CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Dans une lettre ouverte écrite à la mi-décembre et lors d’une entrevue le 4 janvier, le représentant politique de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Sylvain Lirette, a déploré la nouvelle approche que le Centre intégré de santé et de service sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a pour l’intervention en soins spirituels.

Concrètement, le syndicat qui représente 17 intervenants en soins spirituels de Chaudière-Appalaches déplore que la standardisation des pratiques, actuellement opérée dans les établissements fusionnés au sein du CISSS-CA, tende à réduire le temps consacré à chaque personne en fin de vie, et à sa famille, ainsi que les moments où ces rencontres sont possibles.

«Travailler dans le réseau de la santé, c’est d’abord et avant tout travailler avec des personnes humaines, qui ont des besoins spécifiques. Nous demander de travailler comme si c’était une machine, comme si nous travaillions avec des cans de beans, c’est vraiment cela qui a allumé la mèche», a lancé M. Lirette.

Selon l’APTS, limiter le nombre d’heures de présence des intervenants en soins spirituels «constitue une atteinte à la qualité des soins, pourtant garantie par la Loi sur les services de santé et les services sociaux». 

Même que le syndicat estime que la nouvelle approche contrevient à certains engagements du CISSS-CA, qui reconnaît que «chaque personne mérite la même considération» et que la personne est considérée «dans sa globalité, tant au plan physique, psychologique et spirituel». 

«Le CISSS reconnaît la personne dans sa globalité, tant au plan physique, psychologique et spirituel, alors qu’on demande aux intervenants en soins spirituels de voir davantage de clients et (on leur dit) qu’après 15 minutes, vous devriez avoir terminé votre intervention, passez au suivant... Nous sommes tous mortels et nous avons tous besoin de ces professionnels, qui doivent avoir l’autonomie nécessaire pour bien accompagner les gens dans leur deuil», a critiqué Sylvain Lirette.

Décision à revoir

Indiquant qu’il n’avait toujours pas eu de retour à sa lettre transmise au président-directeur général du CISSS-CA, Daniel Paré, et aux membres du conseil d’administration de l’instance, le représentant politique de l’APTS a plaidé pour un retour en arrière.

«Ce qui serait l’idéal, c’est que le CISSS-CA revoit sa décision, pas à la lumière de la critique syndicale, mais à la lumière de ses propres engagements. Ce qu’on leur demande, c’est tout simplement que les bottines suivent les babines. On fait des beaux shows de boucane, on se donne des beaux codes de valeurs et d’éthique, et on prend des décisions à l’inverse de ça», a demandé Sylvain Lirette.

Surprise au CISSS

Joint par le Journal pour réagir à cette sortie de l’APTS, la porte-parole du CISSS-CA, Mireille Gaudreau, s’est fait avare de commentaire.

«Nous accusons réception de cette lettre qui sera déposée au conseil d’administration de notre établissement. Nous sommes tout de même surpris de cette missive, compte tenu de l’état d’avancement des discussions entre les parties, mais nous allons poursuivre nos échanges avec le syndicat dans un esprit de collaboration, comme ça l’a toujours été. Bien entendu, notre établissement respecte les processus internes et les conventions en vigueur. Nous ne ferons toutefois pas de négociations sur la place publique et réaliserons les suivis requis auprès des instances concernées», a déclaré Mme Gaudreau.

Les plus lus

Davie : Ouellet et la CSN demandent à Trudeau d’agir

Lors d’une conférence de presse conjointe à Québec le 17 janvier, la chef du Bloc québécois et députée indépendante provinciale de Vachon, Martine Ouellet, et la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Ann Gingras, ont fait une sortie pour exiger du gouvernement fédéral des actions en faveur du Chantier Davie.

Trois incendies criminels à Charny

Deux bacs roulants et des journaux dans une cage d'escalier ont été incendiés dans le secteur de Charny, dans la nuit de mercredi à jeudi, selon le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL). Les trois départs de feu seraient d'origine criminelle, ont indiqué les policiers.

Ils terminent leur cambriolage enlisés dans la neige

Deux jeunes d’âge mineur ont été impliqués dans une sortie de route impliquant au moins deux véhicules, le 27 décembre, sur l’autoroute 20 à la hauteur de Rivière-du-Loup. Le conducteur et son passager se retrouvaient alors dans une voiture déclarée volée, quelques heures plus tôt, à Lévis.

Un traitement sème l’espoir dans une famille de Lauzon

Derrière son regard rieur et son énergie débordante, la jeune Lexie Gendron, 3 ans de Lauzon, souffre d’amyotrophie spinale (AS) de type II. Une maladie dégénérative des nerfs qu’elle parviendra de moins en moins à dissimuler, puisqu’elle limite sa motricité. Le diagnostic est tombé en septembre dernier et pour l’instant, on ne peut rien faire pour empêcher son développement. L’espoir est pourtant...

Un site d’entreposage de véhicules «illégal» à Lévis?

La Ville de Lévis a signifié, il y a quelques semaines, un constat d’infraction à la société immobilière Imafa puisque l’utilisation actuelle d’un terrain qu’elle possède, l’ancien site du Fort Numéro-Trois, ne respecte pas les usages permis dans la zone selon la municipalité.

Les frères Roy mènent la garde chez les Chevaliers

Ils jouent au sein du même trio, l’un est capitaine et l’autre son adjoint, et ils sont les deux premiers marqueurs des Chevaliers midget AAA de Lévis. Depuis le début de la saison, les frères Alexandre et Pier-Olivier Roy ont exploité toutes les heures passées à s’échanger la rondelle depuis leur enfance, à Lac-Etchemin.

Un jeu pour sensibiliser les enfants à la nature

Imaginez que la cour d’école ait été rasée… Ce n’est pas un nouveau film de science-fiction, mais le point de départ d’Itin’ERE, un jeu inventé par deux étudiants passionnés, Vincent Boisclair et Rémi Proteau, pour amener les jeunes à réfléchir sur la place qu’ils donnent à la nature dans leur vie de tous les jours.

Le retour d’Ariane Fortin à ses racines

Ariane Fortin a accroché ses gants d’athlète en mars 2017, mais n’a pas perdu la flamme de la boxe. Invitée au Club de boxe olympique de Lévis, la Lévisienne d’origine a donné des cours à quatre groupes du club, les 29 et 30 novembre. C’est la deuxième, voire la troisième fois qu’elle revient au gym de son adolescence. En la regardant aller, ce n’était sans doute pas la dernière.

Ouverture du Centre de plein air dès le 26 décembre

La Ville de Lévis a annoncé, le 21 décembre, qu’en raison des récentes chutes de neige, le Centre de plein air de Lévis sera en mesure, pour une 2e année consécutive, d'ouvrir ses portes pour la période des Fête dès le mardi 26 décembre sur le coup de 12h.

Lévis en préparation pour les Provinciaux de curling

Le Championnat provincial Scotties se prépare au Club de curling Etchemin de Lévis. Du 9 au 14 janvier, les cinq meilleurs clubs féminins du Québec se rencontreront pour obtenir un billet en prévision du Championnat national, tenu en février, et trois équipes juniors les rejoindront pour former un tableau équilibré pendant l’événement. Entre l’expérience et la jeunesse, l’équipe de Marie-France La...