CRÉDIT : ARCHIVES 6e RAC - Canon de 12 livres à tir rapide mis en fonction au Fort de la Martinière à l’est de Lévis lors de la Première Guerre mondiale.

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Tout comme une autre unité de la réserve des Forces armées canadiennes basée à Lévis, le Régiment de la Chaudière, le 6e RAC fait honneur à la ville. Pour découvrir ou redécouvrir cette unité, le Journal vous propose une série d’articles sur elle. Pour amorcer la série, nous vous proposons cette semaine un résumé de la glorieuse histoire du 6e RAC.

C’est le 1er août 1899 que le régiment qui allait devenir le 6e RAC, le 6th Quebec and Levis Regiment Canadian Garrison Artillery, est fondé à la suite de la réorganisation des batteries indépendantes d’artillerie de garnison de Québec et de Lévis. Cette unité de réserve allait poursuivre une tradition déjà bien implantée dans la grande région de Québec.

«L’artillerie a marqué l’histoire lévisienne. En 1759, lorsque Wolfe (James, général anglais) a assiégé Québec, c’est à Lévis qu’il a installé ses batteries de canons. Par la suite, Lévis a été construite pour défendre Québec et des compagnies de milice de la ville étaient des compagnies d’artillerie», explique d’emblée Richard Garon, commandant du 35e Groupe-brigade du Canada, spécialiste de l’histoire militaire canadienne et coauteur de l’ouvrage Les rendre…jamais!, sur l’histoire du 6e RAC.

En 1911, le régiment d’artillerie de garnison est converti en unité de défense côtière. Un changement qui permettra au 6e RAC de participer aux conflits mondiaux qui ont secoué le 20e siècle et d’apposer sa griffe à l’histoire.

Défendre Québec

En effet, un mois seulement après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le 6th Coast Regiment Canadian Artilley est mis en service actif, en septembre 1914, pour défendre l’accès à Québec. L’unité se déploie au Fort de la Martinière, où deux batteries de défense côtière ont été aménagées avant le conflit, ainsi que sur l’île d’Orléans, où un poste d’observation est installé. Certains artilleurs lévisiens se rendront pendant cette guerre sur l’île de Sainte-Lucie, dans les Caraïbes, afin de défendre Port Castries.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le 6e RAC est mobilisé en sous-unités. Certaines d’entre elles prendront part aux combats en Europe, la 57e batterie étant déployée en Angleterre à titre d’unité de défense antiaérienne, alors que la 58e batterie prendra part à la libération de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Les autres sous-unités seront déployées au Canada, afin de défendre le complexe industriel et énergétique d’Arvida et, encore une fois, Québec.

«Pendant les deux conflits mondiaux, les ports de Québec et d’Halifax étaient primordiaux dans l’effort de guerre, d’armes, de munitions et de denrées en Europe. La protection des accès à ces ports était donc vitale», rappelle M. Garon.

Assurer la paix

Depuis ces deux conflits mondiaux, le 6e RAC permet au Canada de respecter ses obligations auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi que d’aider les Canadiens lors de désastres naturels.

En plus d’avoir été mobilisée pendant la guerre de Corée, l’unité de réservistes a déployé, durant les dernières années, plus de 100 soldats et officiers lors d’opérations, telles que Danaca (Israël), Récupération (crise du Verglas), Alliance (ex-Yougoslavie), Stable (Haïti) et Palladium (ex-Yougoslavie). En 2007 et 2009, le régiment qui a des bases à Lévis, Montmagny et Val-Bélair a fourni plus de 20 membres de tous grades pour servir en Afghanistan pour une période variant de 6 à 10 mois.

«Le 6e RAC continue aujourd’hui de servir. Par exemple, il y a présentement un membre de l’unité qui est en Égypte et qui œuvre au sein de la Force multinationale et observateurs au Sinaï, un groupe militaire international qui s’assure du maintien de la paix entre l’Égypte et Israël», conclut Richard Garon.

Les plus lus

Un voisin qui dérange à Pintendre

Havre de paix dans le quartier Pintendre, la rue Marie-Antoinette est pour certains de ses résidents un cauchemar éveillé depuis quelques années. En effet, un habitant de cette rue n’entretient pas sa propriété, provoquant plusieurs désagréments chez ses voisins.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

La clé sous la porte pour L’Appart

Le centre de thérapie et de réinsertion sociale L’Appart, situé à Saint-Romuald, s’est retrouvé dans l’obligation de fermer ses portes de façon impromptue en raison de problèmes financiers, le 10 juillet dernier. Les résidents, employés et gestionnaires de l’entreprise l’ont appris seulement cinq jours avant leur départ.

Un manque de logements abordables à Lévis

Malgré un taux d’inoccupation général frôlant le taux d’équilibre avec 3,4 %, certains secteurs de Lévis ne peuvent pas offrir de logements abordables pour de grandes familles ou pour les individus vivants seuls. La famille recomposée de cinq enfants de Mariane Fradet et Patrice Lévesque a eu tout un casse-tête à résoudre afin de trouver un logis pour leur grande famille.

Une fête pour inaugurer l'avenue Bégin revampée

Afin de célébrer les nouveaux aménagements de l’avenue Bégin, la Ville de Lévis invite les Lévisiens à l’inauguration officielle de cette artère du Vieux-Lévis le samedi 6 juillet prochain.

Chaleur : le ministère de la Santé appelle à la vigilance et à la solidarité

Alors qu'un premier épisode de chaleur est annoncé dans plusieurs régions du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a rappelé l'importance de prendre certaines précautions pour améliorer le confort et diminuer les risques pour la santé.

Un Bellechassois à L'amour est dans le pré?

L’amour est dans le pré, V et Attraction Images ont dévoilé l’identité des huit agriculteur(rice)s en lice pour la 8e saison de la populaire téléréalité. Un des agriculteurs retenus pour cette première étape provient de Saint-Anselme.

Changements climatiques : quels impacts sur la santé mentale?

En partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ainsi que le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches, le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada afin de réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et l...