Les 14 élèves ont choisi eux-mêmes le projet d’entreprenariat social qu’ils voulaient réaliser.

Des piles de vêtements s’amoncellent sur les tables installées dans le gymnase à l’occasion de la friperie un pour un. L’événement organisé par le comité Jeunes entrepreneurs de l’École La Rose-des-Vents, à Saint-Jean-Chrystome, est l’aboutissement d’un projet entrepreneurial monté par 14 élèves très motivés.

Avec beaucoup de professionnalisme pour leur jeune âge et un plaisir non-dissimulé, les élèves accueillent les visiteurs dans le gymnase de l’école, transformé en boutique géante pour l’occasion.

Mais ici, pas d’argent! On échange. Grâce à des coupons remis contre un don de vêtements devenus trop petits ou inutiles, chacun peut repartir avec un nouveau morceau. C’est le principe du un pour un : un article donné, un coupon et la possibilité de choisir un autre article.

Du haut de ses 10 ans, Laurence partage avec sagesse sa réflexion sur cette expérience qui lui a appris qu’«on n’est pas obligé d’acheter quelque chose qu’on peut donner et que ça va rendre les personnes très heureuses».

La jeune fille, qui a assuré le rôle de présidente du comité Jeunes entrepreneurs, était en charge, lors de chaque réunion de comité, de lire l’ordre du jour, d’ouvrir et de conduire la séance.

Des heures de travail

À chacune des sections, fille, garçon, par âge, de 0 à 5 ans, de 5 à 10 et de 10 à 16, ainsi que des rayons, chaussures et manteaux, les participants aident et conseillent les acheteurs afin qu’ils trouvent la bonne taille et le vêtement qui comblera leurs attentes.

L’équipe ne compte plus les heures passées à préparer l’événement. D’abord la collecte, puis le tri, sans oublier la réalisation de chacune des pancartes, et l’installation pour finir.

Mis en place sur une base volontaire, ce projet d’entreprenariat social réunit 14 élèves de 4e et 5e année, qui fréquentent le service de garde, accompagnés de Marie-Claude Guay-Bernard, responsable du service de garde et des deux éducatrices, Line Morin et Johanne Boucher.

Proposée aux jeunes sur une base volontaire, l’activité vise à leur donner une expérience de type professionnel, tout en découvrant que l’entreprenariat n’implique pas nécessairement un échange d’argent.

Ce sont les élèves eux-mêmes qui ont choisi ce qu’ils voulaient faire.

Un second événement est prévu le 30 novembre, Tout doit sortir. Lors de cette soirée, aucun coupon ne sera requis et les parents d’élèves de l’école ainsi que les jeunes pourront venir chercher des vêtements qui leur conviennent et ce, sans limite de quantité. Le lendemain, tous les morceaux qui n’auront pas trouvé preneur seront remis au Service d’entraide de Saint-Jean Chrysostome.

Les plus lus

Gala Jeunes Entrepreneurs: Alexandre Paré s’empare du prix Coup de cœur

Ils étaient plus de 40 candidats, 5 ont été sélectionnés puis 2 récompensés. Alexandre Paré, de Revtech Systèmes Inc. à Saint-Joseph-de-Beauce, a reçu le prix Coup de cœur du jury du tout premier Gala Jeunes Entrepreneurs Banque Nationale, présenté le 23 novembre à la chapelle du Patro de Lévis. De son côté, Jean-François Pichette, de la Clinique de réadaptation Hippo-Action de Lévis, a été le lau...

Odyssée linguistique dans une école ontarienne pour une Lévisienne

Passionnée par les langues et leur univers culturel, une jeune Lévisienne, Justine Tremblay, officie comme monitrice de langue dans une école de l'Ontario, dans le cadre du programme Odyssée. Elle raconte au Journal son aventure.

Pas de deuxième navire ravitailleur pour la Davie?

Selon ce que rapportent plusieurs médias de Québec, le gouvernement fédéral ne commandera pas de deuxième navire ravitailleur temporaire au Chantier Davie.

Des sifflets encore dérangeants

Quatre ans après avoir demandé au conseil municipal de Lévis de s'attaquer à cette problématique, certains citoyens de Charny sont déçus que l'administration Lehouillier n'ait toujours pas trouvé de solutions aux désagréments provoqués par les nombreux sifflets de train pouvant être entendus dans ce quartier.

Front commun pour la Davie

Lors d’une conférence de presse le 27 novembre, Dominique Vien, députée de Bellechasse et ministre provinciale responsable de la région, Alex Vicefield, propriétaire du Chantier Davie, Stéphane Thériault, vice-président exécutif de la Chambre de commerce de Lévis, et Gilles Lehouillier, maire de Lévis, ont demandé que le gouvernement fédéral corrige «l’injustice commise en 2011» en incluant immédi...

Prix Nobilis: Roger Parent récipiendaire du prix Hommage

Le 31e gala des Prix Nobilis a rendu hommage aux professionnels de la construction et de l’habitation, le 1er décembre. Une soirée qui avait une couleur lévisienne, alors que deux entreprises du territoire ont été lauréates, mais surtout parce qu’elle a souligné la carrière de Roger Parent, fondateur de Logisco.

Davie : LeBel demande l’intervention de Couillard

Face à la possibilité que Chantier Davie mette à pied 800 travailleurs en raison de la livraison prochaine de l’Asterix, Harold LeBel, député de Rimouki et porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de stratégie maritime et pour la région de Chaudière-Appalaches, a demandé, le 23 novembre à la sui...

Une maison détruite par le feu à Lévis

Les pompiers de Lévis ont combattu, ce 9 décembre, un incendie qui s'est déclaré dans une maison mobile du secteur de Pintendre. L'occupant des lieux a pu sortir par lui-même. Il aurait subi des brûlures, mais sa vie ne serait pas en danger. Une enquête est en cours.

Vien défend la mise à jour économique

Exercice décrié par les partis d’opposition sur la colline Parlementaire à Québec, la mise à jour économique du gouvernement libéral n’est porteuse que de bonnes nouvelles pour les Québécois foi de Dominique Vien, la députée libérale de Bellechasse ainsi que ministre responsable du Travail et de la Chau...

Aide médicale à mourir : «Mon épouse a quitté la vie dans la sérénité»

Aline Carrier a cessé de vivre le 1er novembre à l’Hôtel-Dieu de Lévis, auprès de ceux qu’elle a aimés et qui l’ont aimée tout au long de sa vie. À 61 ans, après avoir combattu la maladie, celle qui n’a jamais baissé les bras, a choisi de partir dans la dignité. André Plourde, son époux qui l’a accompagnée tout au long du processus, a décidé de raconter ce qu’est l’aide médicale à mourir.