Au moment d’écrire ces lignes, Gervais LeBel et Jean-Pierre Canuel avaient amassé près de 10 000 $ en vue de la Marche pour vaincre la SLA. CRÉDIT : COURTOISIE

Chaque année, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) est la maladie neurologique qui cause le plus de décès au Canada. Puisqu’il n’existe toujours pas à ce jour de traitement efficace pour faire mentir les statistiques, Gervais LeBel et Jean-Pierre Canuel, tous deux atteints de la maladie, participeront à l’événement Marcher pour vaincre la SLA le 15 juin prochain au parc Victoria de Québec, dans l’espoir d’amasser des fonds pour l’avancement de la recherche scientifique.

«De plus en plus de gens sont touchés par la SLA parce que les baby-boomers vieillissent, mais il n’existe rien qui puisse empêcher l’évolution de la maladie», déplore le Lévisien de 64 ans, Gervais LeBel, dont le diagnostic est tombé il y a maintenant trois ans.

En effet, seulement dans Chaudière-Appalaches, ils sont une quarantaine à souffrir de cette maladie dégénérative qui entraîne progressivement la paralysie du corps en s’attaquant aux neurones et à la moelle épinière.

Comme l’expliquent les deux hommes, au-delà de la paralysie, c’est le deuil quotidien de son autonomie qui est lourd à accepter.

«C’est une souffrance psychologique sous-estimée que de devoir abandonner certaines activités», soutient le docteur originaire de Saint-Jean-Chrysostome, Jean-Pierre Canuel, affligé par la SLA depuis six ans.

«Toute notre vie, on se couche en pensant au lendemain, jusqu’au jour où la maladie nous enlève ce qu’on avait et qu’on pense au passé», de renchérir M. LeBel en montrant ses doigts qui ne lui obéissent plus.

Une conscientisation difficile 

Si une marche annuelle est organisée afin de sensibiliser la population aux effets dévastateurs de la sclérose latérale amyotrophique, c’est l’immobilité des instances gouvernementales qui demeure problématique, selon les deux hommes qui trouvent réconfort l’un chez l’autre.

«C’est parce qu’il manque de fonds pour la recherche au Québec et au Canada qu’elle n’avance pas. On nous dit qu’on n’a pas d’argent, mais c’est drôle quand vient le temps de dépenser pour des infrastructures inutiles les coffres débordent», s’insurge M. Canuel.

Pénurie de ressourceset de solutions 

Il était justement de passage à l’Assemblée nationale la semaine dernière à l’occasion du Mois de sensibilisation pour la SLA, avec une volonté d’interpeler les élus sur les défis quotidiens d’une personne aux prises avec une maladie neurodégénérative. La longueur des démarches d’approbation des médicaments au Québec et le dossier des proches aidants ont, entre autres, été soulevés auprès des députés.

«Le gouvernement ne veut pas payer pour les modifications techniques dans une maison, parce qu’on ne dépasse généralement pas les cinq ans après la tombée du diagnostic, ça ne servirait à rien», précise M. LeBel, qui a notamment lui-même acheté une chaise d’escalier.

Ainsi, même si l’espérance de vie des gens atteints de SLA est courte et que messieurs LeBel et Canuel sont conscients que l’horloge du temps leur enlève leur autonomie, ils affirment tous deux que le soutien de leurs proches leur permet de garder le moral et la tête hors de l’eau.

Avec le débat sur l’aide médicale à mourir qui refait surface, M. LeBel réitère qu’il ne s’agit pas pour lui d’une voie envisageable. «On nous offre l’aide médicale à mourir sur un plateau d’argent en nous la vendant comme une solution, mais moi je préfèrerais de loin qu’on trouve les moyens de nous offrir l’aide médicale à vivre.»

Vous pouvez encourager les équipes de Gervais LeBel (https://bit.ly/2WseFtO) etde Jean-Pierre Canuel (https://bit.ly/31fW3fk) en donnant. 

Les plus lus

Umano : 900 M$ pour un nouveau milieu de vie à Lévis

Le dévoilement du projet Umano, évalué à 900 M$, a eu lieu lundi, en la présence d’élus et de plusieurs partenaires. Le promoteur et président du Groupe CSB, Stephen Boutin, a présenté sa vision immobilière inspirée du «Live, work, shop and play» dont les sept phases, comportant plus de 2 000 unités d’habitation, devraient s’échelonner sur la prochaine décennie.

Cocité Lévis : un nouveau quartier à la tête des ponts

Le Journal a appris que le Groupe Humaco, entreprise en développement immobilier, veut développer un nouveau quartier résidentiel et commercial du côté de Saint-Nicolas à la tête des ponts. Cocité Lévis est le nouveau projet du promoteur et directeur associé chez Humaco Stratégies, David Leblond.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Barbies ouvre ses portes à Lévis

La chaîne québécoise de restaurants Barbies a ouvert son deuxième restaurant dans la région de Québec le 18 juin, à peine un an après l’ouverture du premier sur la Rive-Nord. À Lévis, la bannière s’est installée sur la route du Président-Kennedy.

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Football : deux Lévisiens parmi l’élite provinciale

Deux représentants des Corsaires de l’École Pointe-Lévy, Dylan Djeté et Thomas Lapierre, pourraient bientôt représenter le Québec lors de la Coupe Canada 2019 – MU18, disputée en juillet à Kingston en Ontario. Cette compétition permet aux meilleurs joueurs de football de moins de 18 ans de croiser le fer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.