Anne-Sophie Landry a développé des ressources personnelles pour faire face à l’anxiété.

Pour des difficultés liées à l’anxiété, Anne-Sophie Landry a consulté plusieurs spécialistes sans trouver la réponse à ses besoins. Inscrite sur la liste d’attente pour être prise en charge au CLSC de Lévis, elle a participé à un projet pilote de thérapie de groupe dans lequel elle a trouvé sa solution.

À lire aussi : La force du groupe avec un traitement individuel

Quand elle reçoit la proposition du centre local de services communautaires (CLSC) de Lévis pour suivre une thérapie de groupe proposée par deux psychologues, dans le cadre d’un projet pilote mis à l’essai pendant un an, la jeune femme reste sceptique. Parce que c’est en groupe, elle s’inquiète du jugement des autres, mais décide d’essayer malgré tout.

«Je me suis dis que, si cette proposition s’offrait à moi, je devais l’essayer. J’allais voir ce que ça allait donner et, dans le pire des cas, j’allais juste arrêter. Heureusement, ç’a été bénéfique, reconnaît-elle. Tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne peut pas se forger une idée.»

Alors qu’elle n’avait «jamais trouvé quelque chose qui répondait à 100 % à [ses] besoins, Anne-Sophie se dit agréablement surprise de l’expérience qu’elle a vécue. Elle, qui avait cogné à une porte, ne s’attendait pas à ce qu’une autre s’ouvre à elle.

«La première fois, j’étais un peu anxieuse à l’idée. Mais je m’en allais à la bonne place pour l’anxiété, raconte-t-elle avec une note d’humour. Ce qui m’a plu, c’est, en écoutant les autres parler, de voir que tous nos problèmes quotidiens se ressemblent.»

Écoutée sans être jugée

Dans le groupe, Anne-Sophie se sent écoutée sans être jugée. Moins seule face à sa réalité, elle la partage désormais avec d’autres. Et, dans les témoignages, elle se reconnaît. Au fil des séances, un lien de confiance s’établit entre les participants ainsi qu’avec les intervenants, ce qui permet à chacun d’aller toujours plus loin dans son cheminement.
«Peu importe notre âge, notre situation, notre domaine professionnel, les problématiques tournent toujours autour des mêmes éléments. On avait quelque chose à s’apporter, chacune des personnes présentes dans le groupe», poursuit-elle.

Les séances hebdomadaires de deux heures débutent par des explications plus théoriques sur les mécanismes psychologiques à l’œuvre dans les situations vécues par les participants, puis un moment est dédié à la relaxation, et le temps est partagé entre les personnes qui souhaitent s’exprimer.

S’encourager

«Au cours des partages, il y avait de la place pour des interactions. Les spécialistes nous relançaient et en tant qu’autres participants, on pouvait dire ce qu’on pensait, soit des encouragements, soit des confrontations, des conseils ou juste se dire, bravo et continu.»

Au début de chaque rencontre, chacun remplit un questionnaire pour évaluer son état d’esprit.

«Je donnais de plus en plus des réponses positives. Comparativement au début, les psychologues me disaient aussi : ‘‘On voit que tu es sur une bonne lancée’’. Quand j’y allais, j’avais juste du positif à dire sur ma semaine. Je me suis dit que j’étais prête à céder ma place à quelqu’un qui allait en avoir besoin à son tour.»

Si le projet pilote coure sur un an, les patients sont libres de participer le nombre de fois souhaitées et de choisir la date de leur départ, qu’ils doivent annoncer, avant de venir à la dernière séance.

Au final, ce suivi a permis à Anne-Sophie de mieux contrôler son anxiété, au delà de la médication. «Ç’a m’a encouragé à ne pas hésiter à parler quand il y a, par exemple, des scénarios catastrophes dans ma tête. Il n’y avait aucun jugement, alors d’exprimer ça faisait me sentir plus légère», conclut-elle.

Désormais, armée de ses trucs et du mot Respirer, qu’elle a même inscrit sur sa peau, la jeune femme trace sa route et envisage l’avenir avec détermination.

