Une présentation de
À la une aujourd'hui
S'épanouir avec un handicap: le bel exemple de Kelly-Ann
Publié le 09 août 2017 16h00

Kelly-Ann Émond, de Saint-Étienne-de-Lauzon, est née amputée d'une partie de la jambe gauche. Sans fémur, ni péroné, la fillette de 2 ans apprend à vivre avec sa différence tous les jours, poursuivant son développement comme n'importe quel enfant, mais à son rythme.

Son handicap n'a fait aucune différence dans son quotidien jusqu'à ce qu'elle reçoive sa première prothèse, vers l'âge d'un an. «Elle n'aimait pas ça, parce qu'elle avait l'habitude de se tenir debout sur le pied de sa jambe gauche et son genou droit, a raconté sa mère, Véronyque Blanchet. Elle l'a accepté lorsqu'elle a découvert qu'elle pouvait se tenir debout grâce à elle.»

«Ça lui a pris environ huit mois avant qu'elle soit capable de marcher sans appuis», a-t-elle ajouté. Sa jambe gauche étant moins musclée que la droite, Kelly-Ann a été suivie en physiothérapie dès l'arrivée de sa prothèse. Ces rendez-vous sont pris à la semaine ou au mois, selon les objectifs fixés par les professionnels.

Réaliser sa différence

Sa prothèse lui permet de se déplacer à peu près partout et de jouer, comme la plupart des enfants de son âge, notamment avec son petit frère de 10 mois qui aime bien lui mordiller le pied, a signalé Kelly-Ann avec le sourire, avant de retourner à ses toutous. Pour l'instant, elle ne court pas, ne saute pas et ne fait pas de vélo, mais y arrivera en temps et lieu affirme sa mère.

L'arrivée de son frangin a d'ailleurs marqué un tournant dans la prise de conscience de son handicap. «Je crois qu'elle ne s'en rendait pas vraiment compte, jusqu'à la première fois où j'ai mis des pantalons courts à son frère, ce printemps. Kelly-Ann a essayé de lui cacher la jambe. On dirait que c'est seulement à ce moment qu'elle a réalisé qu'elle était différente», a expliqué Véronyque.

Pas toute seule

Inscrite au programme pour enfants amputés Les Vainqueurs de l'association des Amputées de guerre, Kelly-Ann a découvert qu'elle n'était pas toute seule dans cette situation. Accompagnée de sa mère et de sa grand-mère, la fillette a été invitée au séminaire des Vainqueurs, à Laval, au début de juillet. Si sa mère a appris tous les trucs et astuces pour bien entretenir sa prothèse et comment la préparer à la rentrée scolaire ou à prendre une douche toute seule, Kelly-Ann a fait la connaissance de nouveaux amis.

«J'ai vu dans son regard qu'elle était curieuse, parce qu'une autre enfant avait une jambe comme elle ou un bras différent, a indiqué Véronyque. Tout de suite après, au retour, elle était fière et voulais montrer sa jambe, même à des étrangers. On a vu une différence dans son comportement entre avant et après le séminaire.»

Kelly-Ann pourra y retourner dès l'an prochain, alors que le rendez-vous se tiendra du côté de Québec. Entretemps, ses parents peuvent contacter les Amputés de guerre à tout moment s'ils ont des questions ou si le besoin d'une prothèse de performance se faisait sentir. «Ils ont répété aux jeunes que c'est ce qui reste qui compte et ils les encouragent à faire du sport, donc si un jour Kelly-Ann veut une prothèse de natation, on va pouvoir leur demander», a souligné la mère de famille avec reconnaissance.

Crédit photo : Courtoisie

Événements & divertissement
Recevez notre bulletin
Recevez toutes nos nouveautés automatiquement. Nouvelles, concours, coupons rabais, alertes...

Abonnez-vous ici
Devenez bénévole
Le bénévolat... Une précieuse ressource !
Offre d'emplois, services offerts,
nouvelles et bien plus...

Venez nous rencontrer