Le Relais pour la vie de Lévis se tiendra le 1er juin. L’objectif de l’organisation est de récolter 210 000 $ d’ici là.

Organisée par la Société canadienne du cancer, la 14e édition du Relais pour la vie de Lévis aura lieu au Stade Georges-Maranda, dans la nuit du 1er au 2 juin prochains. L’organisation souhaite attirer au moins 70 équipes à participer à l’événement et amasser 210 000 $ pour la recherche médicale entourant ce fléau.

Cet événement est devenu une tradition pour des participantes comme celles qui ont le titre de porteuses d’espoir, dont Kathy Côté, Lise Tremblay et Josée Paradis. Ces trois femmes combattent ou ont combattu le cancer à un moment dans leur vie. Au cours des prochains mois, elles innoveront pour amasser des dons pour leur équipe respective et elles sont confiantes qu’elles pourront compter sur le support de leurs proches.

«Les gens embarquent parce que ça touche tout le monde. Je ne connais presque personne qui n’a jamais été touché par cette maladie», explique Mme Paradis. «Chaque année, on dépasse notre objectif. On fait beaucoup d’activités en famille», ajoute Lise Tremblay. Qu’elles passent par des encans silencieux, des dîners hot-dog, de la vente de produits artisanaux ou de la sollicitation pour des dons en ligne, tous les moyens sont bons pour une cause aussi importante à leurs yeux.

Ces femmes ont marché, marchent et marcheront pour ceux qui ont souffert, souffrent ou souffriront de la maladie. «C’est rassembleur de marcher. On se rend compte qu’on n’est pas tout seul dans la maladie, on le sait toujours qu’il y en a d’autres, mais là c’est concret. C’est très positif comme moment», exprime Mme Côté.

Un impact marqué

Cet événement brise l’isolement, permet des avancés en ce qui concerne la recherche médicale afin de vaincre la maladie et rapproche les participants. «Je dis toujours que c’est grâce à la recherche que je suis en vie. Quand je suis arrivée à l’hôpital avec la maladie, le médecin m’a dit que si j’étais arrivée il y a 10 ans, j’aurais eu 50 % de chances de m’en sortir, mais grâce à la recherche, j’avais 99 % de chances de sur- vivre», souligne Josée Paradis qui participe depuis plusieurs années au Relais pour la vie.

Selon les porteuses d’espoir du Relais, avoir le cancer ou connaître un proche qui souffre du cancer est le défi d’une vie. «C’est une maladie qu’on ne peut pas accepter, mais on apprend à vivre avec. On ne peut pas accepter de voir quelqu’un qu’on aime souffrir de la maladie», affirme Mme Tremblay. Par contre, elles ajoutent que de belles choses peuvent en sortir au bout du compte. «Ça solidifie des amitiés, ça tisse beaucoup de liens. La maladie ça rapproche», soutient Kathy Côté.

Cette marche démontre qu’elles sont prêtes à avancer et qu’elles ne permettront jamais à la maladie de prendre le dessus. «Quand tu as le diagnostic, tu as deux choix : baisser les bras ou mettre tes gants de boxe et te battre!», lance Mme Côté.

Lorsqu’on leur demande de choisir la meilleure réponse à répondre aux gens qui hésitent à donner, elles s’entendent sur la même. «Et si c’était toi? La vie mérite d’être vécue pleinement!»

Pour plus d’information, inscrire une équipe au Relais pour la vie ou faire un don en ligne, vous pouvez consulter le www.relaispourlavie.ca.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

Avis de ne pas consommer certains produits de viande hachée vendus par le Provigo de Lauzon

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec l'entreprise Provigo Francis Descoteaux, située au 7777, boulevard Guillaume-Couture, à Lauzon, avise la population de ne pas consommer certains produits de viande hachée vendue par cette épicerie, car ces aliments sont susceptibles de contenir la bactérie E. coli productrice de shigatoxines.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière : des organismes s’opposent à la zone récréotouristique

Les dirigeants du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière (APCC) ont uni leur voix, le 4 février, pour s’opposer à la modification envisagée au schéma d’aménagement du parc des Chutes-de-la-Chaudière.