CRÉDIT : COURTOISIE - SOPHIE GAGNON-BERGERON

Passer d’une langue à l’autre sans trahir le sens des mots choisis par l’auteure, l’opération s’avère des plus délicates. L’auteure lévisienne Mélissa Verreault a traduit Ligne brisée, publié chez Québec Amérique, le premier roman de Katherena Vermette.

Il fallait trouver le ton juste pour écrire les mots d’une autre. Mélissa Verreault vient de terminer la version française, de The Break, écrit par Katherena Vermette.

Le roman raconte l’histoire d’une jeune femme métisse, victime d’une violente agression, dont les contrecoups se font sentir dans toute la communauté du quartier North End de Winnipeg.

Entre les femmes qui se relaient au chevet de l’adolescente et celles qui errent dans l’ombre, au dehors, des liens puissants se dessinent, esquissant le portrait d’une identité morcelée, présente la quatrième de couverture de l’ouvrage.

Mélissa Verrault explique qu’elle a travaillé dans le respect du texte original, tout en visant une traduction idiomatique. Elle a ainsi construit les phrases et choisi le vocabulaire de façon à ce qu’une fois traduite, une expression corresponde à la construction particulière de la langue française, sans être un simple miroir de l’anglais.

Sonner vrai

«J’ai fait en sorte qu’en français, ça sonne bien, que ça sonne vrai et authentique. Il y avait des images magnifiques en anglais, mais dites telles quelles en français, ça ne renvoyait à aucun référent. Parfois, il a carrément fallu changer une blague ou un jeu de mot, car ça n’existait pas en français», précise-t-elle.

L’auteure, qui suit des cours en traduction dans le cadre de sa maîtrise, a déjà produit les versions françaises de documents d’entreprises. Avec ce roman, elle réalise sa première traduction littéraire complète. Dans ce projet, elle a été accompagnée et conseillée par l’un de ses professeurs.

«Quand on commence, on doit gagner de la confiance en soi. Donc, ça m’a permis d’aller en chercher. Je me suis sentie entourée, ce qui m’a permis d’aller au bout de ce projet et de le terminer rapidement.»

Ouvrir les yeux

Si Mélissa Verreault a du se défaire de ses préjugés et de ses préférences personnelles, elle sait toutefois que le texte est teinté d’elle. Elle, qui a choisi un mot plutôt qu’un autre.

«On a fait confiance à ma subjectivité en pensant que ça pouvait servir le projet», ajoute-t-elle. Et c’est toute son expérience d’écrivaine qu’elle a mise au service du livre. La traductrice a même pu rencontrer l’auteure au Centre de traduction littéraire internationale.

L’occasion d’apprendre à la connaître et découvrir son sens de l’humour insoupçonné. «On s’entend, son livre n’est vraiment pas drôle. C’est assez dramatique, sombre, même s’il y a de l’espoir. Je me suis rendue compte qu’il y avait peut-être un peu plus d’humour et, je devais rester sensible à cette fibre là dans le roman. Ça m’a ouvert les yeux sur sa façon de décrire le monde.»

Valider ses choix

C’est dans des univers bien différents, que les deux femmes, ainsi que les personnages du roman, évoluent.

«Katherena Vermette est une jeune femme métisse du Manitoba et moi, je suis une jeune femme blanche du Québec», rappelle Mélissa Verreault.

Alors, comment éviter les écueils de l’appropriation culturelle? La traductrice s’est documentée. «Je ne tenais rien pour acquis. Dès que je soupçonnais qu’il puisse y avoir un enjeu culturel, je fouillais énormément. On a fait appel à des lectrices externes d’origines autochtones, et qui vivent au Québec, pour valider certains choix. Elles nous ont dit si, selon elles, le texte respectait les traditions autochtones», conclut la traductrice.

