Sur la photo 1 : Le nouveau bâtiment accueillera 30 chambres. CRÉDIT : ANNE CARRIER ARCHITECTURE - Sur la photo 2 : Première pelletée de terre en présence des représentants politique, de la Fondation de l'Hôtel-Dieu de Lévis, de Dessercom et du CISSS.

La construction d’une hôtellerie hospitalière sur la rue Wolfe à Lévis a commencé début juin. Les trente chambres devraient accueillir leurs premiers locataires, des patients suivis en radiothérapie ou d’autres traitements répétés qui impliquent des déplacements fréquents, en février ou mars prochain.

Mis à jour le 19 juin 2019

Les travaux préparatoires à la construction du nouvel édifice, qui accueillera dès 2020 une hôtellerie hospitalière, sont actuellement en cours au coin des rues Wolfe, Charles-Édouard et Montcalm, face à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Le projet prévoit la construction de trente chambres équipées de deux lits chacune, sur deux étages, pour les patients qui subissent des traitements répétés ne nécessitant pas d’hospitalisation en radiothérapie, ainsi que pour les patients suivis en médecine hyperbare, en dialyse et pour les parents des enfants suivis en pédopsychiatrie et en néonatalogie. L’hébergement sera doté d’une cuisine collective ainsi que d’aires communes pour des activités.

Des traitements sans les aléas de la route

«Ce service est fondamental pour permettre aux gens de se concentrer sur les traitements à venir, sans se soucier des aller-retour, des tempêtes de neige et des autres aléas des déplacements», a souligné Julie-Suzanne Doyon, présidente du conseil d’administration de la Fondation de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Ce service permettra de réduire les déplacements des patients et de leurs proches afin de leur épargner le stress et la fatigue liés aux trajets. Dans le cas des traitements de radiothérapie, les patients peuvent avoir à venir pour 30 traitements consécutifs de 15 minutes chaque jour.

Installées à quelques pas de l’hôpital, les personnes malades pourront consacrer leur énergie au processus de guérison plutôt qu’aux préoccupations du transport. L’hôtellerie se veut «un lieu paisible de séjour, de réconfort et de guérison». Les espaces ont été conçus pour «favoriser le bien-être des usagers».

Des besoins évalués à long terme

«Les besoins ont été établis à long terme. Avec 30 chambres, on devrait être en mesure de répondre aux besoins pour un bon bout de temps, selon les statistiques. Dans une situation de crise, les chambres pourraient être partagées. Ce n’est pas ça qu’on vise, mais ça pourrait être le cas si la demande dépasse les prévisions», a indiqué Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom.

L’objectif est aussi de proposer aux patients une solution d’hébergement à coût modique. «C’est au gestionnaire de le déterminer. Généralement, ce qui se fait ailleurs c’est un tiers, un tiers, un tiers : ministère, partenaire choisi pour la gestion et patient», a-t-il expliqué.

Sans vouloir s’avancer sur un montant, Maxime Laviolette a évoqué, d’après ce qu’il a pu observer dans d’autres régions, un coût compris entre 30 et 50 $ environ pour le patient avec le repas inclus.

Dessiné par l’entreprise lévisienne Anne Carrier Architecture, le projet, estimé à 7 M$ et entièrement financé par Dessercom, était un élément central de la campagne majeure de financement de la Fondation. Le don de l’organisme paramédical totalise 16,8 M$ sur 9 ans.

Dès la fin de sa construction, le bâtiment sera cédé au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches qui mandatera un organisme de bienfaisance pour en assurer la gestion.

La Société canadienne du cancer n’a pas été mandatée pour en assurer la gestion au moment de son ouverture en 2020. Des discussions sont en cours pour déterminer l'organisme qui en assurera la gestion.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Pollution : le RÉPAC 03-12 cible Valero

Tôt ce matin, des militants du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) ont installé des bannières dans des lieux «associés aux grands pollueurs de la région de Québec», dont à la raffinerie Jean-Gaulin d'Énergie Valero à Lévis.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.