CRÉDIT : COURTOISIE - SOPHIE GAGNON-BERGERON

Passer d’une langue à l’autre sans trahir le sens des mots choisis par l’auteure, l’opération s’avère des plus délicates. L’auteure lévisienne Mélissa Verreault a traduit Ligne brisée, publié chez Québec Amérique, le premier roman de Katherena Vermette.

Il fallait trouver le ton juste pour écrire les mots d’une autre. Mélissa Verreault vient de terminer la version française, de The Break, écrit par Katherena Vermette.

Le roman raconte l’histoire d’une jeune femme métisse, victime d’une violente agression, dont les contrecoups se font sentir dans toute la communauté du quartier North End de Winnipeg.

Entre les femmes qui se relaient au chevet de l’adolescente et celles qui errent dans l’ombre, au dehors, des liens puissants se dessinent, esquissant le portrait d’une identité morcelée, présente la quatrième de couverture de l’ouvrage.

Mélissa Verrault explique qu’elle a travaillé dans le respect du texte original, tout en visant une traduction idiomatique. Elle a ainsi construit les phrases et choisi le vocabulaire de façon à ce qu’une fois traduite, une expression corresponde à la construction particulière de la langue française, sans être un simple miroir de l’anglais.

Sonner vrai

«J’ai fait en sorte qu’en français, ça sonne bien, que ça sonne vrai et authentique. Il y avait des images magnifiques en anglais, mais dites telles quelles en français, ça ne renvoyait à aucun référent. Parfois, il a carrément fallu changer une blague ou un jeu de mot, car ça n’existait pas en français», précise-t-elle.

L’auteure, qui suit des cours en traduction dans le cadre de sa maîtrise, a déjà produit les versions françaises de documents d’entreprises. Avec ce roman, elle réalise sa première traduction littéraire complète. Dans ce projet, elle a été accompagnée et conseillée par l’un de ses professeurs.

«Quand on commence, on doit gagner de la confiance en soi. Donc, ça m’a permis d’aller en chercher. Je me suis sentie entourée, ce qui m’a permis d’aller au bout de ce projet et de le terminer rapidement.»

Ouvrir les yeux

Si Mélissa Verreault a du se défaire de ses préjugés et de ses préférences personnelles, elle sait toutefois que le texte est teinté d’elle. Elle, qui a choisi un mot plutôt qu’un autre.

«On a fait confiance à ma subjectivité en pensant que ça pouvait servir le projet», ajoute-t-elle. Et c’est toute son expérience d’écrivaine qu’elle a mise au service du livre. La traductrice a même pu rencontrer l’auteure au Centre de traduction littéraire internationale.

L’occasion d’apprendre à la connaître et découvrir son sens de l’humour insoupçonné. «On s’entend, son livre n’est vraiment pas drôle. C’est assez dramatique, sombre, même s’il y a de l’espoir. Je me suis rendue compte qu’il y avait peut-être un peu plus d’humour et, je devais rester sensible à cette fibre là dans le roman. Ça m’a ouvert les yeux sur sa façon de décrire le monde.»

Valider ses choix

C’est dans des univers bien différents, que les deux femmes, ainsi que les personnages du roman, évoluent.

«Katherena Vermette est une jeune femme métisse du Manitoba et moi, je suis une jeune femme blanche du Québec», rappelle Mélissa Verreault.

Alors, comment éviter les écueils de l’appropriation culturelle? La traductrice s’est documentée. «Je ne tenais rien pour acquis. Dès que je soupçonnais qu’il puisse y avoir un enjeu culturel, je fouillais énormément. On a fait appel à des lectrices externes d’origines autochtones, et qui vivent au Québec, pour valider certains choix. Elles nous ont dit si, selon elles, le texte respectait les traditions autochtones», conclut la traductrice.

Les plus lus

Fête nationale du Québec : deux jours de festivités à Lévis

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). Parmi les nombreuses activités proposées les 23 et 24 juin, l’une des nouveautés sera l...

Fête nationale du Québec et fête du Canada : ouvert ou fermé?

Les heures d’ouvertures des services municipaux de la Ville de Lévis et de plusieurs commerces seront modifiées pendant les congés de la Fête nationale du Québec et de la fête du Canada, les 24 juin et 1er juillet prochains.

Une école anglophone s’installerait à Lévis

La Commission scolaire Central Québec (CSCQ) envisage d’inaugurer une école primaire anglophone dans la région de Lévis pour la rentrée scolaire 2020. La commission scolaire évalue que plus de 300 élèves traversent de la Rive-Sud à la Rive-Nord chaque jour.

LKQ investit 5 M$ dans ses installations de Pintendre

L’entreprise de pièces d’auto, LKQ Corporation, a annoncé un investissement de 5 M$ pour la construction d’un entrepôt de 40 000 pieds carrés dans ses installations de Pintendre le 10 juillet. Le bâtiment, dont les fondations sont présentement en construction, devrait être inauguré en décembre 2018.

Lévis aura sa succursale de la SQDC dès le 17 octobre

La Société des alcools du Québec (SAQ) a annoncé, par voie de communiqué de presse, que Lévis aura l’une des quatre premières succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) dès que la loi entrera en vigueur le 17 octobre prochain. Le bail aurait été signé au cours des derniers jours.

Le Festibière de Lévis bat son plein au quai Paquet

Les amateurs de bières et de plein air ont rendez-vous au Quai Paquet pour la seconde édition du Festibière de Lévis. Les festivités se poursuivent toute la fin de semaine, jusqu’à dimanche. Le cru 2018 promet d’être riche en nouveautés et en variétés des microbrasseries, de la musique et des arts, sans oublier la vue.

Une fête du Canada sous le thème des super héros

Encore une fois, la Maison de la Famille Rive-Sud et Parcs Canada convient la population à souligner la fête du Canada au fort Numéro-Un de Lévis le 1er juillet. En nouveauté cette année, les organisatrices de l’événement familial invitent petits et grands à enfiler costumes et/ou accessoires de leur héros ou princesse favori.

Lévis obtient gain de cause contre un propriétaire négligent

La Ville de Lévis a obtenu gain de cause devant la Cour supérieure dans le dossier qui l’opposait au propriétaire du bâtiment situé au 281 de la rue Saint-Joseph. Une action avait été intentée en raison de l’état de «délabrement général» du bâtiment et du terrain.

Nicolas Bégin : Citoyen d’honneur de Lévis

Le chorégraphe et entrepreneur Nicolas Bégin a été nommé le troisième citoyen d’honneur de la Ville de Lévis le 21 juin. Il succède à Monique F. Leroux et Maurice Tanguay.

Une chorégraphie lévisienne pour Le Zéro du texto

Plus de 70 élèves des professeurs de danse en ligne lévisiens Jacques St-Amant et Céline Roy se sont réunis le 3 juillet au quai Paquet pour le tournage d’un vidéoclip sur la nouvelle chanson de Patrick Zabé, Le Zéro du texto.