CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Dans une lettre ouverte écrite à la mi-décembre et lors d’une entrevue le 4 janvier, le représentant politique de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Sylvain Lirette, a déploré la nouvelle approche que le Centre intégré de santé et de service sociaux de la Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a pour l’intervention en soins spirituels.

Concrètement, le syndicat qui représente 17 intervenants en soins spirituels de Chaudière-Appalaches déplore que la standardisation des pratiques, actuellement opérée dans les établissements fusionnés au sein du CISSS-CA, tende à réduire le temps consacré à chaque personne en fin de vie, et à sa famille, ainsi que les moments où ces rencontres sont possibles.

«Travailler dans le réseau de la santé, c’est d’abord et avant tout travailler avec des personnes humaines, qui ont des besoins spécifiques. Nous demander de travailler comme si c’était une machine, comme si nous travaillions avec des cans de beans, c’est vraiment cela qui a allumé la mèche», a lancé M. Lirette.

Selon l’APTS, limiter le nombre d’heures de présence des intervenants en soins spirituels «constitue une atteinte à la qualité des soins, pourtant garantie par la Loi sur les services de santé et les services sociaux». 

Même que le syndicat estime que la nouvelle approche contrevient à certains engagements du CISSS-CA, qui reconnaît que «chaque personne mérite la même considération» et que la personne est considérée «dans sa globalité, tant au plan physique, psychologique et spirituel». 

«Le CISSS reconnaît la personne dans sa globalité, tant au plan physique, psychologique et spirituel, alors qu’on demande aux intervenants en soins spirituels de voir davantage de clients et (on leur dit) qu’après 15 minutes, vous devriez avoir terminé votre intervention, passez au suivant... Nous sommes tous mortels et nous avons tous besoin de ces professionnels, qui doivent avoir l’autonomie nécessaire pour bien accompagner les gens dans leur deuil», a critiqué Sylvain Lirette.

Décision à revoir

Indiquant qu’il n’avait toujours pas eu de retour à sa lettre transmise au président-directeur général du CISSS-CA, Daniel Paré, et aux membres du conseil d’administration de l’instance, le représentant politique de l’APTS a plaidé pour un retour en arrière.

«Ce qui serait l’idéal, c’est que le CISSS-CA revoit sa décision, pas à la lumière de la critique syndicale, mais à la lumière de ses propres engagements. Ce qu’on leur demande, c’est tout simplement que les bottines suivent les babines. On fait des beaux shows de boucane, on se donne des beaux codes de valeurs et d’éthique, et on prend des décisions à l’inverse de ça», a demandé Sylvain Lirette.

Surprise au CISSS

Joint par le Journal pour réagir à cette sortie de l’APTS, la porte-parole du CISSS-CA, Mireille Gaudreau, s’est fait avare de commentaire.

«Nous accusons réception de cette lettre qui sera déposée au conseil d’administration de notre établissement. Nous sommes tout de même surpris de cette missive, compte tenu de l’état d’avancement des discussions entre les parties, mais nous allons poursuivre nos échanges avec le syndicat dans un esprit de collaboration, comme ça l’a toujours été. Bien entendu, notre établissement respecte les processus internes et les conventions en vigueur. Nous ne ferons toutefois pas de négociations sur la place publique et réaliserons les suivis requis auprès des instances concernées», a déclaré Mme Gaudreau.

Les plus lus

Fête nationale du Québec : deux jours de festivités à Lévis

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). Parmi les nombreuses activités proposées les 23 et 24 juin, l’une des nouveautés sera l...

Fête nationale du Québec et fête du Canada : ouvert ou fermé?

Les heures d’ouvertures des services municipaux de la Ville de Lévis et de plusieurs commerces seront modifiées pendant les congés de la Fête nationale du Québec et de la fête du Canada, les 24 juin et 1er juillet prochains.

Une école anglophone s’installerait à Lévis

La Commission scolaire Central Québec (CSCQ) envisage d’inaugurer une école primaire anglophone dans la région de Lévis pour la rentrée scolaire 2020. La commission scolaire évalue que plus de 300 élèves traversent de la Rive-Sud à la Rive-Nord chaque jour.

Le Festibière de Lévis bat son plein au quai Paquet

Les amateurs de bières et de plein air ont rendez-vous au Quai Paquet pour la seconde édition du Festibière de Lévis. Les festivités se poursuivent toute la fin de semaine, jusqu’à dimanche. Le cru 2018 promet d’être riche en nouveautés et en variétés des microbrasseries, de la musique et des arts, sans oublier la vue.

Lévis aura sa succursale de la SQDC dès le 17 octobre

La Société des alcools du Québec (SAQ) a annoncé, par voie de communiqué de presse, que Lévis aura l’une des quatre premières succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) dès que la loi entrera en vigueur le 17 octobre prochain. Le bail aurait été signé au cours des derniers jours.

Une fête du Canada sous le thème des super héros

Encore une fois, la Maison de la Famille Rive-Sud et Parcs Canada convient la population à souligner la fête du Canada au fort Numéro-Un de Lévis le 1er juillet. En nouveauté cette année, les organisatrices de l’événement familial invitent petits et grands à enfiler costumes et/ou accessoires de leur héros ou princesse favori.

LKQ investit 5 M$ dans ses installations de Pintendre

L’entreprise de pièces d’auto, LKQ Corporation, a annoncé un investissement de 5 M$ pour la construction d’un entrepôt de 40 000 pieds carrés dans ses installations de Pintendre le 10 juillet. Le bâtiment, dont les fondations sont présentement en construction, devrait être inauguré en décembre 2018.

Nicolas Bégin : Citoyen d’honneur de Lévis

Le chorégraphe et entrepreneur Nicolas Bégin a été nommé le troisième citoyen d’honneur de la Ville de Lévis le 21 juin. Il succède à Monique F. Leroux et Maurice Tanguay.

Lévis obtient gain de cause contre un propriétaire négligent

La Ville de Lévis a obtenu gain de cause devant la Cour supérieure dans le dossier qui l’opposait au propriétaire du bâtiment situé au 281 de la rue Saint-Joseph. Une action avait été intentée en raison de l’état de «délabrement général» du bâtiment et du terrain.

La Chaudière-Appalaches ouvre ses champs au public

C’est aujourd’hui qu’a eu lieu le lancement officiel de l’autocueillette des petits fruits dans la région de la Chaudière-Appalaches. Bien qu’en retard de quelques jours en comparaison aux années précédentes, la saison s’annonce dans la normale.