Les trois plaintes déposées contre le maire de Lévis pour harcèlement psychologique ont été déclarées «irrecevables» par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Gilles Lehouillier aurait préféré aller «jusqu’au bout du processus».

Les plaignantes, qui avaient porté plainte contre Gilles Lehouillier pour harcèlement psychologique, ont été informées par un courrier de la CNESST de la fin de l'enquête en raison du délai de prescription qui était échu au moment du dépôt, a-t-on appris le lundi 10 juin dans un article publié par le Journal de Québec qui a obtenu une copie du courrier.

L’arrêt de la procédure fait suite à une décision du Tribunal administratif du travail (TAT). Ce dernier a jugé que le nouveau délai de prescription de deux ans, introduit par la Loi sur les normes du travail du 12 juin 2018, ne s’applique pas à des événements antérieurs pour lesquels le délai de prescription était passé. Les plaignantes ont maintenant 30 jours pour demander une révision de la décision au TAT.

Le maire se dit «déçu»

«J’étais déterminé à aller au fond des choses dans ce dossier, convaincu que les plaintes étaient non fondées, farfelues et alimentées par un sentiment de vengeance. J’avais d’ailleurs donné l’instruction à mon avocat de ne pas invoquer le délai de prescription. J’aurais préféré que le dossier continue de cheminer pour que la vérité triomphe. Cet épisode a été humainement difficile et hautement injuste», a réagi Gilles Lehouillier dans un communiqué.

«Déçu» par l’issue du dossier, le maire de Lévis estime qu’il y avait «une volonté délibérée de salir [sa] réputation». Gilles Lehouillier a affirmé, en marge du conseil municipal du 10 juin, que «les personnes qui ont porté plainte avaient déjà été avisées, déjà bien avant le début de la campagne électorale (de 2017), qu’elles ne feraient plus partie de l’équipe dans un deuxième mandat».

Le maire n’a pas souhaité s’exprimer sur les raisons de cette décision en indiquant qu’il s’agissait d’une «question de gestion interne» à la suite d’une réorganisation de son cabinet.

«Quand je suis arrivé, on assumait des fonctions à la fois administratives et politiques. Donc, on faisait une partie du travail de la direction générale, puisqu’on était en train de la reconstruire, a-t-il justifié. Dans le deuxième mandat, on avait un directeur général. Donc, j’ai modifié considérablement les fonctions de mon cabinet.»

Sans vouloir «mettre inutilement de l’huile sur le feu dans ce dossier», Gilles Lehouillier envisage de donner l’«autre côté de la médaille». Ainsi, «j’aurai à réfléchir sérieusement jusqu’où on va être prêt à aller dans ce dossier.» Toutefois, «on ne veut pas faire de ça un spectacle», a-t-il assuré.

Les plus lus

Umano : 900 M$ pour un nouveau milieu de vie à Lévis

Le dévoilement du projet Umano, évalué à 900 M$, a eu lieu lundi, en la présence d’élus et de plusieurs partenaires. Le promoteur et président du Groupe CSB, Stephen Boutin, a présenté sa vision immobilière inspirée du «Live, work, shop and play» dont les sept phases, comportant plus de 2 000 unités d’habitation, devraient s’échelonner sur la prochaine décennie.

Cocité Lévis : un nouveau quartier à la tête des ponts

Le Journal a appris que le Groupe Humaco, entreprise en développement immobilier, veut développer un nouveau quartier résidentiel et commercial du côté de Saint-Nicolas à la tête des ponts. Cocité Lévis est le nouveau projet du promoteur et directeur associé chez Humaco Stratégies, David Leblond.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Barbies ouvre ses portes à Lévis

La chaîne québécoise de restaurants Barbies a ouvert son deuxième restaurant dans la région de Québec le 18 juin, à peine un an après l’ouverture du premier sur la Rive-Nord. À Lévis, la bannière s’est installée sur la route du Président-Kennedy.

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Football : deux Lévisiens parmi l’élite provinciale

Deux représentants des Corsaires de l’École Pointe-Lévy, Dylan Djeté et Thomas Lapierre, pourraient bientôt représenter le Québec lors de la Coupe Canada 2019 – MU18, disputée en juillet à Kingston en Ontario. Cette compétition permet aux meilleurs joueurs de football de moins de 18 ans de croiser le fer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.