CRÉDIT : ARCHIVES

Plus tôt cette semaine, le parlement canadien a adopté le projet de loi C-4, instaurant de nouveaux régimes de prestations pour les travailleur-euse-s ne se qualifiant pas à l’assurance-chômage. Cela vient compléter une réforme pour les chômeur.euse.s qui facilitera l’accès à des prestations adéquates, en faisant passer le seuil d’admissibilité à 420 heures, en offrant un crédit de 300 heures aux chômeur.euse.s, en plus d’offrir des prestations d’au minimum 500 $ par semaine.

Personne n’est contre la vertu, nous nous devons d’applaudir cette initiative de lutte à la pauvreté des chômeur.euse.s, dont le nombre a presque doublé dans la dernière année. Ces réformes masquent toutefois un oubli majeur que les questionnements concernant le retour au travail et la PCU avaient remis à l’ordre du jour : la pauvreté n’existe pas que chez les chômeur.euse.s. Les personnes gagnant le salaire minimum ou à peine plus sont, elles aussi, étranglées par leur situation économique.

Pour profiter du régime d’assurance-chômage actuel, il faut avoir été congédié, ou démontrer avoir épuisé toutes les ressources possibles avant de remettre sa démission pour un « motif raisonnable ». Malheureusement, un salaire trop bas ne permettant pas de faire vivre sa famille ne figure pas dans la liste de ces motifs. Rappelons cependant qu’encore aujourd’hui, rien n’empêche un employeur de mettre à pied des salariés pour des raisons économiques …

Le droit à la démission libre n’existe plus, l’exclusion du régime étant totale depuis 1993. Pourtant, en 1971, un départ volontaire ne représentait une exclusion que pour 1 à 3 semaines, permettant ainsi à plusieurs personnes une ascension sociale aujourd’hui difficile. La relation de travail est donc devenue un simple contrat, où l’employé ayant cotisé pendant des semaines, des mois, voire des années à la caisse de l’assurance-emploi perd toute sécurité lorsqu’il décide d’améliorer ses conditions économiques.

Si l’accès à l’assurance-chômage est aujourd’hui facilité, le modus operandi de l’exploitation par les bas salaires reste le même : les travailleur.euse.s pauvres restent enfermé.e.s dans la pauvreté, trop précaires pour se payer des «vacances» afin de trouver de meilleures perspectives de travail. L’exclusion pour départ volontaire les condamne ainsi à accepter des emplois mal payés sans possibilité d’obtenir de meilleures conditions.

C’est entre autres là que la lutte pour la défense des droits du chômage doit se trouver dans les prochaines années. Les inégalités se faisaient déjà croissantes dans un contexte de plein-emploi, et s’exacerbent encore plus aujourd’hui. Une région comme celle de la Capitale-Nationale pouvant se targuer d’un taux de chômage de 3,1% à pareille date l’an dernier avait pourtant déjà sa part de travailleurs pauvres employés dans les épiceries, les commerces au détail, les restaurants et autres entreprises, souvent des bannières de grandes chaînes.

On en est venus à accepter la pauvreté chez les étudiant.e.s, chez les personnes sortant des programmes d’aide sociale et chez bon nombre de femmes travaillant à temps partiel. Ces gens n’ont que très rarement droit à l’assurance-emploi, et leur garantir un revenu après leur démission ne permettrait que de rehausser leur niveau de vie. La balle est dans le camp du gouvernement Trudeau : s’il veut que les Canadien.ne.s puissent se trouver un bon emploi, il doit désormais leur donner les moyens d’en quitter un mauvais.

Par Isaïe-Nicolas Dubois-Sénéchal
Militant à l’Association de défense des droits sociaux de la Rive-Sud

Les plus lus

Pas de messes dans le Grand Lévis jusqu’à la fin du mois

Par voie de communiqué, les trois paroisses couvrant les quartiers de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon, Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Joseph-de-Lévis et Saint-Nicolas-de-Lévis, ont annoncé qu’elles ne tiendront pas de messes ni de regroupements de prière lors de la période de confinement partiel en zone rouge, en cours jusqu’au 28 octobre.

Un mois pour revivre l’histoire de Charny

Dans le cadre des Journées de la culture, la Corporation Charny Revit propose jusqu’au 25 octobre une programmation d’activités respectant les consignes de la Santé publique et mettant en valeur l’histoire de ce quartier lévisien.

Des projets de logements sociaux nécessaires

Selon ce que rapporte un tweet publié par Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, une entente de principe entre Ottawa et Québec a été officialisée afin d’octroyer 1,8 G$ sur 10 ans pour la construction de logements sociaux. Accompagnée par plusieurs Villes de la province, l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) souhaite qu’avec cette ent...

Plaidoyer pour le soutien à domicile

Le Réseau de coopération des entreprises d’économie sociale en aide à domicile (EÉSAD), dont fait partie la Coopérative de services Rive-Sud, a tenu à souligner la Journée internationale des personnes âgées, qui se déroule aujourd'hui. À cette occasion, le regroupement a aussi livré un plaidoyer pour l'amélioration du soutien à domicile pour les aînés québécois.

Lettre d'opinion sur l'assurance-emploi

Plus tôt cette semaine, le parlement canadien a adopté le projet de loi C-4, instaurant de nouveaux régimes de prestations pour les travailleur-euse-s ne se qualifiant pas à l’assurance-chômage. Cela vient compléter une réforme pour les chômeur.euse.s qui facilitera l’accès à des prestations adéquates, en faisant passer le seuil d’admissibilité à 420 heures, en offrant un crédit de 300 heures aux ...

La Ville rend hommage aux aînés

En cette Journée internationale des personnes âgées, la Ville de Lévis a tenu à rendre hommage aux aînées et aux aînés de la ville.

Logements sociaux : l’administration Lehouillier présente sa nouvelle stratégie

C’est en compagnie des conseillères municipales Amélie Landry et Fleur Paradis que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a dévoilé son plan d’action sur le logement social et abordable, le 15 octobre. Avec cette nouvelle stratégie, la municipalité veut miser sur «un coffre à outils diversifié» pour améliorer l’accès à ce type de logement aux ménages lévisiens à faible revenu.

Une pétition pour la distribution de masques aux personnes précaires

La coalition d’organismes en défense des droits et de lutte à la pauvreté, dont fait partie l’Association de défense des droits sociaux (ADDS) de la Rive-Sud, a lancé une pétition afin d’exiger du gouvernement du Québec qu’il fournisse gratuitement des couvre-visages aux personnes et aux ménages en situation de précarité.

Création d’un nouvel écran végétal au parc de la Rivière-Etchemin

Une centaine d’arbres et d’arbustes ont été mis en terre à la fin septembre pour créer «des paysages plus naturels et offrir plus d’intimité» aux terrains adjacents au parc de la Rivière-Etchemin. Énergie Valero a rendu la plantation possible et des employés de la raffinerie Jean-Gaulin y ont participé. L’opération a été menée en collaboration avec l’Association forestière des deux rives (AF2R) et...

Réussite pour la Course de boîte à savon de Lévis

Par voie de communiqué, la Corporation Charny Revit a dressé un bilan positif de l’édition «recyclée» de la Course de boîte à savon de Lévis, qui s’est déroulée le 12 septembre en matinée.