’atterrir du Cambodge a participé à toutes les éditions du colloque, mais c’était la première fois qu’il avait la chance de lancer l’événement.

Le conférencier partage la même vision que les organisateurs. Pour lui, cet événement est important, c’est pourquoi il décide d’y revenir chaque année. «C’est pour l’amour du dialogue, l’ouverture vers l’autre, l’amour de l’autre, aller vers l’autre et connaître l’autre. Je veux inspirer et donner vie à ce dialogue-là en tant qu’être humain», a-t-il partagé.

Pour les organisateurs, le colloque n’est qu’un «prétexte pour ouvrir la discussion». Il permet d’élargir ses horizons sur le monde et amener de nouvelles réflexions qui permettent aux participants de se questionner davantage sur les différents sujets qu’ils ont abordés.

Selon le comité organisateur, il y a plusieurs façons d’ouvrir son esprit et partager avec l’autre, c’est pourquoi des ateliers ont été mis sur pied pour offrir plus que des discussions. Des ateliers de musique, de danse, d’improvisation et de peinture viennent compléter les échanges entre les participants. 

Ces 48 heures de réflexion et de partage sèment des graines dans l’esprit de ces élèves et les amènent à pousser leurs questionnements plus loin. «On ne veut pas que ce soit une activité qui se termine, on veut que ça continue dans la tête des participants et que ça fasse son chemin dans nos réflexions», a conclu Anne-Catherine Tessier.

Les plus lus

Un voisin qui dérange à Pintendre

Havre de paix dans le quartier Pintendre, la rue Marie-Antoinette est pour certains de ses résidents un cauchemar éveillé depuis quelques années. En effet, un habitant de cette rue n’entretient pas sa propriété, provoquant plusieurs désagréments chez ses voisins.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

La clé sous la porte pour L’Appart

Le centre de thérapie et de réinsertion sociale L’Appart, situé à Saint-Romuald, s’est retrouvé dans l’obligation de fermer ses portes de façon impromptue en raison de problèmes financiers, le 10 juillet dernier. Les résidents, employés et gestionnaires de l’entreprise l’ont appris seulement cinq jours avant leur départ.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

Un manque de logements abordables à Lévis

Malgré un taux d’inoccupation général frôlant le taux d’équilibre avec 3,4 %, certains secteurs de Lévis ne peuvent pas offrir de logements abordables pour de grandes familles ou pour les individus vivants seuls. La famille recomposée de cinq enfants de Mariane Fradet et Patrice Lévesque a eu tout un casse-tête à résoudre afin de trouver un logis pour leur grande famille.

Une fête pour inaugurer l'avenue Bégin revampée

Afin de célébrer les nouveaux aménagements de l’avenue Bégin, la Ville de Lévis invite les Lévisiens à l’inauguration officielle de cette artère du Vieux-Lévis le samedi 6 juillet prochain.

Chaleur : le ministère de la Santé appelle à la vigilance et à la solidarité

Alors qu'un premier épisode de chaleur est annoncé dans plusieurs régions du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a rappelé l'importance de prendre certaines précautions pour améliorer le confort et diminuer les risques pour la santé.

La tête de l’unité

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous poursuivons cette semaine notre exercice avec un portrait de la commandante de l’unité, Chantal Bérubé.

Un Bellechassois à L'amour est dans le pré?

L’amour est dans le pré, V et Attraction Images ont dévoilé l’identité des huit agriculteur(rice)s en lice pour la 8e saison de la populaire téléréalité. Un des agriculteurs retenus pour cette première étape provient de Saint-Anselme.