Samuel Roy et Luca Jalbert ont créé le trimestriel lévisien. CRÉDIT : COURTOISIE

Un nouveau magazine de bande dessinée d’épouvante et de fantastique est né. Trimestriel d’une trentaine de pages, Ça fout la chienne est piloté par Samuel Roy à l’écriture et Luca Jalbert au dessin. Le premier numéro vient de sortir.

Avec son allure vintage des années 80 et 90, le magazine s’inscrit dans la veine des comics américains Les Contes de la crypte et le Creepshow et rappelle les romans jeunesse d’épouvante. «J’ai grandi avec les Chairs de poule, les Frissons, dans cette ambiance-là quand j’étais jeune. J’avais envie de retrouver ça», raconte Luca.

L’idée est partie de quelques traits à la mine de plomb publiés sur les réseaux sociaux.  «J’ai commencé à m’amuser à faire des dessins aux allures d’épouvante, mettant en scène des jeunes», se rappelle le bédéiste. Le style plaît et le succès ne se fait pas attendre. Luca se dit qu’il pourrait bien en faire quelque chose. 

L’idée d’un magazine germe dans sa tête. Il en parle avec son complice Samuel Roy. Lui écrit et devient la personne toute désignée pour mettre en mots les histoires.

«J’écris depuis assez longtemps et j’aime le style. J’ai pensé à ma jeunesse, quand j’étais abonné à des magazines et ça m’a vraiment intéressé d’en faire un. Si on peut enlever une coupe de tablettes et de téléphones des mains des jeunes avec ça», espère-t-il.

Un magazine participatif

Faire dessiner les jeunes. Voilà l’une des idées des créateurs. L’invitation sera lancée aux lecteurs à chaque numéro. Ils pourront participer à un concours pour voir leurs textes ou dessins être publiés et participer à la création du magazine. «J’ai envie de travailler avec les jeunes, précise Luca Jalbert. C’est fait par et pour les jeunes.» 

Il suffit d’envoyer les réalisations par courrier ou par message électronique et de joindre une copie numérique du dessin. Avec le premier numéro envoyé aux écoles qui s’abonnent, se trouve même une planche type du magazine, mais laissée blanche, qui peut être reproduite et distribuée pour que chacun y crée sa propre histoire. 

Inspiré du quotidien

 Dans les histoires, Samuel Roy veut raconter des moments de la vie des jeunes en y glissant quelques frissons. Une des histoires racontées se passe d’ailleurs dans une classe.

«Je veux que le jeune qui est assis dans une classe se dise : ‘‘Attends un peu, j’ai déjà lu quelque chose et c’est ça qui se passait au début. Tout était normal, mais ça a viré.’’ Je vais prendre des petits aspects de leur quotidien et essayer de pimenter ça avec une touche horreur.» Un peu à la manière de Stephen King, l’une de leur référence en la matière.

Les deux créateurs se remémorent leurs jeunes années quand ils ont découvert les films d’horreur.

«C’était le gros trip. On aimait ça en regarder et puis on en mangeait.» Jouer à se faire peur, un plaisir plus facile à trouver sur une pellicule qu’une page imprimée. «Il y avait des revues à l’école, mais il n’y avait pas tant de choses plus horreur, du côté de ce qui intéresse les jeunes.»

Et puisque le style leur plaît, autant avoir une publication de leur âge pour en profiter. «Avec l’horreur, il y a un petit challenge que les jeunes aiment bien. Alors si on peut les accrocher avec ce qu’ils aiment.»

En plus du magazine, une websérie sera mise en ligne chaque mois à laquelle les jeunes pourront participer.

«C’est vraiment cool de travailler avec eux, parce qu’ils ne sont pas englués dans une façon de travailler parce qu’ils ont fait le conservatoire. Ils ne sont pas entrés dans un rôle à se dire il faut que je joue de telle façon. Ils jouent et c’est vrai», remarque Luca Jalbert. «C’est surprenant», complète Samuel Roy. 

Les plus lus

Tempête en vue pour la région

Dame Nature se déchaînera au cours des prochaines heures selon les prévisions d'Environnement Canada. Le service météorologique fédéral a notamment émis un avertissement d'onde de tempête pour Lévis et Bellechasse.

La Ressourcerie inaugure son deuxième point de service

Dans le cadre des Semaines de l’économie sociale en Chaudière-Appalaches, la Ressourcerie de Lévis a inauguré, le 14 novembre, son deuxième point de service en présence d’une centaine d’invités, dont le maire de Lévis Gilles Lehouillier et le député fédéral Jacques Gourde. En plus de continuer de le faire à son magasin du quartier Lévis, l’entreprise d’économie sociale lévisienne offrira dès le 20...

Stages non rémunérés : le mouvement de contestation gagne Lévis

Une cinquantaine d’étudiants du baccalauréat en travail social du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a manifesté, toute la journée du 21 novembre, afin de protester contre la non-rémunération des stages qu’ils doivent suivre pendant leur parcours universitaire.

Un métro pour Québec et Lévis?

Le collectif J’y vais en métro souhaite raviver le débat du projet de transport en commun structurant de Québec. Le collectif souligne le manque de vision du projet du tramway de Québec et désire inclure Lévis dans ce projet. Jacques Vandersleyen, chargé de cours au campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et membre du collectif, croit que «le tramway est un beau projet, mais ce...

Une nouvelle clinique spécialisée à Lévis

La Clinique Parcours Santé a récemment ouvert ses portes à Lévis, rue Saint-Georges. Les psychologues, Joanie Mercier et Marie-Hélène Savard, accompagnent leurs patients dans l’objectif d’améliorer leur santé. Leurs interventions peuvent porter sur l’adoption de saines habitudes de vie ou apporter du soutien face à un problème de santé.

Quartier des Constellations : entente de principe entre les deux parties

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 30 novembre, qu'une entente de principe est survenue entre la municipalité et le Regroupement des citoyens du secteur des Constellations. Le pacte permettra de mettre un terme à l’action collective qui concernait le développement du quartier des Constellations à Saint-Jean-Chrysostome, où plusieurs maisons ont été endommagées par des affaisse...

7 M$ pour six entreprises manufacturières de la région

La tournée de l’Initiative manufacturière Investissement Québec s’est arrêtée à Lévis ce 16 novembre pour annoncer des contributions financières totalisant 7 012 300 $ à six entreprises de la région, dont Cuisine Moris Collection, de Saint-Romuald, Moulexpert et Précinov, de Lévis, afin de les soutenir dans leurs projets d’innovation.

Semaine de la généalogie : à la découverte d’arbres différents

C’est du 17 au 24 novembre que la Semaine nationale de la généalogie se tiendra partout au Québec, dont à Lévis. Dans le cadre de cet événement, la Société de généalogie de Lévis proposera aux gens de la région de découvrir des branches originales de la discipline historique.

Flip en demi-finale de Révolution

La troupe féminine Flip de l'école de danse lévisienne District.Mao poursuit son parcours de rêve au concours de danse Révolution. En effet, les neuf Lévisiennes se sont qualifiées pour la demi-finale de l'émission présentée sur les ondes de TVA.

Lévis invite à vivre son courant

C’est en présence de plus de 800 personnes que la Ville de Lévis a dévoilé en grande pompe, le 21 novembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, son nouveau positionnement stratégique. Grâce à sa nouvelle image Vivez le courant Lévis, l’administration Lehouillier désire faire rayonner le territoire «au-delà de ses frontières».