Une présentation de
À la une aujourd'hui
La photographie pour traverser un deuil périnatal
Publié le 24 avril 2016 10h20

Motivée à venir en aide aux autres et amoureuse des arts, Guylaine Renaud unit ses deux passions dans un projet qui vient répondre à un grand besoin chez plusieurs parents : la photographie en deuil périnatal et parental.

Par Mariane Bergeron-Courteau
marianebergeroncourteau@journaldelevis.com

Guylaine Renaud a mis sur pied la fondation J'allume une étoile en novembre dernier, après un long processus de réflexion. La mission de l'organisme est d'offrir gratuitement un service de photographie et de retouche de photos aux parents confrontés au décès prématuré de leur enfant.

Celle qui est formée comme intervenante sociale, mais également comme photographe et graphiste, ressentait le besoin de venir en aide aux personnes endeuillées, elle qui parvient bien à gérer la mort et le deuil.

«Le deuil périnatal, c'est très différent de tous les autres deuils. Quand tu as un deuil à faire, souvent, c'est quelque chose que tu connais, que tu as vécu. Là, c'est le deuil d'un rêve. La photographie, c'est l'un des moyens pour aider les parents à faire leur deuil», explique la fondatrice de J'allume une étoile.

Le service de photographie est également offert pour les enfants en soins palliatifs pédiatriques et néonatals.

Depuis sa création, la fondation a surtout œuvré à retoucher des photos déjà prises par des parents ayant vécu la perte d'un enfant. L'image d'origine, souvent difficile à regarder et à montrer, est retravaillée afin de donner au bébé un air paisible, comme s'il dormait.

Selon Guylaine Renaud, le fait d'avoir en main un souvenir tangible de leur bébé aide grandement les parents à surmonter la dure épreuve du deuil périnatal. «Je suis convaincue que les émotions, même si c'est difficile, on doit les vivre. On ne doit pas les repousser et les retarder, on doit les affronter. Même si c'est extrêmement pénible. Devenir parent d'un enfant du ciel, c'est impensable. Mais quand c'est là, je pense qu'il faut regarder la photo, qu'il faut pleurer. C'est un moyen d'aider les parents», estime-t-elle.

Par ailleurs, la graphiste a reçu dans les derniers mois de nombreux témoignages de parents pour qui le fait de recevoir une photo de leur petit ange les a grandement aidé à cheminer dans leur processus de deuil. C'est justement ces nombreuses rétroactions positives qui incitent Guylaine Renaud à poursuivre sa mission, malgré l'important travail que cela lui demande. D'ailleurs, bien qu'elle priorise les familles de la région de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, la fondatrice de J'allume une étoile honore chacune des demandes qui lui sont envoyées.

Guylaine Renaud est présentement en discussion avec les établissements de santé de Lévis et de Québec afin que son service de photographie en deuil périnatal et parental soit offert dans les hôpitaux aux parents qui en auraient besoin. Les établissements démontrent jusqu'à présent une bonne ouverture, relate-t-elle.

Pour l'aider à poursuivre sa mission, la fondation J'allume une étoile est à la recherche de bénévoles, que ce soit pour de l'administration, la prise de photos, le graphisme ou encore la conception de bonnets et de couvertures adaptés aux bébés. L'appui de partenaires est également sollicité afin de permettre à l'organisme de continuer à offrir ses services gratuitement aux familles endeuillées.

Afin d'obtenir plus d'information sur la fondation, il suffit de visiter son site web jallumeuneetoile.org ou sa page Facebook «Fondation J'allume une étoile».

Crédit photo : Courtoisie

Événements & divertissement
Recevez notre bulletin
Recevez toutes nos nouveautés automatiquement. Nouvelles, concours, coupons rabais, alertes...

Abonnez-vous ici
Devenez bénévole
Le bénévolat... Une précieuse ressource !
Offre d'emplois, services offerts,
nouvelles et bien plus...

Venez nous rencontrer