Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, a rencontré les travailleurs du chantier Davie et pris un égoportrait avec eux.

Le député de Québec Solidaire de Mercier, Amir Khadir, est venu apporter son appui aux travailleurs du chantier Davie, ce 30 novembre, aux premières heures du jour.

Venu prendre un égoportrait (selfie) avec les travailleurs de Davie et montrer ses bas, en écho à l’image médiatique du premier ministre Justin Trudeau, le député solidaire Amir Khadir a rencontré les travailleurs du chantier et leur a témoigné son soutien : «J’ai écrit dans ma lettre (adressée à Justin Trudeau) que ce que vous (les travailleurs) attendez, ce n’est pas de voir ses photos, mais d’entendre ses décisions.»

Attirer l'attention

Il s’est indigné que le chantier Davie ne reçoive pas sa part des contrats fédéraux de construction navale, alors que les mises à pied des travailleurs ont déjà commencé. D’ici Noël, près de 800 personnes pourraient ainsi perdre leur emploi, en raison de la livraison prochaine du navire ravitailleur Astérix. Le bateau devrait quitter le chantier en fin de semaine prochaine.

«C’est incompréhensible que 40 députés libéraux fédéraux, 40 membres de l’équipe de Justin Trudeau ne fassent pas quelque chose. Il y a un chantier et des travailleurs qui ont démontré leur compétence, leur expertise et leur capacité à répondre aux besoins navals du Canada. Si des décisions ne sont pas prises rapidement, trop de gens ici vont perdre leur emploi. On est venu ici prendre des photos et envoyer le message à monsieur Trudeau dans l’espoir d’attirer son attention et de tous ceux qui l’entourent», a déclaré Amir Khadir.

Des décisions à prendre

Le député s’est adressé directement au premier ministre et a plaidé pour une rencontre officielle avec les travailleurs et leurs représentants. Ces derniers demandent toujours l’octroi d’un contrat pour la construction d’un second navire ravitailleur.

«Ce à quoi les travailleurs s’attendent, ce n’est pas de voir les chaussettes de monsieur Trudeau, ce sont des décisions qui doivent être prises rapidement. On ne peut pas comprendre les choses autrement, que par une influence néfaste de la famille Irving sur le gouvernement libéral à Ottawa. Ça veut dire que ce ne sont pas les Québécois qui décident, que ce ne sont pas les députés qui décident, que ce n’est pas Justin Trudeau qui décide, mais que c’est la famille multimilliardaire Irving qui décide à qui vont les contrats pour les besoins navals du Canada», a dénoncé Amir Khadir.

Les plus lus

Gala Jeunes Entrepreneurs: Alexandre Paré s’empare du prix Coup de cœur

Ils étaient plus de 40 candidats, 5 ont été sélectionnés puis 2 récompensés. Alexandre Paré, de Revtech Systèmes Inc. à Saint-Joseph-de-Beauce, a reçu le prix Coup de cœur du jury du tout premier Gala Jeunes Entrepreneurs Banque Nationale, présenté le 23 novembre à la chapelle du Patro de Lévis. De son côté, Jean-François Pichette, de la Clinique de réadaptation Hippo-Action de Lévis, a été le lau...

Odyssée linguistique dans une école ontarienne pour une Lévisienne

Passionnée par les langues et leur univers culturel, une jeune Lévisienne, Justine Tremblay, officie comme monitrice de langue dans une école de l'Ontario, dans le cadre du programme Odyssée. Elle raconte au Journal son aventure.

Pas de deuxième navire ravitailleur pour la Davie?

Selon ce que rapportent plusieurs médias de Québec, le gouvernement fédéral ne commandera pas de deuxième navire ravitailleur temporaire au Chantier Davie.

Des sifflets encore dérangeants

Quatre ans après avoir demandé au conseil municipal de Lévis de s'attaquer à cette problématique, certains citoyens de Charny sont déçus que l'administration Lehouillier n'ait toujours pas trouvé de solutions aux désagréments provoqués par les nombreux sifflets de train pouvant être entendus dans ce quartier.

Front commun pour la Davie

Lors d’une conférence de presse le 27 novembre, Dominique Vien, députée de Bellechasse et ministre provinciale responsable de la région, Alex Vicefield, propriétaire du Chantier Davie, Stéphane Thériault, vice-président exécutif de la Chambre de commerce de Lévis, et Gilles Lehouillier, maire de Lévis, ont demandé que le gouvernement fédéral corrige «l’injustice commise en 2011» en incluant immédi...

Silence radio entre Québec et Dessercom

Deux semaines se sont écoulées depuis la sortie de Dessercom, qui réclamait des ressources supplémentaires et des explications concernant la méthode de calcul du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec pour déterminer le nombre d’heures par territoire. Encore aujourd’hui, c’est le silence radio.

Prix Nobilis: Roger Parent récipiendaire du prix Hommage

Le 31e gala des Prix Nobilis a rendu hommage aux professionnels de la construction et de l’habitation, le 1er décembre. Une soirée qui avait une couleur lévisienne, alors que deux entreprises du territoire ont été lauréates, mais surtout parce qu’elle a souligné la carrière de Roger Parent, fondateur de Logisco.

Parmi l’élite du handball québécois

Membres de l’équipe du Québec, Benjamin Hasty, Etienne Mercier, Michael Lambert, Dereck et Cedrick Dupéré, Kevin Cliche et Marc-André Vachon, du Club de handball de Lévis, ont participé à la toute première compétition de la nouvelle Super Series 2017-2018, à la mi-novembre. Invaincus durant le tournoi, les compétiteurs élites reprendront le flambeau cet hiver, à l’occasion de ce deuxième rendez-vo...

Davie : LeBel demande l’intervention de Couillard

Face à la possibilité que Chantier Davie mette à pied 800 travailleurs en raison de la livraison prochaine de l’Asterix, Harold LeBel, député de Rimouki et porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de stratégie maritime et pour la région de Chaudière-Appalaches, a demandé, le 23 novembre à la sui...

Aide médicale à mourir : «Mon épouse a quitté la vie dans la sérénité»

Aline Carrier a cessé de vivre le 1er novembre à l’Hôtel-Dieu de Lévis, auprès de ceux qu’elle a aimés et qui l’ont aimée tout au long de sa vie. À 61 ans, après avoir combattu la maladie, celle qui n’a jamais baissé les bras, a choisi de partir dans la dignité. André Plourde, son époux qui l’a accompagnée tout au long du processus, a décidé de raconter ce qu’est l’aide médicale à mourir.