CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Par voie de communiqué, les syndicats affiliés à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représentant les responsables d'un service de garde en milieu familial (RSG) ont annoncé de nouveaux moyens de pression, puisqu'ils sont insatisfaits de l'évolution des négociations avec le ministère de la Famille pour le renouvellement des conventions collectives.

D'abord, les RSG membres de la CSN ont fait savoir qu'elles limitent désormais la période d'ouverture de leur service à sept heures consécutives, «conformément à la rémunération offerte par le gouvernement». Chacune des RSG est libre de commencer sa journée de travail plus tard que d'habitude ou de la terminer plus tôt.

«Habituellement, les RSG en milieu familial travaillent jusqu'à 10 heures par jour pour répondre aux besoins des familles. Calculez! Ces femmes travaillent au moins trois heures de plus quotidiennement sans rémunération ni reconnaissance du ministère de la Famille. Personne n'accepterait de faire une cinquantaine d'heures par semaine pour 27 000 $ par année, après avoir couvert toutes les dépenses», a déploré Jacques Létourneau, le président de la CSN.

Avec cette première étape dans ses moyens de pression, la CSN vise à obtenir une «véritable reconnaissance du gouvernement». D'ailleurs, les discussions visant à fixer nos conditions de travail doivent reprendre devant un médiateur, à la demande de la CSN. «La dernière chose que nous souhaitons, c'est de déplaire aux parents qui connaissent, eux aussi, leur lot de défis en cette période de pandémie. Mais nous savons qu'ils nous appuient dans nos revendications», a ajouté Karine Morisseau.

Pour sa part, à quelques jours du déclenchement d'une grève générale illimitée par ses membres, prévue le 21 septembre, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) ont invité, vendredi, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, «à résister à la tentation de prendre les parents en otage». De plus, les deux organisations ont indiqué qu'elles attendent qu'un mandat de négociation se concrétise à la table.

«Le gouvernement du Québec confirmait lui-même, en août, que 32 500 femmes ont quitté le marché du travail depuis février, essentiellement pour s'occuper des enfants, faute de places en garderie. Avec ces milliers de places manquantes que le ministre refuse de régler et dans le contexte d'une reprise économique fragile pour des milliers de femmes au Québec, l'absence de volonté du ministre d'améliorer les conditions de travail des intervenantes en milieu familial constitue un double affront. Additionnés, ces gestes constituent une attaque frontale et directe à la condition économique des femmes au Québec. Les intervenantes œuvrant dans les milieux familiaux méritent plus qu'un salaire dégradant, en bas du salaire minimum!», a expliqué Sonia Ethier, présidente de la CSQ.

Les plus lus

COVID-19 : quatre écoles lévisiennes touchées par au moins un cas de COVID-19

Le gouvernement du Québec a rendu publique, mardi, une nouvelle liste des écoles touchées par au moins un cas de COVID-19 rapporté avec diagnostic dans la province. En date du 14 septembre à 16h, quatre établissements lévisiens du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) font partie de cette liste.

Un nouveau nom pour le cégep

Le Cégep de Lévis-Lauzon n'est plus. L'institution collégiale lévisienne se nommera désormais le Cégep de Lévis. La direction de l'école a dévoilé au personnel du cégep ce changement de nom et la nouvelle identité visuelle de l'établissement le 20 août dernier.

Le Vieux-Lauzon dans une impasse pour le déneigement

À la suite de l’abandon de «615 clients» par l’entreprise de déneigement qui chapeaute Beau-site excavation et Déneigement Lévis-Lauzon, les résidents du secteur du Vieux-Lauzon font des pieds et des mains depuis la fin juillet afin de trouver une compagnie de déneigement qui pourrait desservir le quartier.

COVID-19 : ceux qui ont visité le zoo Miller le 17 août appelés à se faire tester

Deux personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de dix personnes. Au Québec, le dernier bilan fait état de 111 nouveaux cas.

Deux employés du CSSDN ont contracté la COVID-19

Le Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) a confirmé, le 9 septembre que deux membres du personnel travaillant dans deux établissements différents ont obtenu un résultat positif lors d'un test de dépistage de la COVID-19.

Nouvelle antenne de Vidéotron à Saint-Nicolas : la Ville refuse que le projet soit réalisé sur son terrain

Au courant de la semaine du 17 août, les élus de la Ville de Lévis ont décidé de ne pas conclure de bail avec Vidéotron en vue de l’érection d’une nouvelle antenne de télécommunications à l’arrière de la caserne de pompiers de Saint-Nicolas. C’est en raison de l’opposition des résidents du secteur que les échevins lévisiens ont rejeté le projet sous sa mouture actuelle.

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

Dans son bilan régional publié vendredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé que deux nouveaux d'infection au coronavirus ont récemment été découverts dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : 42 cas découverts en Chaudière-Appalaches au cours des quatre derniers jours

Au cours du long congé de la fête du Travail, 42 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris qu'ils ont contracté la COVID-19.

La survie racontée dans une série télé

La tribu des Primitifs, une école de survie basée à Lévis, est au cœur d’un nouveau docu-réalité qui sera diffusé à partir du 4 septembre sur Historia. Les caméras ont suivi les instructeurs Mathieu Hébert et Geneviève Lavoie ainsi que d’autres membres de cette communauté de passionnés lors de cours et d’expéditions dans des lieux sauvages du territoire québécois.

La COVID-19 emporte un neuvième résident de la Chaudière-Appalaches

Après une accalmie d'un peu plus de quatre mois à ce chapitre, le nouveau coronavirus a récemment provoqué un nouveau décès en Chaudière-Appalaches. Il s'agit de la neuvième personne à mourir de la maladie dans la région depuis le début de la crise sanitaire.