Étienne Parent, directeur des opérations, et Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom.

Deux semaines se sont écoulées depuis la sortie de Dessercom, qui réclamait des ressources supplémentaires et des explications concernant la méthode de calcul du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec pour déterminer le nombre d’heures par territoire. Encore aujourd’hui, c’est le silence radio.

La Ville de Lévis a donné son appui à l’entreprise avec le dépôt d’une résolution, lors du conseil municipal le 12 décembre. Le manque de ressources ambulancières est criant, réitère Dessercom, qui a poussé la comparaison entre Sherbrooke et Lévis pour expliquer le manque de cohérence entre l’annonce de l’ajout de 22 véhicules par le gouvernement, au Québec, et la réalité sur le terrain.

«On commence à se demander s’il existe réellement une méthode de calcul. La population mérite plus d’explications», a affirmé d’emblée Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom. Selon lui, le ministre Gaétan Barrette refuserait de planifier une rencontre tant que les négociations entre le syndicat des travailleurs et l’employeur sont en cours. Bien qu’il ait confiance qu’une entente survienne prochainement, M. Laviolette appuie la volonté du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, d’obtenir ce rendez-vous.

Priorité régionale

L’iniquité entre Lévis et Sherbrooke est connue du MSSS depuis la sortie du rapport Services préhospitaliers : urgence d’agir, paru en juin 2014. M. Laviolette se questionne concernant le fait que le Ministère déclare que Lévis n’est pas une priorité régionale, malgré l’augmentation de 38 % du nombre d’appels depuis 2008.

«Pourtant, tel que confirmé par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, leurs priorités en matière de couverture ambulancière sont actuellement Saint-Flavien, Lévis et Sainte-Marie», qui n’ont reçu aucune ressource supplémentaire, a déploré le directeur général.

Pour 20 000 de population supplémentaire, la Ville de Sherbrooke (906,25 heures) dispose de 41 %  plus d’heures par semaine que Lévis (643 heures) et de 50 % de plus d’ambulances (14 contre 7), alors que le nombre d’habitants par kilomètre carré est de 200 à Sherbrooke et de 209 à Lévis. «Entre Sherbrooke et Lévis, on compare des pommes avec des pommes», a garanti le dirigeant.

Pourquoi Lotbinière

En examinant les ressources à Lotbinière et à Armagh, qui ont sensiblement la même distance à parcourir jusqu’à l’Hôtel-Dieu de Lévis, Dessercom dénombre 469 transports par rapport année pour le premier secteur contre 601 pour le second. «On a transformé les quarts de faction en quarts à l’heure à Lotbinière, alors pourquoi ne pas l’avoir fait à Armagh, Sainte-Marie ou Saint-Sylvestre ? Loin de moi l’envie de leur enlever, je suis très heureux pour eux, mais comment justifier ce qu’ils ont reçu sans même faire partie des priorités régionales ?», a questionné M. Laviolette.

Les plus lus

Fête nationale du Québec : deux jours de festivités à Lévis

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). Parmi les nombreuses activités proposées les 23 et 24 juin, l’une des nouveautés sera l...

Fête nationale du Québec et fête du Canada : ouvert ou fermé?

Les heures d’ouvertures des services municipaux de la Ville de Lévis et de plusieurs commerces seront modifiées pendant les congés de la Fête nationale du Québec et de la fête du Canada, les 24 juin et 1er juillet prochains.

Une école anglophone s’installerait à Lévis

La Commission scolaire Central Québec (CSCQ) envisage d’inaugurer une école primaire anglophone dans la région de Lévis pour la rentrée scolaire 2020. La commission scolaire évalue que plus de 300 élèves traversent de la Rive-Sud à la Rive-Nord chaque jour.

Le Festibière de Lévis bat son plein au quai Paquet

Les amateurs de bières et de plein air ont rendez-vous au Quai Paquet pour la seconde édition du Festibière de Lévis. Les festivités se poursuivent toute la fin de semaine, jusqu’à dimanche. Le cru 2018 promet d’être riche en nouveautés et en variétés des microbrasseries, de la musique et des arts, sans oublier la vue.

Lévis aura sa succursale de la SQDC dès le 17 octobre

La Société des alcools du Québec (SAQ) a annoncé, par voie de communiqué de presse, que Lévis aura l’une des quatre premières succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) dès que la loi entrera en vigueur le 17 octobre prochain. Le bail aurait été signé au cours des derniers jours.

Une fête du Canada sous le thème des super héros

Encore une fois, la Maison de la Famille Rive-Sud et Parcs Canada convient la population à souligner la fête du Canada au fort Numéro-Un de Lévis le 1er juillet. En nouveauté cette année, les organisatrices de l’événement familial invitent petits et grands à enfiler costumes et/ou accessoires de leur héros ou princesse favori.

LKQ investit 5 M$ dans ses installations de Pintendre

L’entreprise de pièces d’auto, LKQ Corporation, a annoncé un investissement de 5 M$ pour la construction d’un entrepôt de 40 000 pieds carrés dans ses installations de Pintendre le 10 juillet. Le bâtiment, dont les fondations sont présentement en construction, devrait être inauguré en décembre 2018.

Nicolas Bégin : Citoyen d’honneur de Lévis

Le chorégraphe et entrepreneur Nicolas Bégin a été nommé le troisième citoyen d’honneur de la Ville de Lévis le 21 juin. Il succède à Monique F. Leroux et Maurice Tanguay.

Lévis obtient gain de cause contre un propriétaire négligent

La Ville de Lévis a obtenu gain de cause devant la Cour supérieure dans le dossier qui l’opposait au propriétaire du bâtiment situé au 281 de la rue Saint-Joseph. Une action avait été intentée en raison de l’état de «délabrement général» du bâtiment et du terrain.

La Chaudière-Appalaches ouvre ses champs au public

C’est aujourd’hui qu’a eu lieu le lancement officiel de l’autocueillette des petits fruits dans la région de la Chaudière-Appalaches. Bien qu’en retard de quelques jours en comparaison aux années précédentes, la saison s’annonce dans la normale.