Les plus lus

Gala Jeunes Entrepreneurs: Alexandre Paré s’empare du prix Coup de cœur

Ils étaient plus de 40 candidats, 5 ont été sélectionnés puis 2 récompensés. Alexandre Paré, de Revtech Systèmes Inc. à Saint-Joseph-de-Beauce, a reçu le prix Coup de cœur du jury du tout premier Gala Jeunes Entrepreneurs Banque Nationale, présenté le 23 novembre à la chapelle du Patro de Lévis. De son côté, Jean-François Pichette, de la Clinique de réadaptation Hippo-Action de Lévis, a été le lau...

Odyssée linguistique dans une école ontarienne pour une Lévisienne

Passionnée par les langues et leur univers culturel, une jeune Lévisienne, Justine Tremblay, officie comme monitrice de langue dans une école de l'Ontario, dans le cadre du programme Odyssée. Elle raconte au Journal son aventure.

Pas de deuxième navire ravitailleur pour la Davie?

Selon ce que rapportent plusieurs médias de Québec, le gouvernement fédéral ne commandera pas de deuxième navire ravitailleur temporaire au Chantier Davie.

Des sifflets encore dérangeants

Quatre ans après avoir demandé au conseil municipal de Lévis de s'attaquer à cette problématique, certains citoyens de Charny sont déçus que l'administration Lehouillier n'ait toujours pas trouvé de solutions aux désagréments provoqués par les nombreux sifflets de train pouvant être entendus dans ce quartier.

Front commun pour la Davie

Lors d’une conférence de presse le 27 novembre, Dominique Vien, députée de Bellechasse et ministre provinciale responsable de la région, Alex Vicefield, propriétaire du Chantier Davie, Stéphane Thériault, vice-président exécutif de la Chambre de commerce de Lévis, et Gilles Lehouillier, maire de Lévis, ont demandé que le gouvernement fédéral corrige «l’injustice commise en 2011» en incluant immédi...

Silence radio entre Québec et Dessercom

Deux semaines se sont écoulées depuis la sortie de Dessercom, qui réclamait des ressources supplémentaires et des explications concernant la méthode de calcul du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec pour déterminer le nombre d’heures par territoire. Encore aujourd’hui, c’est le silence radio.

Prix Nobilis: Roger Parent récipiendaire du prix Hommage

Le 31e gala des Prix Nobilis a rendu hommage aux professionnels de la construction et de l’habitation, le 1er décembre. Une soirée qui avait une couleur lévisienne, alors que deux entreprises du territoire ont été lauréates, mais surtout parce qu’elle a souligné la carrière de Roger Parent, fondateur de Logisco.

Parmi l’élite du handball québécois

Membres de l’équipe du Québec, Benjamin Hasty, Etienne Mercier, Michael Lambert, Dereck et Cedrick Dupéré, Kevin Cliche et Marc-André Vachon, du Club de handball de Lévis, ont participé à la toute première compétition de la nouvelle Super Series 2017-2018, à la mi-novembre. Invaincus durant le tournoi, les compétiteurs élites reprendront le flambeau cet hiver, à l’occasion de ce deuxième rendez-vo...

Davie : LeBel demande l’intervention de Couillard

Face à la possibilité que Chantier Davie mette à pied 800 travailleurs en raison de la livraison prochaine de l’Asterix, Harold LeBel, député de Rimouki et porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de stratégie maritime et pour la région de Chaudière-Appalaches, a demandé, le 23 novembre à la sui...

Aide médicale à mourir : «Mon épouse a quitté la vie dans la sérénité»

Aline Carrier a cessé de vivre le 1er novembre à l’Hôtel-Dieu de Lévis, auprès de ceux qu’elle a aimés et qui l’ont aimée tout au long de sa vie. À 61 ans, après avoir combattu la maladie, celle qui n’a jamais baissé les bras, a choisi de partir dans la dignité. André Plourde, son époux qui l’a accompagnée tout au long du processus, a décidé de raconter ce qu’est l’aide médicale à mourir.