Les plus lus

La folie du pot légal gagne la région

Dès l'entrée en vigueur de la loi fédérale légalisant la consommation du cannabis et conformément à l'encadrement provincial (loi 157), la Société québécoise du cannabis (SQDC) a ouvert aujourd'hui ses douze points de vente, dont celui de Lévis situé au 95, route du Président-Kennedy, et d'un site Web transactionnel. Comme ailleurs au Québec, ce moment était fort attendu dans la région puisqu'une ...

Les Aidants scolaires entrent au CPE

À la Coquinerie, l’une des installations du CPE le Vire-Crêpe, des bénévoles du Mouvement des aidants scolaires sont présents aux côtés des éducatrices pour les aider à répondre aux besoins des enfants, comme enfiler un manteau, ou donner de l’attention supplémentaire à un petit en lui lisant une histoire. Testé pendant un an, ce projet pilote pourrait ensuite être étendu.

Imbattables ces Chevaliers

Les Chevaliers de la Ligue de hockey midget AAA du Québec étaient à l’action les 5 et 7 octobre dernier. Probablement la fin de semaine d’activités la plus éprouvante depuis le début du calendrier, puisqu’ils affrontaient les Cantonniers à Magog, invaincus avant le passage de la formation lévisienne, le 5 octobre, et les Vikings de Saint-Eustache, le 7 octobre. La troupe de l’entraîneur Mathieu Tu...

Projet d’hôtellerie hospitalière : demande de démolition acceptée

Les résidences situées 15 rue Charles-Édouard et 36 rue Montcalm pourront finalement être démolies pour laisser place à un projet d’hôtellerie hospitalière voulu par Dessercom en prévision de l’ouverture du centre de cancérologie à l’Hôtel-Dieu de Lévis, a tranché le conseil municipal dans une décision rendue le 24 septembre lors de la séance ordinaire.

Campagne Centraide : tomber et se relever

Le lancement de la campagne de la Ville de Lévis au profit de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches, c’est bien sûr des objectifs chiffrés, mais c’est aussi l’occasion d’entendre témoigner ceux, organismes comme bénéficiaires, qui reçoivent un soutien. D’usager à président d’Aux Quatre vents, c’est son parcours pour s'en sortir qu’a raconté Carl Sansfaçon.

Sondage Journal de Lévis/CJMD 96,9 FM : appuis massifs pour Paradis et Picard

Selon un sondage Axiome marketing/Imago Agence de communication pour le compte du Journal de Lévis et de CJMD 96,9 FM, les députés sortants et candidats de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Lévis et Chutes-de-la-Chaudière, François Paradis et Marc Picard, voguent aisément vers une réélection.

Une saison qui promet pour les Commandeurs

Les Commandeurs du Collège de Lévis entament leur saison les 5 et 6 octobre prochains. Évoluant dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), les formations M17 et M18 sont jeunes, mais prometteuses. Claude Boivin, entraîneur-chef des M18, est confiant pour la campagne 2018-2019 des Commandeurs.

L'urgence de Paul-Gilbert fermera à 19h dès le 3 novembre

Par voie de communiqué, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a annoncé, le 18 octobre, qu'il modifiera «temporairement» les heures d’ouverture de l’urgence du Centre Paul-Gilbert le soir dès le 3 novembre, et ce, «pour une période indéterminée». Désormais, les services médicaux seront offerts sept jours sur sept, de 7h à 19h.

Des Chevaliers encore imbattables

Les Chevaliers de Lévis n’ont toujours pas été vaincus en ce début de saison dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec, un exploit égalé par les Cantonniers de Magog. Alors que la formation lévisienne entamait la séquence la plus compétitive de son calendrier depuis le début de la saison. La troupe de Mathieu Turcotte a remporté ses duels face aux Lions du Lac Saint-Louis et du Rousseau-Royal d...

Un premier Défi Chaîne de vie en Chaudière-Appalaches

C’est le dimanche 14 octobre prochain qu’aura lieu au Mont Orignal, à Lac-Etchemin, la première édition régionale du Défi Chaîne de vie. Grâce à cet événement, les citoyens de la Chaudière-Appalaches pourront prendre part chez eux à cette activité visant à promouvoir le don d’organes.