CRÉDIT : COURTOISIE - SOPHIE GAGNON-BERGERON

Passer d’une langue à l’autre sans trahir le sens des mots choisis par l’auteure, l’opération s’avère des plus délicates. L’auteure lévisienne Mélissa Verreault a traduit Ligne brisée, publié chez Québec Amérique, le premier roman de Katherena Vermette.

Il fallait trouver le ton juste pour écrire les mots d’une autre. Mélissa Verreault vient de terminer la version française, de The Break, écrit par Katherena Vermette.

Le roman raconte l’histoire d’une jeune femme métisse, victime d’une violente agression, dont les contrecoups se font sentir dans toute la communauté du quartier North End de Winnipeg.

Entre les femmes qui se relaient au chevet de l’adolescente et celles qui errent dans l’ombre, au dehors, des liens puissants se dessinent, esquissant le portrait d’une identité morcelée, présente la quatrième de couverture de l’ouvrage.

Mélissa Verrault explique qu’elle a travaillé dans le respect du texte original, tout en visant une traduction idiomatique. Elle a ainsi construit les phrases et choisi le vocabulaire de façon à ce qu’une fois traduite, une expression corresponde à la construction particulière de la langue française, sans être un simple miroir de l’anglais.

Sonner vrai

«J’ai fait en sorte qu’en français, ça sonne bien, que ça sonne vrai et authentique. Il y avait des images magnifiques en anglais, mais dites telles quelles en français, ça ne renvoyait à aucun référent. Parfois, il a carrément fallu changer une blague ou un jeu de mot, car ça n’existait pas en français», précise-t-elle.

L’auteure, qui suit des cours en traduction dans le cadre de sa maîtrise, a déjà produit les versions françaises de documents d’entreprises. Avec ce roman, elle réalise sa première traduction littéraire complète. Dans ce projet, elle a été accompagnée et conseillée par l’un de ses professeurs.

«Quand on commence, on doit gagner de la confiance en soi. Donc, ça m’a permis d’aller en chercher. Je me suis sentie entourée, ce qui m’a permis d’aller au bout de ce projet et de le terminer rapidement.»

Ouvrir les yeux

Si Mélissa Verreault a du se défaire de ses préjugés et de ses préférences personnelles, elle sait toutefois que le texte est teinté d’elle. Elle, qui a choisi un mot plutôt qu’un autre.

«On a fait confiance à ma subjectivité en pensant que ça pouvait servir le projet», ajoute-t-elle. Et c’est toute son expérience d’écrivaine qu’elle a mise au service du livre. La traductrice a même pu rencontrer l’auteure au Centre de traduction littéraire internationale.

L’occasion d’apprendre à la connaître et découvrir son sens de l’humour insoupçonné. «On s’entend, son livre n’est vraiment pas drôle. C’est assez dramatique, sombre, même s’il y a de l’espoir. Je me suis rendue compte qu’il y avait peut-être un peu plus d’humour et, je devais rester sensible à cette fibre là dans le roman. Ça m’a ouvert les yeux sur sa façon de décrire le monde.»

Valider ses choix

C’est dans des univers bien différents, que les deux femmes, ainsi que les personnages du roman, évoluent.

«Katherena Vermette est une jeune femme métisse du Manitoba et moi, je suis une jeune femme blanche du Québec», rappelle Mélissa Verreault.

Alors, comment éviter les écueils de l’appropriation culturelle? La traductrice s’est documentée. «Je ne tenais rien pour acquis. Dès que je soupçonnais qu’il puisse y avoir un enjeu culturel, je fouillais énormément. On a fait appel à des lectrices externes d’origines autochtones, et qui vivent au Québec, pour valider certains choix. Elles nous ont dit si, selon elles, le texte respectait les traditions autochtones», conclut la traductrice.

