Une présentation de
À la une aujourd'hui
Viaduc de la rue Saint-Omer : Lévis veut de l'action
Publié le 11 septembre 2017 18h38

Deux semaines après avoir autorisé une résolution semblable concernant la route des Rivières à Saint-Nicolas, le conseil municipal a adopté ce soir une résolution demandant au ministère des Transports du Québec (MTQ) d'agir plus rapidement pour permettre la réalisation du projet de viaduc au bout de la rue Saint-Omer prolongée.

Par Érick Deschênes
erickdeschenes@journaldelevis.com

Concrètement, l'administration Lehouillier que le MTQ complète dans les meilleurs délais l'étude visant la construction d'un viaduc au-dessus de l'autoroute 20, à la hauteur de la rue Saint-Omer.

Jusqu'en 2020, la Ville investira 26 M$ pour prolonger à quatre voies les rues Saint-Omer, du boulevard Guillaume-Couture jusqu'à l'autoroute 20, et Wilfrid-Carrier, du boulevard Alphonse-Desjardins jusqu'à la rue Saint-Omer prolongée.

Toutefois, le viaduc qui permettrait de créer un nouvel échangeur permettant d'accéder à l'autoroute 20 et d'améliorer la fluidité de la circulation selon l'administration Lehouillier, n'a pas été sorti de terre par le MTQ, responsable de la construction de cette future infrastructure désirée par le maire de Lévis.

«On ne veut pas avoir ça dans 15 ans, il faut vraiment qu'on agisse. 26 000 véhicules empruntent quotidiennement l'échangeur Kennedy. (...) Selon les données du ministère des Transports, une seule entrée au centre-ville de Lévis occasionne une file d'attente qui s'étendre jusqu'à huit kilomètres. (...) On s'attend qu'il y ait un viaduc (à la fin des travaux de prolongement). C'est un incontournable», a plaidé ce dernier, Gilles Lehouillier.

Sur le dessus de la pile

Estimant une nouvelle fois que les infrastructures routières de Lévis ont été victimes d'un sous-financement de la part du gouvernement provincial dans les 10 dernières années, le premier échevin de Lévis veut toutefois se montrer raisonnable dans ses demandes à court terme.

Gilles Lehouillier a en effet identifié l'amélioration du transport collectif, le réaménagement de la route des Rivières en boulevard urbain et le viaduc au-dessus de l'autoroute 20 à la fin du prolongement de l'autoroute 20 comme projets à réaliser rapidement.

«Il faut être réaliste. On ne peut pas demander la réalisation (à court terme) des dix projets d'infrastructures que nous avions présentés à la fin 2016. On a ciblé où sont vraiment les besoins et les plus graves lacunes. Les plus graves lacunes sont là : la 116 à la tête des ponts et Saint-Omer», a déclaré le maire.

Du même souffle, le premier magistrat estime que ces dossiers seront des enjeux principaux de la prochaine campagne électorale dans la province, qui doit normalement se dérouler à l'automne 2018.

«C'est sûr qu'on va exiger des engagements là-dessus. C'est clair. On pense que sur trois à quatre ans, ce n'est pas exagéré de demander la réalisation de ces deux projets», a conclu M. Lehouillier.

Événements & divertissement
Recevez notre bulletin
Recevez toutes nos nouveautés automatiquement. Nouvelles, concours, coupons rabais, alertes...

Abonnez-vous ici
Devenez bénévole
Le bénévolat... Une précieuse ressource !
Offre d'emplois, services offerts,
nouvelles et bien plus...

Venez nous rencontrer