Camille Grondin, Martine Grenier, Justine Bourassa, William Dorais, Justine Talbot et Alexandre De Grandpré.

Dans la tradition d’une longue pratique des arts au sein de l’établissement scolaire, les élèves se préparent à donner trois représentations de l’opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon, les 12, 13 et 14 avril. L’occasion de découvrir ou redécouvrir cet indémodable succès dans une version inédite.

«C’est du jamais vu pour Starmania, prévient le metteur en scène, Alexandre De Grandpré qui a déjà travaillé sur ce spectacle, dans un  autre cadre avec l’opéra de Québec. Ce n’est pas quelque chose qu’on a copié!» Quelques décors ont tout de même été donnés par l’institution lyrique. Pour autant, la mise en scène, les arrangements et les chorégraphies ont été créés par les équipes artistiques, techniques ainsi que les artistes de la version lévisienne de l’opéra-rock. 

La passion entre les arts de la scène et le Collège de Lévis n’a pas attendu les trois histoires d’amour racontées dans Starmania pour naître. En remontant dans les archives jusqu’en 1860, on découvre que l’établissement faisait déjà la part belle aux spectacles, pièces de théâtre et autres opérettes. 

Depuis l’an 2000, les comédies musicales ont pris la relève afin de donner à nouveau l’opportunité aux jeunes de faire leur apprentissage de la scène. Encadrés par des professionnels, ils révèlent leurs talents dans des projets d’envergure et donnent le meilleur d’eux-mêmes. 

«Des enseignants et des élèves se sont joints, passionnés par leur domaine d’art. Ils ne voulaient pas juste faire chacun leur petit spectacle de danse, de musique, de théâtre, de chant, raconte Martine Grenier, chorégraphe pour Starmania et  enseignante en danse. C’est un complément, car on va chercher plus loin, et une passion. Les jeunes sont impliqués et on leur amène quelque chose en plus. À un moment, on s’est regroupé pour faire une comédie musicale, puis une autre et encore une.» 

Comprendre les enjeux

Le choix du moment ne pouvait pas mieux tomber, puisque l’opéra-rock célèbre cette année les quarante ans de la sortie de l’album et 2019 marquera l’anniversaire de la première représentation. Starmania, c’est un monde où l’Occident n’est plus qu’un seul pays, où planent les spectres du totalitarisme et du terrorisme. Ziggy et Marie-Jeanne, Zéro Janvier et Stella Spotlight, Cristal et Johny, dans ces trois histoires d’amour les personnages se rencontrent, s’affrontent et se révèlent, témoins du mal-être et des espoirs de leur vie.

«Il faut mettre les pièces dans un contexte d’école secondaire. On fait attention à l’interprétation des choses qui sont plus matures. On leur explique ce qui est véhiculé, sans tout enlever ni dénaturer l’histoire. On parle, comme il faut, des vrais enjeux de cette comédie musicale, mais en expliquant le contexte. Comment ç’a été créé, ce que nous on veut faire ressortir. Ça reste pédagogique», observe Martine Grenier.

Les billets pour les représentations des 12, 13 et 14 avril sont en vente au 418 833-1249 (poste 139) et au Centre d’éducation physique du Collège (CEP Alphonse-Levasseur).

Une troupe de 32 artistes sur scène

En plus des solistes, la distribution comprend 20 danseuses. Avec eux, huit techniciens, deux régisseurs, le metteur en scène, la chorégraphe, le directeur musical Michel Aubert, sans oublier leurs assistants et toutes les personnes en charge des décors, des costumes et autres ingrédients du spectacle contribuent à sa création.

Il interprète Johny Rockfort. À 15 ans, William Dorais s’est découvert une passion pour la comédie musicale, après avoir participé à la précédente production du collège. C’est seulement à la suite des auditions qu’il a commencé les cours de chant et ne veut désormais  plus quitter la scène. «J’ai tellement aimé ce stress que je ne voulais pas arrêter de le ressentir. Plus les pratiques avancent, plus la passion grandit. C’est une occasion unique et une chance qui est formidable», s’enthousiasme-t-il. 

