CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

En préparation des prochaines négociations pour de nouvelles conventions collectives qui viennent à échéance le 31 mars 2020, les syndicats des employés de soutien des commissions scolaires de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale ont lancé une tournée de consultation auprès de leurs membres.

À la suite de cette tournée, les syndicats ont constaté un essoufflement marqué auprès des employés de soutien. Qu’ils soient éducateurs spécialisés, concierges, surveillants d’élèves, préposés aux élèves handicapés, travailleurs auprès du service de garde, de la bibliothèque ou au soutien administratif, tous s’entendent pour dire que les conditions de travail sont de plus en plus difficiles et même hostiles.

En effet, le nombre d’actes de violence auprès du personnel n’a jamais été aussi élevé. «C’est sûr que le fait que nos employés n’ont pas beaucoup d’heures fait en sorte qu’ils ne font qu’éteindre des feux plutôt que faire de la prévention. Il nous manque cette étape pour que les intervenants auprès des élèves fassent un travail efficace. On ne pourra jamais la réaliser si nous n’avons pas plus d’heures à donner à ces employés», affirme Annie Charland, présidente du secteur scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN).

Les représentantes des syndicats des employés de soutien des commissions scolaires des Découvreurs, de la Côte-du-Sud et des Appalaches constatent que la moitié de leurs membres ne peuvent travailler qu’une vingtaine d’heures ou moins à cause des budgets serrés des établissements scolaires publics.

Des conditions de travail de plus en plus difficiles

«On dénote un essoufflement chez le corps enseignant, mais aussi chez les employés de soutien, mais ça, on en parle moins. Ce qu’on demande, c’est un réinvestissement massif du ministère de l’Éducation pour diminuer la précarité d’emplois, offrir des postes à temps plein et le support nécessaire pour permettre un meilleur suivi auprès des élèves», lance Josée Chamberland, présidente du syndicat du personnel de soutien à la Commission scolaire des Appalaches.

Annie Charland a constaté que cette réalité est partagée non seulement entre les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, mais dans l’entièreté de la province.

Cette situation devient de plus en plus apparente et problématique selon la présidente du syndicat du personnel de soutien à la Commission scolaire les Découvreurs, Isabelle Larouche. «Quand on commence à perdre des employés qui ont 10, 12, 15, 18 ans d’expérience auprès de notre commission scolaire et qui ont de bonnes conditions de travail, c’est là qu’on s’inquiète. Certains se sentent désabusés par le système parce qu’ils n’ont pas de ressources et décident de quitter», ajoute-t-elle.

Le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches représente plus de 3 000 employés de soutien sur son territoire. Les syndicats déposeront leurs demandes de négociation le 30 octobre prochain. Mme Charland souhaite que les employés de soutien des commissions scolaires ne soient pas oubliés dans le prochain budget du gouvernement caquiste.

Leurs demandes seront précises et concises rassure la présidente du secteur scolaire de la FEESP-CSN. «On ne se cachera pas que depuis qu’il y a eu des coupures importantes dans les commissions scolaires, ce sont les employés de soutien qui en ont souffert les premiers. Nos membres sont inquiets, car on ne sait pas ce qui va se passer avec ce nouveau gouvernement qu’on ne connait pas du tout. C’est certain qu’on aimerait aller chercher un meilleur salaire pour nos membres. On perd des employés, car le privé offre des salaires bien plus concurrentiels», conclut-elle.

Les plus lus

Effondrement d'une partie de la toiture au Metro Plus de Saint-Étienne

Selon notre partenaire SPIL.ca, une partie de la toiture de l'épicerie Metro Plus de Saint-Étienne-de-Lauzon se serait effondrée.

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

Nouvelle tempête en vue sur le Grand Lévis

L'hiver n'a toujours pas dit son dernier mot. Une tempête frappera de nouveau le Québec demain et mercredi. Et les secteurs de Lévis, Bellechasse et Saint-Lambert-de-Lauzon seront touchés.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Tempête : plusieurs routes fermées

Par le biais d’un communiqué, la Ville de Lévis a annoncé la fermeture de plusieurs rues et artères de la région en raison de la tempête qui sévit actuellement, le 20 janvier.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Conseil en bref : de nouveaux jeux d'eau à Lévis

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 11 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Nouvelle tempête en vue sur la région

Environnement Canada a émis un avertissement de tempête hivernale en vigueur pour les secteurs de Lévis, Bellechasse et Saint-Lambert-de-Lauzon.

Le Service d’entraide dans le besoin à Saint-Nicolas

Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas est à la recherche de nouveaux locaux et de financement à la suite d’un avis de non-renouvellement de l’entente d’occupation qui les liait avec le Conseil de fabrique de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Lévis. L’organisme à but non lucratif (OBNL) a reçu une lettre le 22 décembre dernier leur demandant de quitter les locaux du sous-sol de l’église de Sa...