Les plus lus

La folie du pot légal gagne la région

Dès l'entrée en vigueur de la loi fédérale légalisant la consommation du cannabis et conformément à l'encadrement provincial (loi 157), la Société québécoise du cannabis (SQDC) a ouvert aujourd'hui ses douze points de vente, dont celui de Lévis situé au 95, route du Président-Kennedy, et d'un site Web transactionnel. Comme ailleurs au Québec, ce moment était fort attendu dans la région puisqu'une ...

Les Aidants scolaires entrent au CPE

À la Coquinerie, l’une des installations du CPE le Vire-Crêpe, des bénévoles du Mouvement des aidants scolaires sont présents aux côtés des éducatrices pour les aider à répondre aux besoins des enfants, comme enfiler un manteau, ou donner de l’attention supplémentaire à un petit en lui lisant une histoire. Testé pendant un an, ce projet pilote pourrait ensuite être étendu.

Imbattables ces Chevaliers

Les Chevaliers de la Ligue de hockey midget AAA du Québec étaient à l’action les 5 et 7 octobre dernier. Probablement la fin de semaine d’activités la plus éprouvante depuis le début du calendrier, puisqu’ils affrontaient les Cantonniers à Magog, invaincus avant le passage de la formation lévisienne, le 5 octobre, et les Vikings de Saint-Eustache, le 7 octobre. La troupe de l’entraîneur Mathieu Tu...

Projet d’hôtellerie hospitalière : demande de démolition acceptée

Les résidences situées 15 rue Charles-Édouard et 36 rue Montcalm pourront finalement être démolies pour laisser place à un projet d’hôtellerie hospitalière voulu par Dessercom en prévision de l’ouverture du centre de cancérologie à l’Hôtel-Dieu de Lévis, a tranché le conseil municipal dans une décision rendue le 24 septembre lors de la séance ordinaire.

L'urgence de Paul-Gilbert fermera à 19h dès le 3 novembre

Par voie de communiqué, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a annoncé, le 18 octobre, qu'il modifiera «temporairement» les heures d’ouverture de l’urgence du Centre Paul-Gilbert le soir dès le 3 novembre, et ce, «pour une période indéterminée». Désormais, les services médicaux seront offerts sept jours sur sept, de 7h à 19h.

Sondage Journal de Lévis/CJMD 96,9 FM : appuis massifs pour Paradis et Picard

Selon un sondage Axiome marketing/Imago Agence de communication pour le compte du Journal de Lévis et de CJMD 96,9 FM, les députés sortants et candidats de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Lévis et Chutes-de-la-Chaudière, François Paradis et Marc Picard, voguent aisément vers une réélection.

Une saison qui promet pour les Commandeurs

Les Commandeurs du Collège de Lévis entament leur saison les 5 et 6 octobre prochains. Évoluant dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), les formations M17 et M18 sont jeunes, mais prometteuses. Claude Boivin, entraîneur-chef des M18, est confiant pour la campagne 2018-2019 des Commandeurs.

Des Chevaliers encore imbattables

Les Chevaliers de Lévis n’ont toujours pas été vaincus en ce début de saison dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec, un exploit égalé par les Cantonniers de Magog. Alors que la formation lévisienne entamait la séquence la plus compétitive de son calendrier depuis le début de la saison. La troupe de Mathieu Turcotte a remporté ses duels face aux Lions du Lac Saint-Louis et du Rousseau-Royal d...

Un premier Défi Chaîne de vie en Chaudière-Appalaches

C’est le dimanche 14 octobre prochain qu’aura lieu au Mont Orignal, à Lac-Etchemin, la première édition régionale du Défi Chaîne de vie. Grâce à cet événement, les citoyens de la Chaudière-Appalaches pourront prendre part chez eux à cette activité visant à promouvoir le don d’organes.

Davie : la CSN déplore «l'inertie» des partis politiques provinciaux

Par voie de communiqué, la CSN a dénoncé, le 27 septembre, le «manque de combativité des partis politiques pour préserver les emplois au Québec», particulièrement au vu de la situation du chantier maritime Davie de Lévis et de la subvention accordée à la CTMA pour la construction du navire Vacancier assurant la navette entre Montréal et les Îles-de-la-Madeleine.