La pièce de théâtre La mallette rouge de Ray Cooney ravira les amateurs de théâtre d’été à partir du 21 juin au Théâtre Beaumont-St-Michel. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Carl Béchard, Amélie Grenier, Isabelle Drainville, Jacques Girard, Caroline Dardenne et Patric Saucier sont les six comédiens qui donneront vie à l’histoire La mallette rouge de Ray Cooney, adaptée par Reynald Robinson à la sauce bellechassoise, à partir du 21 juin au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, et tout au long de l’été.

«Qu’est-ce que vous feriez si vous trouviez une mallette avec des millions de dollars dedans?», questionne d’emblée Carl Béchard qui interprètera le personnage de Claude-Henri qui confondra sa mallette avec celle d’un autre sur le traversier entre Québec et Lévis alors qu’il rentre du travail.

Dans cette dite mallette, Claude-Henri y trouvera de quoi être riche pour le restant de sa vie, il tentera donc de convaincre sa femme, interprétée par Isabelle Drainville, de changer de vie. Au programme, plusieurs fous rires, des quiproquos, deux mauvais menteurs, des portes qui claquent et du suspense, promettent Amélie Grenier, Carl Béchard et Isabelle Drainville. «C’est une espèce de parodie d’un suspense, c’est super intéressant!», remarquent les trois comédiens qui partageront la scène.

Pour eux, les rires sont à prévoir et ils seront les bienvenus dans le théâtre. «Des shows stoppers qu’on dit dans le métier, le show arrête, on laisse passer la vague et on continue, il y en a une couple dans ce spectacle-là», explique Amélie Grenier qui le constate déjà depuis le début des répétitions.

Les spectateurs seront servis

Le public se retrouvera dans le salon du couple où il sera témoin des mensonges de celui-ci, du passage d’une foule de personnages hilarants et il aura un siège de choix pour suivre ces péripéties. «Ce qui est intéressant pour le public, c’est qu’il est le seul témoin de la vérité», souligne Isabelle Drainville. «Il n’y a personne d’aussi intelligent que le public», ajoute Carl Béchard.

Les comédiens s’entendent sur le défi que représente la «chorégraphie» qu’est ce spectacle. «Je mets à l’épreuve les gens de suivre la bonne mallette tout au long du spectacle», lance Amélie Grenier qui sera de retour pour une troisième année au Théâtre Beaumont-St-Michel.

Une adaptation ancrée dans les racines de la région

Aux yeux des trois comédiens, Reynald Robinson a fait un travail d’adaptation théâtrale «extraordinaire». L’histoire se déroule dans Bellechasse, on y parle de Québec, de Lévis et des municipalités environnantes. Les référents sont locaux et c’est ce qui fait la force de cette adaptation, selon les comédiens. «Cette espèce de sentiment de : ‘’C’est ici que ça se passe, on est chez nous et les personnages sont de chez nous.’’ Ce sera là tout au long de cette pièce», assure Amélie Grenier.

Les comédiens sont désormais sur les derniers miles de leur préparation et un engouement est déjà marqué par le public puisque la vente de billets en prévente est la plus grande enregistrée dans l’histoire du Théâtre Beaumont-St-Michel.

Pendant les deux heures de spectacle, incluant l’entracte, les spectateurs ne pourront s’empêcher de rire, selon Grenier, Drainville et Béchard. «Si quelqu’un ne rit pas une seule fois pendant cette pièce, je vais personnellement le rembourser!», conclut Amélie Grenier ,à la blague.

Pour plus d’information ou l’achat de billets en ligne, consultez le theatrebeaumontstmichel.com. Les billets sont aussi en vente par téléphone au 418 884-3344.

Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.