Anne-Sophie Landry a développé des ressources personnelles pour faire face à l’anxiété.

Pour des difficultés liées à l’anxiété, Anne-Sophie Landry a consulté plusieurs spécialistes sans trouver la réponse à ses besoins. Inscrite sur la liste d’attente pour être prise en charge au CLSC de Lévis, elle a participé à un projet pilote de thérapie de groupe dans lequel elle a trouvé sa solution.

À lire aussi : La force du groupe avec un traitement individuel

Quand elle reçoit la proposition du centre local de services communautaires (CLSC) de Lévis pour suivre une thérapie de groupe proposée par deux psychologues, dans le cadre d’un projet pilote mis à l’essai pendant un an, la jeune femme reste sceptique. Parce que c’est en groupe, elle s’inquiète du jugement des autres, mais décide d’essayer malgré tout.

«Je me suis dis que, si cette proposition s’offrait à moi, je devais l’essayer. J’allais voir ce que ça allait donner et, dans le pire des cas, j’allais juste arrêter. Heureusement, ç’a été bénéfique, reconnaît-elle. Tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne peut pas se forger une idée.»

Alors qu’elle n’avait «jamais trouvé quelque chose qui répondait à 100 % à [ses] besoins, Anne-Sophie se dit agréablement surprise de l’expérience qu’elle a vécue. Elle, qui avait cogné à une porte, ne s’attendait pas à ce qu’une autre s’ouvre à elle.

«La première fois, j’étais un peu anxieuse à l’idée. Mais je m’en allais à la bonne place pour l’anxiété, raconte-t-elle avec une note d’humour. Ce qui m’a plu, c’est, en écoutant les autres parler, de voir que tous nos problèmes quotidiens se ressemblent.»

Écoutée sans être jugée

Dans le groupe, Anne-Sophie se sent écoutée sans être jugée. Moins seule face à sa réalité, elle la partage désormais avec d’autres. Et, dans les témoignages, elle se reconnaît. Au fil des séances, un lien de confiance s’établit entre les participants ainsi qu’avec les intervenants, ce qui permet à chacun d’aller toujours plus loin dans son cheminement.
«Peu importe notre âge, notre situation, notre domaine professionnel, les problématiques tournent toujours autour des mêmes éléments. On avait quelque chose à s’apporter, chacune des personnes présentes dans le groupe», poursuit-elle.

Les séances hebdomadaires de deux heures débutent par des explications plus théoriques sur les mécanismes psychologiques à l’œuvre dans les situations vécues par les participants, puis un moment est dédié à la relaxation, et le temps est partagé entre les personnes qui souhaitent s’exprimer.

S’encourager

«Au cours des partages, il y avait de la place pour des interactions. Les spécialistes nous relançaient et en tant qu’autres participants, on pouvait dire ce qu’on pensait, soit des encouragements, soit des confrontations, des conseils ou juste se dire, bravo et continu.»

Au début de chaque rencontre, chacun remplit un questionnaire pour évaluer son état d’esprit.

«Je donnais de plus en plus des réponses positives. Comparativement au début, les psychologues me disaient aussi : ‘‘On voit que tu es sur une bonne lancée’’. Quand j’y allais, j’avais juste du positif à dire sur ma semaine. Je me suis dit que j’étais prête à céder ma place à quelqu’un qui allait en avoir besoin à son tour.»

Si le projet pilote coure sur un an, les patients sont libres de participer le nombre de fois souhaitées et de choisir la date de leur départ, qu’ils doivent annoncer, avant de venir à la dernière séance.

Au final, ce suivi a permis à Anne-Sophie de mieux contrôler son anxiété, au delà de la médication. «Ç’a m’a encouragé à ne pas hésiter à parler quand il y a, par exemple, des scénarios catastrophes dans ma tête. Il n’y avait aucun jugement, alors d’exprimer ça faisait me sentir plus légère», conclut-elle.

Désormais, armée de ses trucs et du mot Respirer, qu’elle a même inscrit sur sa peau, la jeune femme trace sa route et envisage l’avenir avec détermination.

Les plus lus

Le Festivent a son propre zoo d’animaux exotiques

Le 36e Festivent Ville de Lévis a apporté quelques modifications à ses installations afin d’améliorer l’expérience de ses visiteurs. Parmi celles-ci, on retrouve l’aménagement d’un zoo dans la cour de l’École de l’Alizé et la réunion des services alimentaires au centre du site.

Kaïn joue à guichet fermé au Festivent

Le passage de Kaïn au Festivent, le 3 août en soirée, a provoqué un rassemblement d’une telle ampleur que les guichets ont fermé leurs portes quelques minutes avant le spectacle. C’est sur la scène Hydro-Québec que le groupe, maintenant devenu trio, a livré une performance à son image, c’est-à-dire festive, amicale et réconfortante.

La troupe DM Nation danse Les Colocs

Après s’être faite remarquer sur des scènes internationales, la troupe de danse DM Nation de l’école lévisienne District.Mao ne cesse de repousser ses limites. Depuis le 18 juillet, ce sont 10 danseuses qui partagent la scène de l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières avec le Cirque du Soleil, à l’occasion du spectacle hommage aux Colocs, Juste une p’tite nuite.

Une institution beaumontoise célèbre ses 35 ans

Cette année, les propriétaires du bar Fenil Bleu de Beaumont, Renald Demers et Constance Berthiaume, célèbrent un cap bien important de leur bébé. En effet, ils sont à la tête de cette institution bellechassoise depuis maintenant 35 ans.

Rendre le vélo de montagne accessible

Depuis sa fondation en mai 2017, Sentiers Vélo Lévis (SVL) s’est fixé comme objectif de développer le sport du vélo de montagne sur le territoire de la ville de Lévis. Pour ce faire, l’équipe de SVL mise d’abord sur l’accessibilité du sport.

Le Metalelujah Fest de retour

Un an plus tard, âgé maintenant de 13 ans, Justin Caron revient avec la seconde édition du festival de métal qu’il a créé. Le Metalelujah Fest se tiendra cette fois sur la Rive-Sud au Fenil Bleu à Beaumont, les 10 et 11 août. Au total, 13 groupes sont à l’affiche lors des deux soirées.

Sim Diamond fait sa marque

Le guitariste de Lévis Simon Provost, aussi connu sous le nom de Sim Diamond, a lancé le 26 mai dernier le premier album de son nouveau projet solo Universal Minds. De plus, il a participé, en avril, à une webréalité musicale diffusée sur BangerTV depuis le 23 juillet.

Le SPVL recherche le suspect d’une tentative de vol

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) recherche activement le suspect d’un vol qualifié survenu le 20 juillet dernier, à la banque CIBC du 5300, boulevard Guillaume-Couture, à Lévis. Le SPVL invite la population à garder l’œil ouvert.

La SQDC dévoile l’emplacement de la succursale de Lévis

La Société québécoise du Cannabis (SQDC) a dévoilé que sa succursale de Lévis aura pignon sur rue au 95, route du Président-Kennedy. L'information a été confirmée par le service des relations de presse de la SAQ.

Robby Johnson livre la marchandise malgré la pluie

Pour le premier spectacle à saveur Country de son histoire, Festivent Ville de Lévis a fait appel au chanteur beauceron Robby Johnson le 4 août. Malgré que la pluie se soit invitée au courant de la soirée, une foule moins nombreuse, mais très intense a fait vibrer le parc Champigny.