Quant à Justine Talbot, qui s’est glissée dans la peau de Ziggy, elle a découvert un autre côté d’elle-même dans ce rôle. «Mon personnage, il est l’fun. Il est extraverti. Il veut tout le temps être partout. C’est comme un autre côté de moi que je peux présenter sur scène. Je saute sur des tables, je cours sur la scène, je ne pensais jamais faire ça», s’étonne-t-elle ravie. 

Une grande partie des chansons ont une chorégraphie qui leur est associée. «Plutôt que d’avoir une personne toute seule qui chante, nous, on bouge en arrière. On ajoute beaucoup d’énergie. On ne fait pas juste danser, on fait partie de la mise en scène. Les danseuses sont souvent les Étoiles noires de Johny Rockfort. On le suit, on l’entraîne, on réagit à ce qui se passe», complète la danseuse Justine Bourassa.

Les plus lus

CJMD compte 80 % d’auditeurs supplémentaires

L’an passé, la radio de Lévis CJMD 96,9 a vu arriver de nouvelles voix sur ses ondes, une nouvelle antenne se construire et le nombre d’auditeurs augmenter. En somme, 2017 a été une belle année, même s’il reste encore beaucoup de travail à faire selon l’équipe.

Les vidéos d’Un gars de golf autour du monde

Après un périple du côté du sud-ouest des États-Unis, le Lévisien Frédéric Raymond a lancé sa websérie Les Aventures de Fred – Saison 1, en mars dernier. Le jeune homme voit la suite de son projet d’un bon œil.

La troupe Flip participe à World Of Dance sur NBC

À partir du 29 mai, la deuxième saison de la compétition de danse internationale sera diffusée sur la chaîne américaine. Après avoir réussi les auditions, les danseuses du studio lévisien District.Mao feront face au jury lors des qualifications, présentées en trois épisodes.

Blais se lance en politique provinciale

Ancien candidat indépendant à la mairie de Lévis lors des élections municipales de 2013, Stéphane Blais a effectué dans les derniers mois un retour en politique active. Depuis janvier, le résident de Saint-David est le chef de Citoyens au pouvoir du Québec (CAPDQ), formation auparavant dirigée par le syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier.

Une équipe de District.Mao remporte Hit The Floor 2018

Après sa victoire à Gatineau, l’équipe lévisienne The Young Cast a remporté la première place du Showcase All-Stars, lors de la compétition qui a rassemblé plus de 20 000 passionnés de danse, un record, du 17 au 21 mai au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Une précieuse première pour Daniel Gosselin

Culturiste depuis quelques années, le Lévisien Daniel Gosselin a vécu un moment inoubliable le 20 mai dernier à Québec. Lors du championnat Québec open de l’est de l’Association des physiques québécois (APQ), l’homme de 39 ans a remporté sa première médaille d’or dans la discipline, dans la catégorie Culturiste – Moyen (jusqu’à et incluant des athlètes pesant 80 kg).

Disparition d'une fillette à Saint-Jean-Chrysostome : elle a été retrouvée

Une importante opération policière du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL), avec l'assistance de la Sûreté du Québec (SQ), s'est déroulée, cet après-midi, dans le secteur rural de Saint-Jean-Chrysostome afin de retrouver une fillette de 3 ans portée disparue en milieu d'après-midi. Heureusement, la jeune fille a finalement été retrouvée saine et sauve vers 17h35.

Serge Léveillé nous a quittés

Bien connu à Saint-Henri et dans le Grand Lévis pour ses implications sociales, l'homme d'affaires bellechassois Serge Léveillé s'est subitement éteint dans la nuit de vendredi à samedi.

Un organisme pour rendre service à la population féline

Un premier organisme souhaitant enrayer la surpopulation de chats communautaires (NDLR : errants) vient tout juste de voir le jour à Lévis et déjà Lise Miville, cofondatrice de l’Organisme pour la protection des chats (OPC), annonce plusieurs projets à venir.

Le corps de Mathieu Dufour retrouvé

Vers 16h30, hier, les enquêteurs du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) et de la Sûreté du Québec (SQ) ont retrouvé le corps de Mathieu Dufour dans un boisé du secteur Saint-Rédempteur. L’homme de 79 ans manquait à l’appel depuis le 18 mai dernier.