Le périple entraîne le public de Londres à Anvers en passant par Paris, Bagdad et Montréal. CRÉDIT : COURTOISIE

Présentée le 10 octobre, la pièce Warda de l’auteur Sébastien Harrisson sera la première de la série Théâtre 2019-2020 (lire aussi p.35) à L’Anglicane.

C’est l’histoire de Jasmin, un jeune as de la finance qui calcule tout en terme d’argent et vit détaché de ses émotions jusqu’au jour où il pose les yeux sur un tapis bien banal qui va pourtant le fasciner. Cet objet de convoitise l’entraîne dans une quête identitaire.

«La pièce réfléchit à ce qu’il se passe quand l’objet qu’on convoite n’a pas de prix. Ça remet toute sa conscience du monde en perspective. Ça le pousse vers le désir de l’autre, vers une quête identitaire», présente Mireille Pouliot, coordonnatrice aux arts de la scène.

«C’est un personnage qui pense toutes les sphères de sa vie en terme de rentabilité et d’efficacité. Jasmin limite ses contacts humains à des tractations. À cause de cette rencontre inopinée à Londres, il est obligé de revoir sa façon d’envisager les relations avec les gens et avec sa famille», partage l’auteur de Warda, Sébastien Harrisson.

À contre courant de la frénésie commerciale, il montre un rapport sensible aux choses. «On vit à une époque où toute chose est considérée comme ayant un prix, une valeur marchande. Même notre vie privée est exposée à tout ça avec les médias sociaux, les likes, cette façon d’essayer d’avoir du succès avec sa propre vie. C’est comme si on la marchandait», observe Sébastien Harrisson.

Préoccupé par cette réalité, il se demande «comment on peut revoir notre grille de valeur au contact des autres». Les personnages qui apparaissent tour à tour questionnent le personnage principal, le confrontent puis discutent avec lui dans leurs propres langues qui donnent beaucoup de texture à cette toile multiculturelle.

Le périple entraîne le public de Londres à Anvers en passant par Paris, Bagdad et Montréal. Dans cette collaboration internationale, le dépaysement est à l’image du parcours suivi par le personnage et de ses rencontres. «Ça vient enrichir et colorer l’histoire, un conte fantastique aux airs de thriller», illustre Mireille Pouliot.

«On est à la fois dans quelque chose de très actuel, des enjeux géopolitiques, des gens qui voyagent, des rencontres entre les cultures. C’est très contemporain. En même temps, ça relève du conte, car il y a une part de fantastique, de mystère et une dimension initiatique puisqu’on suit un personnage, Jasmin, qui se retrouve pris dans une aventure, une quête», poursuit Sébastien Harrisson.

Quant au tapis à l’origine de la quête de Jasmin, «c’est un objet fascinant, confie l’auteur. Tout en étant un objet du quotidien, un objet décoratif, il est fait par des artisans à la main, de moins en moins toutefois, car il y a une industrialisation des processus».

S’il peut se retrouver dans n’importe quelle maison, «pour les cultures perse ou arabe qui ont développé cet art, le tapis représentait un jardin qui lui même représente le monde par analogie. C’est comme un morceau de monde pour moi», ajoute celui qui les collectionne.

Finalement, le tapis représente aussi l’idée du tissage. Les trames qui s’entremêlent et s’entrecroisent créent des motifs. Un métissage voulu par l’auteur qui ne cache pas son «plaisir de faire s’entremêler les fils des cultures» dans cette pièce très actuelle.

Réservations  au 418 838-6000 ou au billetterie.langlicane.com.

Les plus lus

Une soirée d’épouvante pour les jeunes

Un premier salon de l’épouvante et du fantastique se tiendra le samedi 5 octobre, au Patro de Lévis. À l’invitation du Lévisien Luca Jalbert, le créateur de Ça fout la chienne, petits et grands, y partageront passion et frisson.

Taktika célèbrera l’optimisme à L’Anglicane

C’est le 4 octobre prochain que Taktika, légendaire duo de rappeurs originaire de Lévis, lancera officiellement à L’Anglicane sa nouvelle tournée de spectacles mettant en vedette son dernier opus, Tant que j’respire. Sur la scène où ils ont déjà vécu des moments marquants de leur carrière, T-Mo (Frédéric Auger) et B-Ice (Simon Valiquette) offriront une performance remplie de surprises pour partage...

La culture, prétexte pour se rencontrer

Les Journées de la culture se tiendront partout au Québec du 27 au 29 septembre prochains. Cette année, la thématique de l’événement sera la rencontre, une foule d’activités en sol lévisien seront offertes à ceux qui souhaitent célébrer l’art et la culture.

Une 13e édition du Rallye Cultur’Art tout en rencontres

Le Groupe Cultur’Art de Lévis a lancé, le 27 septembre dans le cadre des Journées de la culture, la 13e édition du Rallye Cultur’Art de Lévis qui se déroulera sur le territoire lévisien les 19 et 20 octobre prochains. La thématique de cette édition sera Des rencontres Treiz’artistique.

Maison natale de Louis Fréchette : la littérature envahit la rue

Les 21 et 22 septembre, l’événement Des mots sur le pavé s’installe dans un lieu incongru : un stationnement public du Vieux Saint-Romuald. Au menu, conte, projection, rencontre et activités autour des mots.

L’ADISQ encense Les Louanges

Vincent Roberge, auteur-compositeur-interprète originaire de Lévis mieux connu sous son nom d’artiste Les Louanges, fait partie du peloton de tête des finalistes pour les prochains galas de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ).

Des artistes de la Chaudière-Appalaches récompensés

C’est le 19 septembre qu’a eu lieu le vernissage de l’exposition Chaudière-Appalaches en œuvres – Deuxième vie. Douze prix ont alors été attribués aux participants de cette exposition-concours organisée par le Musée Marius-Barbeau de Saint-Joseph-de-Beauce.

Dévoilement des invités mystères du VBP

Les sœurs Boulay, Bears of Legend et Sam Breton sont les trois invités mystères qui s’ajoutent à la programmation du Vieux Bureau de Poste (VBP) pour la série Coups de cœur.

Là où s’entremêlent les fils des cultures

Présentée le 10 octobre, la pièce Warda de l’auteur Sébastien Harrisson sera la première de la série Théâtre 2019-2020 (lire aussi p.35) à L’Anglicane.

Un talentueux auteur-compositeur-interprète à Lévis

C’est le 4 octobre prochain que l’auteur-compositeur-interprète Elliot Maginot présentera son dernier album intitulé Comrades aux spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald.