CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le déménagement prochain des activités de Parachutisme Atmosphair de l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome à celui de Pintendre ravive les inquiétudes des opposants face au bruit. L’école possède un certificat d’exploitation en règle délivré par Transport Canada.

C’est la troisième fois qu’une école de parachutisme tente de s’installer à Pintendre. Depuis 2012, des citoyens et la Ville de Lévis veulent faire cesser les activités de parachutisme à cet endroit.

Parce que la pratique du parachutisme est prohibée par les règlements de zonage et de lotissement de ce secteur à la fois résidentiel et agricole, la Ville de Lévis a exigé à maintes reprises que ce sport extrême quitte définitivement l’aérodrome. 

Sauf que les activités aériennes font partie  de la compétence fédérale et sont permises par la Loi sur l’aéronautique. Quand est-il du parachutisme? La Ville de Lévis veut faire reconnaître qu’elle peut utiliser le zonage de la ville pour interdire cette activité dans le secteur.

En septembre 2015, la Ville avait remporté une première bataille devant la Cour municipale. Le juge avait reconnu que les activités de parachutisme ne rentraient pas dans le cadre des usages permis par les règlements municipaux. 

La municipalité poursuit depuis sa croisade devant les tribunaux afin de faire appliquer ses règlements pour interdire les activités de parachutisme. Le dossier qui oppose la Ville à l’aérodrome de Pintendre se trouve présentement à l’étude devant la Cour suprême du Canada, après que la Cour supérieure puis la Cour d’appel ont déclaré inapplicable constitutionnellement le règlement invoqué.

Lehouillier monte au front

«C’est tolérance zéro!», a lancé Gilles Lehouillier. Le maire a indiqué que son administration avait informé l’entreprise Parachutisme Atmosphair que la municipalité avait l’intention de faire appliquer sa réglementation.

«Tant et aussi longtemps que les tribunaux n’auront pas tranché, on va s’assurer que notre réglementation est respectée. On tient à mettre en garde tout organisme qui pourrait s’y installer. On n’est pas contre les aérodromes, mais notre objectif est d’être capable de déterminer les usages au sein de ces aérodromes», a-t-il rappelé.

Après un appel lancé à la ministre des Transports du Canada en 2015 afin d’interdire la modification des activités de l’aérodrome, le maire de Lévis c’est de nouveau adressé au ministère des Transports ainsi qu’au ministère des Affaires intergouvernementales (fédéral).

«Je leur demande de préserver la cohabitation des compétences municipales, provinciales et fédérales, et de défendre ainsi la compétence des municipalités à réglementer les usages sur leur territoire en matière de parachutisme. La Ville ne remet pas en doute la compétence fédérale en matière d’aéronautique. Toutefois, l’usage doit demeurer de compétence municipale», a soutenu le maire.

Le nombre élevé de décollages et d’atterrissages ainsi que le bruit généré par l’usage de parachutisme à l’aérodrome de Pintendre avaient provoqué l’irritation des résidents avoisinants. Plusieurs plaintes avaient été enregistrées, une pétition avait rassemblé plus de 500 signatures et les citoyens s’étaient mobilisés pour défendre leur quiétude.

Le comité citoyen Lévis sans bruit a d’ores et déjà appelé les Lévisiens à se mobiliser et à venir s’exprimer lors de la séance du conseil municipal du 23 avril.

Parachutisme Atmosphair se défend

 L’école de parachutisme estime dans une réponse écrite aux questions du Journal que ses activités nécessiteront moins de décollages que celles de ses prédécesseurs, puisque l’unique avion qui sera utilisé peut transporter plus de passagers.

«Parachutisme Atmosphair a toujours exercé (et continuera d’exercer) ses activités d’aviation selon les lois et règlements qui lui sont applicables et opérants. De plus, sans y être obligée, Parachutisme Atmosphair a proposé à la Ville de Lévis de convenir de possibles mesures d’atténuation raisonnables, mais cette dernière a jusqu’à maintenant refusé d’en discuter», est-il indiqué dans un communiqué.

L’école s’est dite prête «à dialoguer avec les parties prenantes afin de favoriser la collaboration». 

Les plus lus

Umano : 900 M$ pour un nouveau milieu de vie à Lévis

Le dévoilement du projet Umano, évalué à 900 M$, a eu lieu lundi, en la présence d’élus et de plusieurs partenaires. Le promoteur et président du Groupe CSB, Stephen Boutin, a présenté sa vision immobilière inspirée du «Live, work, shop and play» dont les sept phases, comportant plus de 2 000 unités d’habitation, devraient s’échelonner sur la prochaine décennie.

Cocité Lévis : un nouveau quartier à la tête des ponts

Le Journal a appris que le Groupe Humaco, entreprise en développement immobilier, veut développer un nouveau quartier résidentiel et commercial du côté de Saint-Nicolas à la tête des ponts. Cocité Lévis est le nouveau projet du promoteur et directeur associé chez Humaco Stratégies, David Leblond.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Barbies ouvre ses portes à Lévis

La chaîne québécoise de restaurants Barbies a ouvert son deuxième restaurant dans la région de Québec le 18 juin, à peine un an après l’ouverture du premier sur la Rive-Nord. À Lévis, la bannière s’est installée sur la route du Président-Kennedy.

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Football : deux Lévisiens parmi l’élite provinciale

Deux représentants des Corsaires de l’École Pointe-Lévy, Dylan Djeté et Thomas Lapierre, pourraient bientôt représenter le Québec lors de la Coupe Canada 2019 – MU18, disputée en juillet à Kingston en Ontario. Cette compétition permet aux meilleurs joueurs de football de moins de 18 ans de croiser le fer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.