Une présentation de
À la une aujourd'hui
SRB : Lehouillier persiste et signe
Publié le 19 avril 2017 14h38

À la suite des réactions de plusieurs Lévisiens le félicitant pour sa décision et de la publication des résultats d'un sondage effectué par le Journal de Québec qui démontre la dégringolade des appuis en faveur du SRB à Québec et à Lévis, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, est conforté dans son choix annoncé hier de se retirer du projet de Service rapide par bus (SRB).

«On le sentait nettement dans le milieu. Le degré d'adhésion était assez faible [...] Les résultats démontrent qu'il y a beaucoup de travail d'information à faire. [...] Nous à Lévis, ça confirme ce que la population nous dit depuis plusieurs semaines et quelques mois», a déclaré Gilles Lehouillier lors d'une mêlée de presse mercredi tout en ajoutant que la décision avait principalement été prise en raison de la faiblesse des bénéfices du projet à Lévis.

Selon le sondage commandé par le Journal de Québec et réalisé le 17 avril, 49 % des citoyens interrogés de Québec et de Lévis appuient l'implantation du SRB et 47 % sont en désaccord. Notons également que plusieurs citoyens ont félicité le maire pour sa décision sur notre page Facebook dans les dernières heures.

Mais si le maire de Lévis estime que l'abandon du projet était la meilleure option pour Lévis, il n'a pas voulu commenter le choix de la Ville de Québec.

«C'est sûr que du côté de Québec, la situation peut être totalement différente qu'à Lévis. Il faut faire bien attention avant de juger. Québec stimule quand même 90 % de l'ensemble du trafic SRB. Eux autres, ils ont peut-être une certaine forme de rentabilité de le faire», a affirmé le premier magistrat.

Des solutions à identifier

Dans un autre ordre d'idées, Gilles Lehouillier a aussi dévoilé quelques pistes que le comité d'élus et de fonctionnaires mis sur pied par le conseil municipal pour préparer un plan qui sera déposé au ministère des Transports étudiera. 

Rappelons que le groupe travaillera sur un plan qui misera sur l'aménagement d'un troisième lien interrives qui est toujours un «incontournable» selon le maire, des améliorations sur les axes routiers existants comme la route 116 et une bonification du transport collectif.

«Nous, ce qu'on va proposer au gouvernement, c'est une formule de voies réservées aux endroits stratégiques et là après, on va avoir à déposer au gouvernement une série de propositions sur l'interconnexion (avec le système de transport en commun de Québec) qu'on aimerait voir réaliser», a laissé entendre le maire de Lévis.

D'ailleurs, Gilles Lehouillier est sûr que les discussions sur l'interconnexion avec son homologue de Québec, Régis Labeaume, iront bien.

«Si Régis est calme et serein et que nous on l'est, je ne vois pas pourquoi on ne s'entendrait pas sur une interconnexion intéressante. [...] Qu'on le veuille ou pas, il va falloir travailler ensemble pour l'interconnexion entre les deux rives. Actuellement, à moins que j'aie la preuve du contraire, il y a une volonté de continuer à travailler ensemble pour faire cette interconnexion. Il n'y a pas de problèmes là-dessus», a soutenu M. Lehouillier.

Notons finalement que le maire a indiqué qu'il allait consulter la population lorsque son projet de bonification du transport collectif sera finalisé, mais qu'il n'utilisera pas un référendum pour tâter le pouls de ses concitoyens.
Événements & divertissement
Recevez notre bulletin
Recevez toutes nos nouveautés automatiquement. Nouvelles, concours, coupons rabais, alertes...

Abonnez-vous ici
Devenez bénévole
Le bénévolat... Une précieuse ressource !
Offre d'emplois, services offerts,
nouvelles et bien plus...

Venez nous rencontrer